Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes

  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
         
 

L’Hexagonale, réplique du Tour de France 1924, traverse les Hautes-Pyrénées le 9 juillet

samedi 6 juillet 2024 par Rédaction

Les Fanas de la route

En marge du Tour de France la « Team FullSpeed » organise la réplique du Tour 1924 pour célébrer les cent ans de l’épreuve et mobiliser le public en faveur de la Fondation Movember qui lutte contre les cancers de la prostate et du testicule. Le « Team FullSpeed » a été créé par quatre « fanas » de sport et d’aventures qui s’engagent pour des causes caritatives et expliquent : « vouloir rendre un hommage historique en repoussant nos propres limites dans une activité qui nous passionne afin de récolter des dons. » Les quatre copains n’ont trouvé que deux compagnons d’aventure pour les accompagner à vélo mais six autres les accompagneront en voiture pour assurer l’assistance technique, la logistique et tourner un documentaire sur la course.

Un Tarbais à l’origine de l’épreuve

Originaire de Laloubère Pierre Ferré, qui a fait ses études au Collège Victor Hugo et au Lycée Théophile Gautier de Tarbes, est l’un des fondateurs du « Team FullSpeed », avec Alexandre Favreau, Pierre Leroy et Alan Ousenekan, trois copains d’aventures sportives. Ensemble ils participent à des épreuves de trail-running, de triathlon, de crossfit, de cyclisme (L’Echappée Belle, l’Euskaltrail, les Templiers, l’Ironman Andorra, l’Embrunman, les Frenchtrowdown, l’Etape du Tour, la GFNY du Tourmalet…). En dehors de ces épreuves officielles, ils organisent leurs propres défis physiques comme la traversée semi-autonome des Pyrénées à vélo, la traversée à la nage du Bassin d’Arcachon, la traversée de la Corse par le GR 20 et l’ascension du Mont Blanc et du Vignemale.

Une aventure sportive et humaine au bénéfice de Movember

Cette année les quatre fondateurs de l’Association « Team FullSpeed » ont décidé de refaire le Tour de France 1924 qui est rentré dans l’histoire pour sa dureté et l’abandon des frères Pélissier, dont Henri avait remporté l’édition précédente. Le Tour 1924 est également rentré dans l’histoire parce que son vainqueur l’Italien Bottecchia a porté le maillot jaune de la première à la dernière journée. L’idée était d’associer une aventure sportive et humaine difficile avec une action caritative lors des étapes de repos avec des recueils de dons pour la Fondation Movember qui lutte contre les cancers de la prostate, du testicule et la dépression chez les hommes qui peut conduire au suicide. En guise de soutien, les sportifs se laissent pousser la moustache du 1er au 30 novembre. Un concept qui s’est développé en Australie en 1999 pour aboutir en 2007 à la création de la Fondation. En France les rugbymen, sous l’influence des joueurs australiens et néo-zélandais, ont été parmi les premiers à porter pendant le mois de novembre la moustache pour sensibiliser le grand public. Aujourd’hui plus d’une vingtaine de pays organisent chaque mois de novembre des manifestations en faveur de la Fondation Movember.

Réplique du Tour et de l’étape Bayonne-Luchon 1924

Le 29 juin, les six cyclistes amateurs se sont élancés pour un périple de 5425 kilomètres et de 52 000 mètres de dénivelés positifs sur le parcours du Tour de France 1924. L’épreuve est nommée l’Hexagonale pour son parcours qui suit les contours côtiers et les frontières de la France. L’épreuve reprend les quinze étapes originales de 1924 et passera dans les Hautes-Pyrénées le mardi 9 juillet lors de l’étape Bayonne-Bagnères-de-Luchon. Une étape gagnée il y a cent ans par l’Italien Ottavio Bottecchia en 15h 24’25’’ qui remporta le Tour de France 1924 après avoir terminé deuxième derrière Henri Pélissier l’année précédente.

Horaires de passage du 9 juin 2024

Les coureurs du « Team FullSpeed », qui quitteront Bayonne à 3h00 du matin, passeront au Col d’Aubisque vers 12h00, à Argelès-Gazost vers 13h00, à Barèges vers 15h15, au col du Tourmalet vers 16h15, au col d’Aspin vers 17h45, au col de Peyresourde vers 19h45 pour arriver à Luchon vers 20h15, soit après plus de 17h00 de vélo. Deux heures de plus que Bottecchia, compte tenu des conditions de course avec la circulation et du fait que les coureurs s’attendent quand l’un d’entre eux est en difficulté.

