Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes

  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
 
 

Retour sur Tarbes-Albi

lundi 12 février 2024 par Rédaction

Contrôle antidopage

A l’issue de la rencontre les N° 3, 8 et 11 de chaque équipe ont été contrôlés. C’est-à-dire Duny, Manu, Tuva, côté tarbais et De Clercq, Maciotta, Raivono côté albigeois. 

Un match biaisé par l’enjeu

Le score est lourd, humiliant, pour les joueurs, les entraîneurs, incompréhensible pour des supporters en colère, dégoûtés même. Cependant si les Tarbais ont chargé, il faut reconnaître qu’ils sont tombés sur une grosse équipe d’Albi au jeu métamorphosé, fait de vitesse et de puissance, avec des passes dans la défense, qui s’appuie sur une conquête toujours aussi performante. Un match biaisé dès le départ, entre une équipe albigeoise qui a fait de ce match une priorité pour rester dans le Top 2 et une équipe tarbaise qui n’a plus rien à jouer, si ce n’est pour l’honneur du maillot, depuis le Forfait Général de Blagnac.

Un gros combat selon les Albigeois

Le troisième ligne Calmon confirme au « Magsport » que c’était l’objectif prioritaire et que le bonus offensif est la cerise sur le gâteau. « Les 5 points sont très bien pour l’équipe mais c’était avant tout la victoire et essayer de bien figurer aujourd’hui jusqu’à la 80ème » .Avec le couteau sous la gorge, les Tarbais auraient-ils tenté des pénaltouches au lieu de prendre des pénalités et de faire douter un peu plus des Albigeois fébriles en début de rencontre. Calmon, là aussi apporte un élément de réponse. « Il y avait une très belle équipe de Tarbes qui a mis énormément de combat et qui nous a mis à mal notamment sur la fin de la première mi-temps. L’équipe s’est ressoudée, est restée constante tout le match, ce qui nous avait fait un peu défaut sur les derniers matchs à l’extérieur. » Le talonneur Castant le confirme « C’était un combat acharné... Ce n’est vraiment pas évident ici, on y a laissé des plumes, on a mis un gros combat mais ça finit par nous sourire à la fin. »

Albi au mental

C’est dans la tête et au mental que tout s’est joué à l’heure de jeu. Jusque là les Tarbais malgré tout étaient dans le match. L’essai de Raivono, parti d’une touche aux 50 mètres après plusieurs enchaînements et renversements de jeu, a fait basculer la rencontre dans les têtes 13-16 (55ème). Là aussi Castant confirme. « Dans des matchs aussi serrés et dans un championnat aussi difficile, c’est souvent en fin de match que ça se libère d’un côté ou de l’autre. Il a fallu serrer les dents car quand ils marquent cet essai et qu’on est en infériorité numérique avant la mi-temps, on ne faisait pas les fiers. Ce n’était pas facile mais on n’a pas baissé la tête et on est reparti au charbon. » Les Albigeois ont repris confiance et les Tarbais ont perdu leur lucidité en se jetant à bras perdus dans l’offensive s’offrant aux contres adverses face à une défense agressive. Manu le reconnait explicitement. « C’est nous qui avons un peu lâché mentalement, on n’est pas resté dans le cadre ni dans le game. »

Tarbes a cédé mais n’a pas démissionné

C’est flagrant à la relecture de nos notes. Le second essai vient d’un ballon récupéré qui entraîne une pénalité sur mêlée et une pénaltouche à 5 mètres. Les Tarbais n’ont pas cédé au pilonnage en règle de leur ligne avant de concéder une nouvelle pénalité sur hors-jeu. Oulaï marquait en force sur cette pénalité jouée à la main alors que Tarbes s’arcboutait depuis une dizaine de minutes devant les assauts des Tarnais 13-21 (61ème). Tarbes gérait bien la mêlée mais subissait une nouvelle relance et concédait une touche à 5 mètres et un essai de Castant sur le ballon porté 13-28 (66ème). Sur le renvoi, Albi en confiance relançait, tapait à suivre et Berbizier sauvait dans l’en but (67ème). Sur le renvoi d’en-but, nouvelle relance et nouvelle percée stoppée par un en-avant albigeois sous les poteaux (69ème). Dans la foulée Tarbes encaissait un quatrième essai par Couchinave sur un ballon tombé après une relance bigourdane 13-35 (73ème). Après une percée de Rawaca (76ème), Tarbes se faisait pénaliser au sol et récupérait la mêlée après avoir contenu le maul tarnais (78ème). Les Tarbais enchaînaient un long temps de jeu avec de l’avancée mais Tedder les crucifiait sur une interception 13-42 (80ème). Le score est lourd mais il aurait pu être encore plus lourd si les Tarbais avaient complètement démissionné, face à une équipe albigeoise survoltée après avoir longtemps douté.

