Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes

  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
         
 

Retour sur Narbonne-Tarbes en amical

dimanche 13 août 2023 par Rédaction

Une équipe narbonnaise solide et expérimentée

Indubitablement, Narbonne dispose d’une belle équipe composée de recrues expérimentées comme Loukia (pilier, 29 ans, Aix) Estériola (talonneur, 32 ans, Béziers), Visser (2ème lg, 30 ans, Zèbre), Malet (3ème lg, 30 ans, Aix), Valentine (mêlée, 40 ans, Béziers), Bosch (ouvreur, 32 ans, Biarritz), Curtis (3/4, 31 ans, Mont-de-Marsan), Betham (3/4, 34 ans, Aix), tous alignés contre Tarbes. Sans compter les anciens comme Moïse (pilier, 32 ans, ex-Pau), Kbaier (2ème lg, 30 ans, ex-Massy, Aix), l’Argentin Rebussone (2ème lg, 30 ans, Super 10 italien), l’Australien Kane (3/4, 27 ans) et les jeunes de talent qui ont pris du volume, comme Christienne (3ème lg, 22 ans), Abescat (3ème lg, 22 ans), Chauvet (ouvreur, 22 ans), Tsague (ailier, 20 ans), Auradou (arrière, 21 ans).

Julien Seron : De l’enthousiasme, de l’énergie, de la cohésion

Le Manager était visiblement satisfait du résultat mais surtout de la manière. « Je retiens l’enthousiasme, l’énergie, j’ai senti une équipe avec de la cohésion. Mais aussi, c’est un match de préparation, avec beaucoup d’imperfections, un manque de précision, à certains moments. Mais dans la globalité, ce que je retiens, c’est l’énergie et forcément la victoire, parce qu’on se construit dans la victoire. Je suis content de l’état d’esprit qui a été le nôtre. » Le technicien souligne toutefois un manque de constance. « En fin de première mi-temps, on bascule dans de l’individuel et on manque un peu de collectif. Après on s’est remis un peu dans le droit chemin avec de belles actions offensives. C’est ce qu’on recherchait avec la débauche d’énergie qui a été intéressante. » Autre point de satisfaction, l’apport des recrues qui faisaient leur entrée. « Je suis content. Les mecs se sont vite fondus dans le moule et on va continuer à travailler pour ça.

Une équipe tarbaise toujours en rodage

Devant Tarbes a plutôt été dominateur en mêlée, en touche et sur les ballons portés, face au meilleur pack audois du moment, ce qui est plutôt de bon augure. Derrière, face à une attaque estampillée Pro D2, avec Valentine, Bosch, Kane, Curtis, Betham, les Tarbais alignaient une ligne arrière hétéroclite avec des joueurs qui n’étaient pas des titulaires à part entière la saison dernière. Méric, à la mêlée, n’a pas encore retrouvé tout son physique et l’ailier Tuva ses marques. Les titulaires attitrés de l’an passé Fuertes, (l’ouvreur et chef d’orchestre), était suspendu et Duffau, (l’ailier détonateur), est out pour la saison. De plus, les remplaçants de Vakacegu et d’Alofa, ne sont pas encore arrivés. Difficile donc de juger l’attaque tarbaise lors de ces deux premières sorties. D’autant que même si les entraînements sont poussés, l’équipe a peu de vécu rugbystique par rapport à Soyaux-Angoulême qui avait débuté la préparation trois semaines avant et même que Narbonne qui n’a pas encore pris sa semaine de repos.

Nicolas Cabanne : On n’a pas su inverser la pression

L’entraîneur des trois-quarts se refuse à parler des absences et notamment de celle des recrues Rawaka et Nasoko. « Pour l’instant, ils ne sont pas là et on fait avec les joueurs qu’on a et qui sont de vrais compétiteurs. Il n’y a pas d’excuse. On a été dominé dans l’agressivité, notamment dans les rucks, dans des choses qui ne demandent pas de talent. On subit trop pour mettre notre jeu en place. » Par rapport au premier match contre Soyaux-Angoulême, Nicolas Cabanne a noté « un léger mieux dans l’organisation défensive et du recul dans l’agressivité. » Autre point noir, les sorties de camp et les ballons rendus trop facilement. « On était dominé territorialement et on n’a pas su inverser la pression », constate l’ancien demi-de-mêlée, visiblement très déçu de cette prestation minimaliste.

Romain Terrain : A ce sport sans engagement tu ne peux pas gagner

L’entraîneur des avants, très déçu lui aussi, préfère voir le verre à moitié plein, notamment « sur la défense après les lancements de jeu. Sur les touches, on est efficace, sur les mêlées et les ballons portés, on est bien. Quand on a commencé à jouer au ballon, on est intéressant même si on n’est pas récompensé. » Lui aussi souligne un manque d’agressivité, irrémédiable au rugby, sport collectif de combat. « A ce sport, si tu ne mets pas d’engagement, tu ne peux pas gagner. Il faut être le premier sur les zones de combat. Pareil en défense, ce sont des signes forts. Si tu ne déplaces pas vite, si tu n’as pas la rage de monter fort, si dans les rucks tu n’es pas le premier, c’est que tu n’es pas prêt. On a mis vingt minutes à rentrer dans le match. Après le score était fait et tu commences à baisser la tête. » Le match, en effet, s’est joué dans les vingt premières minutes où les Tarbais, en infériorité numérique, ont encaissé deux essais et se sont retrouvés à 21-0 à la demi-heure de jeu. « On a eu un regain d’énergie en fin de première mi-temps et sur le début de la seconde, pour garder du positif. Maintenant, on va fermer notre gueule et travailler. »

Jean-Jacques Lasserre