Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Retour sur Valence-Romans

lundi 28 novembre 2022 par Rédaction

Aux abonnés absents

C’est la première lourde défaite du Stado version 22/23 qui vient d’encaisser un 38-8, soit un différentiel de 30 points à Valence-Romans. Certes il y avait eu le 32-13 de Nice qui pouvait être considéré comme un accident, après trois bonus défensifs ramenés de Chambéry, Blagnac et Hyères-Carqueiranne. D’autant que derrière, les Tarbais avait été chercher à Suresnes un quatrième bonus défensif. Ce qui gêne ici, c’est l’impression de résignation, de soumission, ressentie en première mi-temps, qui ne correspond pas à ce que cette équipe avait montré à l’extérieur et même à Nice, en termes d’engagement.

Tout le monde peut prendre des tôles

Beaucoup d’équipes réputées de Top 14 ou de Pro D2, font l’impasse et prennent des tôles en déplacement, pour assurer le match suivant à domicile. Il n’y a qu’à prendre le 53-7 encaissé ce week-end par Castres à La Rochelle et le 45-3 d’Aurillac à Oyonnax. En Nationale, si on excepte les résultats des équipes mal classées chez les « Grosses équipes », Narbonne, qui fait partie des favoris, a pris un 41-15 à Albi lors de la quatrième journée et Blagnac, un modèle d’altruisme, a encaissé un 38-6 à Valence-Romans, lors de la seconde journée. Ce qui gêne outre la manière, c’est le leitmotiv susurré par le Président et le staff, de jouer chaque match, match après match, pour ramener des points de l’extérieur. Là, le discours d’avant match, (malgré trois importantes réceptions à suivre, dont celle contre Dax, le week-end d’après), était de profiter du doute dans lequel pouvaient être les Drômois, après deux défaites et le départ annoncé de leur Manager en fin de saison. Les Tarbais, malgré des roulements nécessaires, étaient partis pour faire un coup, avec leur charnière reine et leurs deux buteurs, sur le banc… Mais le gros problème outre cette large défaite, c’est surtout les blessures de Mondon (genou) et de Pees (épaule).

Réagir contre Dax

Un lourd revers dont le contexte rappelle un peu celui du déplacement à Chambéry, l’an dernier, où les Tarbais, partis en pleine confiance, avaient pris un 45-0, qui les avait mis KO. Car prendre une raclée, quand on croit pouvoir gagner, fait plus mal à la tête que si on a l’excuse d’avoir fait l’impasse. Derrière les Tarbais, encore sous le choc, s’étaient fait battre lourdement à Trélut par une équipe de Suresnes remaniée (30-40), qui n’avait peut-être pas été prise suffisamment au sérieux. Ensuite, malgré le match reporté contre Valence-Romans, les Tarbais, sous pression, avaient rechuté à Trélut contre Blagnac (10-20), avant de perdre à Albi (32-11) juste avant la trêve. La reprise s’était soldée par une claque à Soyaux-Angoulême (40-7) avant un rebond contre Bourgoin (19-12) et une fin de saison en boulet de canon avec des victoires contre les trois premiers Chambéry (30-23), Valence-Romans (24-23) et Albi (14-8).

Heureusement la venue de Dax, qui marche sur l’eau depuis le début de la saison avec neuf victoires, devrait ressouder les tarbais autour de leurs valeurs. Car ces Dacquois, qui n’ont perdu que deux matchs à Bourgoin (28-26) et à Albi (37-22), font peur. Ils se sont imposés à Nice (12-13), à Suresnes (16-31), avec le bonus offensif et à Valence-Romans (20-24), lors de la 10ème journée. Gageons que les Tarbais, face à ce gros défi, sauront réagir avec l’état d’esprit et les ingrédients, qui leur ont permis de battre, sans coup férir, des équipes de gros calibres comme Narbonne (23-10), Bourgoin (32-16) et Albi (21-6).

Jean-Jacques Lasserre