Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes

  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
         
 

Débat Démocratique : TCES critique l’ambiance électrique du conseil municipal

vendredi 16 février 2024 par Rédaction

L équipe d’opposition Tarbes Citoyenne Ecologique et Solidaire, Rebecca Caley, Héloïse Dasse, Hervé Charles et Laurent Rougé ont évoqué lors d’une conférence de presse les clashs permanents qui règnent au conseil municipal.

Laurent Rougé  : « Nous déplorons que le débat politique tarbais soit pollué, par des clashs permanents au sein du conseil municipal, (faisant allusion aux mauvais échanges entre le maire Gérard Trémège et Pierre Lagonelle, élu d’opposition de Tarbes pour tous) qui phagocytent énormément . Lors du dernier conseil municipal, nous avons fait 10 interventions dont 8 étaient des interventions avec du fond et nous nous faisons kidnapper l’attention par du clash et de l’invective qui monopolise l’attention, nous trouvons que cela nuit beaucoup au débat démocratique, il y a 44 000 habitants à Tarbes auxquels on doit un débat de fond.

A TCES, nous faisons des propositions que nous travaillons collectivement avec notre équipe, nous travaillons les dossiers sur lesquels on intervient et nous les maitrisons. Nous ne sommes pas dupes de ces caricatures.

Il se trouve que la majorité en place avec laquelle nous avons de profonds désaccords est forcée de nous écouter. Nous travaillons de manière méthodique. Ce que nous disons est étayé par la maitrise des dossiers. Nous sommes une opposition ferme, sérieuse, opposée et crédible ».

Hervé Charles : « Au denier conseil municipal nous avons eu les questions budgétaires, fiscales et aussi sur le pouvoir d’achat. Nous trouvons que le débat prend une tournure qui n’est pas satisfaisante quand on parle de ‘’matraquage fiscal ou faire les poches des tarbais’’.

Sur la question du pouvoir d’achat ce qui est assez amusant, c’est que ce sont les mêmes qui parlent de faire la poche des tarbais et qui soutiennent un gouvernement qui a refusé que la DGF et les salaires soient indexés sur l’inflation, en termes de cohérence on a vu mieux !

Sur le matraquage fiscal, nous rappelons que depuis quelques années c’est plutôt un allégement fiscal avec la suppression de la taxe professionnelle et la taxe d’habitation, en deux mots ces dernières années nous avons plutôt vu un allégement qu’un matraquage fiscal ».

L élu de TCES a rappelé que la suppression de ces différents impôts avaient une conséquence directe sur le budget municipal et la façon dont il se construit, maintenant il n’y a plus que la taxe foncière pour équilibrer le budget ou se donner des marges de manœuvres , et que si on propose une baisse de la taxe foncière il y aura des conséquences directes soit l’augmentation des services publics, l’augmentation du stationnement, de la cantine scolaire, moins de recrutement d’agents ou suppression des postes.

« En ce qui concerne les agents municipaux on pourrait parler de matraquage social, après le passage aux 1607 heures, pas d’augmentation de salaire etc… Nous pensons que la mairie doit faire un effort ou il y aura de plus en plus de mal à recruter.

Sur le budget ce qui est intéressant, il y a une hausse des recettes, nous proposons avec cette hausse de recettes de l’utiliser pour l’isolation thermique des bâtiments publics, la gratuité des fournitures scolaires pour les enfants tarbais et aux régimes indemnitaires des agents municipaux  ».

Pour Rébecca Caley, l’urgence climatique et sociale doit s’intégrer dans ce budget. « Nous sommes loin de l’exigence qui nous est faite avec la réduction de l’usage de la voiture, il faut mettre en place des choses qui orientent vers les mobilités douces, les transports publics. Nous ne sommes pas à dire que rien ne se fait mais il n’y a pas de projet global.

Une préoccupation majeure la santé : le centre de santé actuel répond à une demande mais aujourd’hui il est complètement dépassé, il faut un projet de santé communautaire ».

Pour Héloïse Dasse, « l’augmentation de 20 à 22€ de dotation par élève, on l’attendait depuis longtemps mais c’est insuffisant. Beaucoup d’enseignants prennent sur leurs fonds personnels pour acheter du matériel, il faudrait une augmentation de la dotation significative.

Sur la gestion du CCAS, nous avons été dubitatif par rapport à la proposition de cette gestion à temps partiel, nous sommes très inquiets sur son fonctionnement, de plus avec le niveau de précarité à Tarbes. Il faudrait augmenter le budget du CCAS pour répondre aux besoins des gens ».

Laurent Rougé conclut : « Nous avons une vision globale, cohérente, réfléchie, sérieuse et crédible de la ville ».

Nicole Lafourcade