Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes

  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
         
 

En déplacement à Auschwitz, 150 lycéens d’Occitanie ont pu travailler sur l’histoire de la Shoah et le devoir de mémoire (Communiqué Région Occitanie)

mercredi 27 mars 2024 par Rédaction

Comme chaque année depuis 2019, 150 lycéens* d’Occitanie se sont rendus à Auschwitz-Birkenau, ce mercredi 27 mars, dans le cadre d’un programme pédagogique dédié au devoir de mémoire et à la citoyenneté. Fruit d’un partenariat entre la Région, les Rectorats de Toulouse et de Montpellier, le Mémorial de Rivesaltes et le Mémorial de la Shoah, ce voyage d’études intervient cette année en lien avec la démarche « Occitanie, terre de résistances » engagée par la Région en février dernier. Les conseiller.es régionaux.ales Guillaume de Almeida Chaves, Philippe Andrieu, Nadia Bakiri, Monique Novaretti et Pascal Mazet accompagnaient les jeunes lycéens lors de ce déplacement.

Le parcours « Mémoire et Citoyenneté » destiné à accompagner les lycéens dans l’acquisition de repères historiques et le développement de leur sens critique s’inscrit en cohérence avec le Plan Régional de Lutte contre le Racisme et l’Antisémitisme déployé par la Région Occitanie. Ainsi, depuis 2019, plus de 750 jeunes ont pu bénéficier du programme et participer à ce déplacement pédagogique à Auschwitz. Pour la première fois, les élèves proposeront une restitution commune de leurs travaux le mercredi 22 mai 2024 au Mémorial de Rivesaltes.

Cette année, l’opération intervient en lien avec la démarche « Occitanie, terre de résistances » engagée par la Région pour faire vivre l’histoire et les valeurs de la résistance à travers toute l’Occitanie. Lancée par la présidente de Région Carole Delga à l’occasion de l’hommage rendu à Missak Manouchian le 19 février dernier, ce programme d’actions proposera en 2024 et 2025 des rendez-vous mémoriels et des temps d’échanges ouverts au public.

« Nos jeunes sont des passeurs de mémoire. C’est le message que nous souhaitons porter à travers la participation de la Région à ce déplacement pédagogique. J’ai eu l’occasion de les y accompagner l’an dernier, j’ai alors pu mesurer à quel point toutes et tous sont revenus marqués, sensibilisés, parce que désormais porteur d’une immense responsabilité, celle de dire, d’expliquer, de rapporter à leurs camarades l’horreur de la Shoah.

Les propos abjects et banalisés sur les réseaux sociaux comme la recrudescence des actes antisémites doivent collectivement nous alerter. Ne rien laisser passer, ne jamais renoncer, ne plus accorder le moindre espace aux discours haineux. Pour cela, j’en suis convaincue, l’éducation reste le principal chemin. Parler, échanger, transmettre, encore et toujours. Pour que vive à travers les générations la mémoire de celles et ceux qui ont subi ce qui représente encore aujourd’hui la pire expression de la haine de l’autre » a notamment rappelé la présidente de Région, Carole Delga, en marge de ce déplacement.

« C’était assez lourd, assez pesant, on se rend compte au fil de la visite de ce qui s’est vraiment passé ici. C’est assez difficile à comprendre, à encaisser. Je retiendrai de cette journée que nous avons eu une chance énorme de pouvoir faire ce déplacement et d’avoir été aussi bien entourés et encadrés », rapporte Charline, élève en terminale au lycée Pierre-Paul Riquet à Saint-Orens-de-Gameville (31).

