Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes

  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
         
 

Un jugement qui satisfait. Mais !

mardi 24 octobre 2023 par Rédaction

Myriam Mendès et José Navarro se sont adressés à la presse pour faire part de leurs commentaires suite au délibéré rendu la semaine dernière par le tribunal correctionnel de Tarbes en ce qui concerne l’affaire de diffamation de José Navarro, Me Léguevaque et Myriam Mendes envers la personne de Gérard Trémège.

« De ce jugement je suis satisfaite et surtout confortée dans l’idée que l’on ne peut pas bâillonner impunément la liberté de parole d’un avocat, d’un représentant politique comme José Navarro ou d’une élue que je suis. Les contribuables tarbais ont quand même payé plus de 160 000€ de frais d’avocats pour la défense de Gérard Trémège dans d’autres affaires qui concernent son mandat d’élu de maire, une somme considérable et qui n’a pas fini de grossir. Il y aura un procès annoncé.

Je suis très surprise du comportement qu’il a eu jeudi dernier en conférence de presse où il redisait que sa seule satisfaction avait été de nous mettre devant le tribunal. Pour moi c’est indigne d’un élu d’avoir de tels propos puisque Gérard Trémège se permet d’attaquer ses opposants au tribunal pour se faire plaisir sur le dos des contribuables tarbais.

Je trouve indigne d’un élu, qui de surcroit a une sagesse de 79 ans, 3 mandats et demi de maire à son actif, alors franchement je me demande où est la sagesse quand on attaque ses opposants pour se faire plaisir sur le denier public, ça promet !

Je demande très solennellement à Gérard Trémège de retrouver sa dignité et de bien vouloir rembourser au budget municipal (ce qui n’est pas une obligation législative) ses frais d’avocat dans cette affaire de diffamation puisque c’était une affaire personnelle.

Le tribunal a vu clair dans ce jeu, il a considéré que c’était une procédure abusive, non seulement il l’a débouté de sa demande mais en plus il l’a condamné à nous verser 1 000€ à chacun au titre de nos frais », a déclaré Myriam Mendes.

José Navarro est revenu sur la satisfaction de Gérard Trémège à les mettre au tribunal :

« C’est un atout de sa part, c’est un procès bâillon, y compris dans la procédure en diffamation. Quand quelqu’un se sent diffamé dans son honneur, il a plusieurs cordes à son arc et s’il veut réparation de suite il peut aller vers ce que l’on appelle la citation directe, or, Gérard Trémège a choisi une toute autre procédure, il a saisi le doyen des juges d’instruction pour qu’il nomme un juge d’instruction. Cela veut dire qu’il y a eu enquête et que son objectif était bien celui qu’il dit lui-même de nous mettre devant le tribunal.

Nous sommes des citoyens lambda, nous n’avons pas la capacité qu’il a lui de faire voter au conseil municipal la prise en charge des frais d’avocats, ce qui n’est pas neutre car le citoyen lambda lui il paie ses avocats. Et donc il nous met dans cette procédure avec un juge d’instruction n’ayant pas d’autre choix que de nous mettre en examen, un choix délibéré de sa part.

Nous avons préparé notre défense et les conclusions de la présidente du tribunal est dans ces conditions. ’’ Christophe Léguevaque, José Navarro et Myriam Mendes apportent la preuve de leur bonne foi et il convient de prononcer la relaxe à leur égard’’.

Lors de cette conférence de presse, dans la procédure de Tarbes Intègre, nous ne recherchions non pas à diffamer Gérard Trémège mais à permettre aux citoyens lambda de cette ville de se porter partie civile.

C est le roi de l’esquisse, en mai 2021 il prend des délibérations et dit que la ville va se porter partie civile et pour constater en 2023 que ce n’est pas le cas. Par contre lui et d’autres personnes sont renvoyées devant le tribunal correctionnel, on verra alors ce qu’il en est. Il cherche à gagner du temps, mais il n’en reste pas moins que notre bonne foi ait été reconnu.

Il dit qu’il va faire appel, il joue sur l’esquive, faire appel de quoi ? Dans une affaire de diffamation quand on ait relaxé on ne peut pas faire appel de la bonne foi qui a été reconnue. Il va faire appel au civil des 1000 € qui nous ont été attribués et s’il veut faire appel des 5 000€ que lui attendait je pense qu’il va avoir des difficultés puisque nous avons été relaxés.

Nous avons subi cette procédure, ce n’est pas simple, ce n’est pas facile.

Il annonce beaucoup d’appels et de procédures, nous aussi on regardera si le code civil nous permet de considérer que c’était une procédure abusive (je pense à l’article 272) et qu’à ce titre on pourra demander des dommages et intérêts.

Il largue dans sa conférence de presse qu’il a eu des non lieu sur tel ou tel chef d’inculpation et il pense que la prise illégale d’intérêts et le délit de favoritisme sont quelque chose de bénin. Je ne pense pas qu’après 10 années d’instruction ça puisse être considéré comme bénin.

Ce sont deux chefs d’inculpation les plus redoutés des élus. Il faut arrêter de minimiser ce qui a pu se passer ».

Il est toujours possible que Tarbes intègre se porte partie civile.

Nicole Lafourcade