Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes

  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
         
 

Conflit avec l‘ancien DGS de la CCI : François-Xavier Brunet mis en examen pour harcèlement

mercredi 12 avril 2023 par Rédaction

Selon nos informations, « François-Xavier Brunet, président de la CCI de Tarbes, a été mis en examen le 13 mars dernier à la suite d’une plainte avec constitution de partie civile que Camille Denagiscarde, ancien Directeur Général des Services de la CCI de Tarbes et des Hautes-Pyrénées, avait déposée contre X pour harcèlement concernant les conditions dans lesquelles est intervenu son départ de la CCI en 2019, ayant conduit à une dégradation de ses conditions de travail entraînant une atteinte à ses droits et à une altération de sa santé ».

Réaction de François-Xavier Brunet

 : « C’est une vieille affaire qui traîne depuis 2019 où la CCI territoriale avec l’accord de la CCI de Région qui est l’employeur avait décidé de procéder au licenciement de Monsieur Denagiscarde pour raisons professionnelles. A l’issue de ce licenciement, M. Denagiscarde a formé plusieurs recours devant le tribunal administratif. Il s’est d’ailleurs désisté de l’un d’entre eux. Le tribunal administratif a validé le licenciement et les motifs du licenciement en rejetant les arguments de M. Denagiscarde qui prétendait avoir été victime de harcèlement. M. Denagiscarde n’a pas fait appel de la décision du tribunal administratif. Avec les mêmes moyens, M. Denagiscarde a déposé une plainte auprès du procureur de la République qui a été classée sans suite. Toujours avec les mêmes moyens, sans apporter aucun élément nouveau, M. Denagiscarde a re-déposé une nouvelle plainte avec constitution de partie civile. C’est dans le cadre de ce nouvel épisode judiciaire que la juge d’instruction a cru devoir me mettre en examen. Je considère que celle-ci n’est pas justifiée et que les avocats de la CCI qui me représentent vont former appel de cette décision de mise en examen. J’aborde cela avec beaucoup de calme et de sérénité ».