Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Une association créée autour de Jean-Bernard Sempastous dans la 1ère circonscription

mardi 24 janvier 2023 par Rédaction

Jean-Bernard Sempastous, ancien député LREM de la première circonscription des Hautes-Pyrénées, a tenu une conférence de presse ce mardi matin à Tarbes en compagnie de Maryse Forgues, Une marcheuse elle aussi de la première heure. Après avoir souhaité ses meilleurs vœux aux citoyens des Hautes-Pyrénées, Il a souligné qu’il n’avait jamais remis en cause le résultat des élections législatives dans cette première circonscription où il s’était incliné de 104 voix. 


Estimant qu’il n’a jamais été un professionnel de la politique, il a repris son métier d’enseignant qu’il a exercé durant 29 ans. Il travaille sur deux mi-temps dans les lycées de Bagnères-de-Bigorre et de Jean Dupuy à Tarbes. Après avoir été un acteur de la vie politique, il est aujourd’hui un spectateur mais reste un militant du parti présidentiel Renaissance. Il a rappelé qu’il a travaillé avec tout le monde durant le quinquennat écoulé, mettant l’accent sur ses combats concernant l’hôpital unique et les problèmes de l’agriculture. Il garde bien sûr des regards sur la première circonscription et sur celle de la France insoumise qui lui a succédé. Le mandat de parlementaire demande, selon lui, des qualités intellectuelles, humaines et un effort physique, Avec des déplacements sur Paris en train et en avion, ce qui demande une bonne organisation. 


Selon lui, la députée qui lui a succédé est hors sol, soumise à Mélenchon. « Elle est invisible pour les citoyens . Personnellement, je suis toujours dans l’action ». A-t-il toujours une proximité avec le président de la République ? “Nous nous sommes entretenus deux fois. Il a toujours un regard très attractif sur notre département.”


« La défaite de Jean-Bernard n’a pas été un tsunami, a relevé Maryse Forgues. Le député sortant n’a pas été battu par un raz-de-marée comme d’autres. Nous nous sommes inclinés devant le résultat démocratique. Il se trouve que la totalité de l’équipe et les électeurs particulièrement déçus du résultat ont exprimé l’idée de créer une association, un club au sein de la première circonscription regroupant des gens qui sont en marche d’hier et aujourd’hui Renaissance. Ce club a pour vocation, voire pour ambition de réfléchir, de penser, pour beaucoup mieux agir par la suite, agir plus efficacement dans cette circonscription qui à l’heure actuelle n’est nullement représentée. Nous avons beaucoup de remontées qui déplorent une absence complète d’où cette association autour de Jean-Bernard de militants, de sympathisants”.


Pour l’heure, le nom de l’association n’est pas arrêté. Une première réunion devrait traiter des problèmes de l’agriculture et de l’éducation puis viendront l’industrie et la santé. JBS a gardé des contacts étroits avec Gabriel Attal, Roland Lescure et la présidente de l’Assemblée nationale Braun-Pillet qu’il pourrait solliciter pour venir dans le département. À noter qu’il est resté membre du XV parlementaire mixte qui jouera la Coupe du monde de rugby où 8 équipes sont engagées.


Interrogé sur la composition de l’équipe Renaissance 65 présentée par le député Benoît Mournet, Jean-Bernard Sempastous regrette l’absence d’Olivia Carrasco, l’ancienne référente de la République en Marche et exclut tous litiges. “Il faut jouer groupé”, s’empresse-t-il d’ajouter.


S’il y a dissolution de l’Assemblée nationale qu’il ne souhaite d’ailleurs pas, il postulera pour être candidat. Est-il tenté par d’autres mandats électifs, par un retour à la mairie de Bagnères ? Pour lui, la question ne se pose pas aujourd’hui. Concernant la réforme des retraites, il pense que les seniors sont un sujet qui n’est pas suffisamment traité.