Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes

  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
         
 

Débriefing avec Nicolas Cabannes après Blagnac

mardi 16 janvier 2024 par Rédaction

L’entraîneur s’est isolé sur le parking à l’autre bout du stade pour téléphoner, loin de la Bandas et des supporters et joueurs blagnacais, qui discutent verre à la main. Quand il nous voit rejoindre notre voiture, il met un terme à sa conversation téléphonique et vient à notre rencontre avec une moue qui en dit long. Nicolas Cabannes semble accablé par la piètre prestation de son équipe et la lourdeur du score, alors qu’il espérait ramener quelque chose du premier, du moins compliqué et du plus court des trois déplacements. Là, à moins d’un miracle, on s’oriente vers un Bloc de trois matchs à 0 point. 

Le score est lourd et il n’y a pas grand-chose à ressortir du contenu

Un match à oublier tant au point de vu du contenu que du résultat. « Oui, le score est lourd et il n’y a pas grand-chose à ressortir du contenu, ce n’était pas un grand de rugby des deux équipes » lâche l’ancien demi-de-mêlée. « On prend nos ballons en conquête, mais on les a très mal utilisés dès le lancement de la première phase de jeu. Après on a eu beaucoup de pertes de balles quand on a voulu mettre du mouvement, parce qu’on avait l’impression qu’on pouvait les déstabiliser. Après on a manqué de combat dans le jeu au sol et on a été en retard aussi. C’est très décevant bien sûr. » Des travers déjà aperçus, surtout à l’extérieur, avec de nombreux ballons tombés, arrachés, rendus dans les rucks ou mal utilisés au pied. Des Tarbais beaucoup pénalisés dans le jeu au sol et pas récompensés sur les ballons portés, ce qui fait beaucoup pour espérer réaliser une belle prestation à défaut de l’emporter. Avec une nouvelle fois cette incapacité à marquer des points sur les temps forts à cause de fautes techniques et à cette propension à offrir trop de points faciles à son adversaire comme le premier essai. « On joue vite le renvoi d’en but et on leur donne la mêlée à cinq mètres où ils marquent. Alors qu’on vient de prendre un carton jaune et qu’on a le temps... » Un essai de plus très rapidement marqué dès la deuxième phase de jeu qui libérait les Blagnacais.

Toujours les mêmes travers

Ensuite le capitaine tarbais a écopé d’un carton rouge qui a changé en partie la donne. « On a été très vite réduit à quatorze et ça nous déséquilibre. Après, on a essayé d’utiliser le ballon mais on ne l’a pas conservé et on n’a pas pu les mettre réellement en difficulté voilà. On les a franchis de loin mais quand on est arrivé près des lignes on n’a pas eu l’occasion de marquer. » Chaque fois, un en-avant ou un contest, sont venus gâcher de beaux enchaînements. Les Tarbais ont concrétisé deux fois au pied les pénalités qu’ils s’étaient procurés près des lignes mais ils ont failli sur les ballons portés qui sont passés trop vite et parfois peut-être impunément au sol. Malgré l’expulsion d’Alexis Armary, le sauteur en titre, la touche a plutôt bien fonctionnée. « Oui, on a été performant en touche et même à sept sur les mêlées de Blagnac. La conquête est un point positif mais quand on a des ballons il faut bien les utiliser », remarque l’entraîneur des trois-quarts. « C’est là où il y a de quoi être déçu… ».

Des lancements de jeu pas respectés

En effet les lancements de jeu, travaillés, répétés et peaufinés toute la semaine à l’entraînement et révisés à la mise en place, n’ont pas été respectés ou n’ont pas été bien exécutés. De plusles Tarbais n’ont jamais pu mettre la main sur ce match et surtout trouver le bon tempo entre prudence excessive et prise inconsidérée de risques lorsqu’ils avaient le ballon. « On a un carton jaune dès la deuxième et en fait on joue presque tout le match à quatorze. On tente la première pénalité des 50 mètres en attendant qu’Armary revienne. Puis quand il est revenu, il n’est pas resté longtemps sur le terrain. Ensuite les lancements n’ont pas été précis, parce qu’on a manqué de précision en touche ou bien on a fait tomber les ballons de suite. » L’intention était bien d’envoyer du jeu mais la continuité n’était pas au rendez-vous. « On s’est trompé là-dessus. On voulait faire du volume de jeu parce qu’on pensait les prendre là-dessus. Après, soit on s’est fait gratter les ballons au sol, soit on a fait des en avants et on a rendu les ballons. Après on s’est renfermé un peu sur nous-mêmes avec un jeu au pied un peu aléatoire. »

Manque général de précision, indiscipline et défaillance dans les rucks

Même s’il est difficile de parler du rôle de l’arbitrage quand on prend 31 points et qu’on encaisse quatre essais mais l’impression ressentie par les supporters tarbais semblait partagée, sur des hors-jeu non sifflés, sur des positions illicites dans certains rucks... « Oui, l’arbitre a été dur avec nous. A un moment donné, on a un avantage à cinq mètres de leur ligne et l’arbitre revient à la pénalité de suite, alors qu’on est position de marquer. » Par contre les coups durs encaissés la veille, avec les forfaits de Fuertes, de Pees et de Duny le matin même n’auraient pas pesé sur le moral avant la rencontre. « Non, je ne pense pas parce que l’équipe s’entraîne bien et on avait fait tous une bonne semaine. Les joueurs qui les ont remplacés sont performants. C’est surtout le manque général de précision et les rucks où on perd trois ballons en première mi-temps et une pénalité. On prend un carton jaune et un carton rouge et en deuxième mi-temps on se fait gratter trois ou quatre ballons d’affilées pendant les dix premières minutes… »

Propos recueillis par Jean-Jacques Lasserre