« Ce qui m’a le plus touchée, c’est l’arrivée. J’ai un peu le sentiment qu’Auschwitz n’est pas totalement sanctuarisé. Il n’y a pas vraiment de coupure avec le monde qui l’entoure. L’ambiance également, quand on rentre dans le lieu, m’a marquée. C’était important de venir, j’ai appris beaucoup de choses. C’est toujours important de se rappeler, Auschwitz est un lieu de mémoire », témoigne Marylise, élève en terminale au lycée Alphonse Daudet à Nîmes (30)
Comme chaque année depuis 2019, 150 lycéens* d’Occitanie se sont rendus à Auschwitz-Birkenau, ce mercredi 27 mars, dans le cadre d’un programme pédagogique dédié au devoir de mémoire et à la citoyenneté. Fruit d’un partenariat entre la Région, les Rectorats de Toulouse et de Montpellier, le Mémorial de Rivesaltes et le Mémorial de la Shoah, ce voyage d’études intervient cette année en lien avec la démarche « Occitanie, terre de résistances » engagée par la Région en février dernier. Les conseiller.es régionaux.ales Guillaume de Almeida Chaves, Philippe Andrieu, Nadia Bakiri, Monique Novaretti et Pascal Mazet accompagnaient les jeunes lycéens lors de ce déplacement.

Le parcours « Mémoire et Citoyenneté » destiné à accompagner les lycéens dans l’acquisition de repères historiques et le développement de leur sens critique s’inscrit en cohérence avec le Plan Régional de Lutte contre le Racisme et l’Antisémitisme déployé par la Région Occitanie. Ainsi, depuis 2019, plus de 750 jeunes ont pu bénéficier du programme et participer à ce déplacement pédagogique à Auschwitz. Pour la première fois, les élèves proposeront une restitution commune de leurs travaux le mercredi 22 mai 2024 au Mémorial de Rivesaltes.

Cette année, l’opération intervient en lien avec la démarche « Occitanie, terre de résistances » engagée par la Région pour faire vivre l’histoire et les valeurs de la résistance à travers toute l’Occitanie. Lancée par la présidente de Région Carole Delga à l’occasion de l’hommage rendu à Missak Manouchian le 19 février dernier, ce programme d’actions proposera en 2024 et 2025 des rendez-vous mémoriels et des temps d’échanges ouverts au public.

« Nos jeunes sont des passeurs de mémoire. C’est le message que nous souhaitons porter à travers la participation de la Région à ce déplacement pédagogique. J’ai eu l’occasion de les y accompagner l’an dernier, j’ai alors pu mesurer à quel point toutes et tous sont revenus marqués, sensibilisés, parce que désormais porteur d’une immense responsabilité, celle de dire, d’expliquer, de rapporter à leurs camarades l’horreur de la Shoah.

Les propos abjects et banalisés sur les réseaux sociaux comme la recrudescence des actes antisémites doivent collectivement nous alerter. Ne rien laisser passer, ne jamais renoncer, ne plus accorder le moindre espace aux discours haineux. Pour cela, j’en suis convaincue, l’éducation reste le principal chemin. Parler, échanger, transmettre, encore et toujours. Pour que vive à travers les générations la mémoire de celles et ceux qui ont subi ce qui représente encore aujourd’hui la pire expression de la haine de l’autre » a notamment rappelé la présidente de Région, Carole Delga, en marge de ce déplacement.

« C’était assez lourd, assez pesant, on se rend compte au fil de la visite de ce qui s’est vraiment passé ici. C’est assez difficile à comprendre, à encaisser. Je retiendrai de cette journée que nous avons eu une chance énorme de pouvoir faire ce déplacement et d’avoir été aussi bien entourés et encadrés », rapporte Charline, élève en terminale au lycée Pierre-Paul Riquet à Saint-Orens-de-Gameville (31).

« Ce qui m’a le plus touchée, c’est l’arrivée. J’ai un peu le sentiment qu’Auschwitz n’est pas totalement sanctuarisé. Il n’y a pas vraiment de coupure avec le monde qui l’entoure. L’ambiance également, quand on rentre dans le lieu, m’a marquée. C’était important de venir, j’ai appris beaucoup de choses. C’est toujours important de se rappeler, Auschwitz est un lieu de mémoire », témoigne Marylise, élève en terminale au lycée Alphonse Daudet à Nîmes (30)