Albi contrecarré pendant près d’une heure

Car pendant près d’une heure de jeu les Albigeois n’ont pas été à la fête malgré leur volonté d’envoyer du jeu d’entrée pour surprendre les Bigourdans. La défense tarbaise bien en place récupérait une mêlée (2ème) et se sortait avec maîtrise d’une touche à 5 mètres (6ème) derrière laquelle Palisse (genou) devait quitter le terrain sur une civière. Les Tarbais bien placés en défense contenaient les velléités tarnaises mais concédaient l’ouverture du score sur pénalité 0-3 (14ème). La défense tarbaise tenait bon aussi sur un contre en récupérant une mêlée à 5 mètres de sa ligne et une pénalité en suivant (17ème). Sur un enchainement après une touche Tarbes obtenait une pénalité 40 mètres en biais (20ème). Au lieu de tenter d’égaliser les Bigourdans choisissait la pénaltouche à 10 mètres. Le maul était écroulé d’entrée, les avants enchainaient dans l’axe et récupéraient une pénalité à 5 mètres presque face aux poteaux (22ème). Tarbes choisissait de nouveau la pénaltouche à 5 mètres cette fois et commettait un en-avant (23ème) et se faisaient pénaliser sur la mêlée. Puis le jeu devenait décousu avec des turnovers de part et d’autres non exploités. Suite à une pénalité en mêlée Tarbes de ses 40 mètres prenait logiquement la pénaltouche (30ème). Le maul était aussitôt écroulé mais cette fois avec une pénalité à la clé que Berbizier transformait 3-3 (32ème). Tarbes négociait bien sa sortie de camp mais concédait en suivant, une pénalité que Queheille manquait des 22 mètres en biais (35ème). Le renvoi aux 22 mètres sortait directement en touche avec mêlée face aux poteaux et pénalité pour Albi 3-6 (38ème). Les Tarbais récupéraient le ballon sur le renvoi, enchaînaient mais se faisaient pénaliser à 10 mètres de la ligne (40ème). Sur une relance, Tarbes mettait Albi à la faute avec un carton jaune à Maurice à la clé (40+2). Les Tarbais se heurtaient à une grosse défense mais obtenaient une mêlée (40+5). Tarbes envoyait du jeu derrière, puis pilonnait la ligne par ses avants avant de trouver la faille au large par Rawaca lancé comme un frelon 10-6 (40+8).

Des regrets et des circonstances atténuantes malgré tout

On peut regretter, que la pénalité sous les poteaux sous les poteaux (22ème) n’ait pas été tentée, car les Tarbais auraient été devant au score à la demi-heure de jeu 6-3 et aurait mené 13-6 (40+5) et 16-9 (53ème). De quoi emmagasiner de la confiance et faire douter encore plus une équipe albigeoise fébrile. A noter que Tarbes, avec la sortie prématurée de Palisse sur une civière (6ème) et les sorties sur blessure de Descoubet (40ème) et de Méric (61ème), a pu être perturbé. Il ne faut pas oublier non plus que Tarbes, en plus de ses blessés de longue durée (Duffau, Bonnin, Bousquet) et du départ de Taufa, était privé de son capitaine Armary (suspension), de Massyn et Fuertes (commotions), de Dulucq et Tchitchiasvhili (malades), de Nasoko et Pees (blessures), soit onze joueurs dont dix cadres de l’équipe !!!

Jean-Jacques Lasserre