Le calendrier des étapes du 29 juin au 27 juillet 2024

1ère Sam. 29/06 : Paris-Le Havre (381 km) / 2ème Lun. 1/07 : Le Havre-Cherbourg (371 km) / 3ème Mer. 3/07 : Cherbourg-Brest (405 km) / 4ème Ve. 5/07 : Brest-Les Sables-d’Olonne (412 km) / 5ème Dim. 7/07 : Les Sables d’Olonne-Bayonne (412 km) / 6ème Ma. 9/07 : Bayonne-Bagnères-de-Luchon (323 km) / 7ème Je. 11/07 : Bagnères de Luchon-Perpignan (323 km) / 8 Sam.13/07 : Perpignan-Toulon (427 km) / 9ème Lun. 15/07 : Toulon-Nice (280 km) / 10ème Mer. 17/07 : Nice-Briançon (275 km) / 11ème Ven. 19/07 : Briançon-Gex (307 km) / 12ème Dim. 21/07 : Gex-Strasbourg (360 km). 13ème Mar. 23/07 : Strasbourg-Metz (300 km) / 14ème Jeu. 25/07 : Metz-Dunkerque (433 km) / 15ème Sam. 27/07 : Dunkerque-Paris (343 km).

Le calendrier 1924 des étapes du 22 juin au 20 juillet
1 Paris-Le Havre : 381 km / 2 Le Havre-Cherbourg : 371 km / 3 Cherbourg-Brest : 405 km / 4 Brest-Les Sables d’Olonne : 412 km / 5 Les Sables d’Olonne-Bayonne : 482 km / 6 Bayonne-Luchon : 326 km / 7 Luchon-Perpignan : 323 km / 8 Perpignan-Toulon : 427 km / 9 Toulon-Nice : 280 km / 10 Nice-Briançon : 275 km / 11 Briançon-Gex : 307 km / 12 Gex-Strasbourg : 360 km / 13 Strasbourg-Metz : 300 km / 14 Metz-Dunkerque : 433 km / 15 Dunkerque-Paris : 343 km

Le Tour 1924 est rentré dans la légende

En 1924, 157 coureurs sont au départ de l’épreuve et seulement 60 arriveront à Paris. Albert Londres, grand journaliste d’investigation qui couvre l’épreuve pour le « Petit Parisien » recueille les confidences de Francis et d’Henri Pelissier après leur abandon. Les deux frères dénoncent « l’impitoyable et l’intolérable exigence physique d’un règlement trop sévère ». L’article titré « Les Forçats de la route », qui décrit un « Tour de souffrance et le calvaire des coureurs », restera dans la postérité. Hormis le parcours identique et les jours de repos entre chaque étape, les conditions sont bien différentes avec des vélos modernes beaucoup plus légers et des routes qui sont un véritable billard aujourd’hui par rapport à de lourds vélos sans dérailleurs et des routes non bitumées de l’époque. De plus les six coureurs contemporains sont assistés mécaniquement et médicalement tout au long du parcours car le but est d’arriver au complet. Au départ l’idée était de refaire l’épreuve avec du matériel d’époque et dans les mêmes conditions de non assistance totale mais c’était irréalisable. Car le but, c’est avant tout d’aller au bout de la course pour réunir des fonds tout au long des quinze étapes de repos. Ce qui n’empêche pas que ce soit un véritable défi sportif avec des départs à 3h00 du matin et quinze à vingt heures de vélo avec des étapes de plus de 400 km.

Une organisation minutieuse

Même si les infrastructures routières ne sont plus les mêmes avec de nombreux aménagements dans les entrées et sorties des villes, Pierre Ferré, (au terme d’un long travail d’investigation et de préparation), a essayé de calquer au mieux les étapes du Tour 1924 au niveau des lieux traversés et du kilométrage. Trois kilomètres séparent l’étape Bayonne-Luchon de 1924 (326 km) et celle de 2024 (323 km). Trois voitures et six personnes suivent les coureurs avec des équipements de rechange, du matériel de secours et du ravitaillement. Une aventure familiale aussi puisque l’assistance est fournie par des membres de la famille passionnés de cyclisme, car ce n’est pas de tout repos. Il faut préparer le petit-déjeuner, nettoyer les lieux d’hébergements au départ, préparer le ravitaillement pour la journée, faire les courses et préparer les repas du soir à l’arrivée. Il faut aussi rouler pendant des heures à faible vitesse derrière les coureurs pour assurer leur sécurité. Les repas ont été spécialement élaborés par une diététicienne pour répondre à tous les besoins nutritifs engendrés par une douzaine d’heures de vélo tous les deux jours. L’hébergement se fait chez les Pompiers ou chez des amis et des connaissances. Les jours de repos entre chaque étape sont consacrés à recueillir des dons pour la « Fondation Movember » sur la place de la Mairie de la ville étape avec des animations entre 14h00 et 17h00 pour échanger et sensibiliser le public.

Jean-Jacques Lasserre