Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

« Pacte pour l’embauche en Occitanie »

vendredi 10 juin 2022 par Rédaction

Après une série de rencontres sur le terrain et de temps de concertation, la Région Occitanie, et plus de 50 premiers partenaires ont lancé le 23 mars dernier le « Pacte pour l’embauche en Occitanie ». Mobilisation inédite à l’échelle d’une région, ce Pacte a vocation à lever les freins à l’emploi et à proposer, aux entreprises, aux demandeurs d’emploi et aux salariés en reconversion, des solutions concrètes pour trouver un emploi et recruter, dans tous les territoires, et en particulier sur des métiers en tension et d’avenir.

Alors que la reprise est là, les entreprises retrouvent de l’activité mais rencontrent des difficultés à recruter, la région a décidé de les accompagner.

Ce vendredi matin, Jalil Benabdillah, vice président chargé de l’emploi à la région était aux cotés de Jean-Louis Cazaubon et de Michel Pélieu, président du conseil départemental, pour décliner le ‘’pacte pour l’embauche’’ à la Maison de Ma Région à Tarbes.

En préambule, Jean-Louis Cazaubon a souligné que des demandeurs d’emploi il y en a, des entreprises qui proposent des emplois il y en a mais ne trouvent pas preneurs et que c’est face à ce paradoxe que la présidente de région Carole Delga a mandaté Jalil Benabdillah pour mettre en place ce pacte.

Michel Pélieu poursuit : « Au niveau du département, d’un coté pas loin de 6000 bénéficiaires du RSA, près de 20 000 demandeurs d’emploi et quand on va dans les entreprises on nous dit que le problème c’est le manque de main d’œuvre. Chez les transporteurs c’est pareil, nous allons devoir abandonner un certain nombre de transports scolaires parce qu’il n’y a pas de chauffeurs. Cette situation devient insupportable ! »

Le président du département a expliqué qu’il avait été créé un dispositif au niveau des bénéficiaires du RSA. Le département verse à l’employeur le RSA pour favoriser l’insertion professionnelle de l’allocataire. « Notre volonté est de remettre les personnes sur le marché du travail. Avec ce dispositif le département a créé aux alentours de 350 à 400 emplois. Ce n’est pas suffisant ! J’ai souhaité que l’argent qui est affecté à l’inactivité soit affecté à l’activité.
Ce pacte pour l’embauche avec la région avec toute cette série de mesures va être facilitateur de recrutements et je m’en réjouis. Je remercie la région pour cette initiative ».

Jalil Benabdillah enchaine : « Le constat est partagé, il y a une offre d’emploi pléthorique, nous n’avons jamais eu autant d’emplois disponibles sur le marché et de l’autre côté un taux de chômage endémique à des niveaux qui ne sont pas acceptables avec une disparité selon les départements.
En Occitanie, nous voulons réduire ce taux de chômage et pour cela la région a mis en place ce pacte pour l’embauche avec 50 partenaires. Il comprend 40 mesures réalisables rapidement et adaptées à chaque bassin d’emploi et 15 actions.

Parmi ces 15 actions phares du pacte pour l’embauche, la mobilité avec un prêt de véhicule (deux ou quatre roues) au demandeur d’emploi en partenariat avec Wimoov afin d’éviter que la personne refuse un emploi faute de moyen de locomotion.
La garde d’enfants avec un dispositif financier pour la garde des enfants pouvant aller jusqu’à 250€.
Un emploi en bas de chez moi, des grands groupes comme la SNCF viennent avec des offres d’emploi dans les quartiers prioritaires de la ville pour proposer des offres d’emploi, des stages, de l’apprentissage etc.…

Mobilité, logement, garde d’enfants, qualité de vie au travail, confiance en soi : pour chaque frein, une solution est proposée afin que personne ne soit laissé sur le bord du chemin de la reprise. Sécuriser les travailleurs et les entreprises est une priorité ».

Nicole Lafourcade

En préambule, Jean-Louis Cazaubon a souligné que des demandeurs d’emploi il y en a, des entreprises qui proposent des emplois il y en a mais ne trouvent pas preneurs et que c’est face à ce paradoxe que la présidente de région Carole Delga a mandaté Jalil Benabdillah pour mettre en place ce pacte.

Michel Pélieu poursuit : «  Au niveau du département, d’un coté pas loin de 6000 bénéficiaires du RSA, près de 20 000 demandeurs d’emploi et quand on va dans les entreprises on nous dit que le problème c’est le manque de main d’œuvre. Chez les transporteurs c’est pareil, nous allons devoir abandonner un certain nombre de transports scolaires parce qu’il n’y a pas de chauffeurs. Cette situation devient insupportable ! »

Le président du département a expliqué qu’il avait été créé un dispositif au niveau des bénéficiaires du RSA. Le département verse à l’employeur le RSA pour favoriser l’insertion professionnelle de l’allocataire. « Notre volonté est de remettre les personnes sur le marché du travail. Avec ce dispositif le département a créé aux alentours de 350 à 400 emplois. Ce n’est pas suffisant ! J’ai souhaité que l’argent qui est affecté à l’inactivité soit affecté à l’activité. Ce pacte pour l’embauche avec la région avec toute cette série de mesures va être facilitateur de recrutements et je m’en réjouis. Je remercie la région pour cette initiative  ».

Jalil Benabdillah enchaine : « Le constat est partagé, il y a une offre d’emploi pléthorique, nous n’avons jamais eu autant d’emplois disponibles sur le marché et de l’autre côté un taux de chômage endémique à des niveaux qui ne sont pas acceptables avec une disparité selon les départements. En Occitanie, nous voulons réduire ce taux de chômage et pour cela la région a mis en place ce pacte pour l’embauche avec 50 partenaires. Il comprend 40 mesures réalisables rapidement et adaptées à chaque bassin d’emploi et 15 actions.

Parmi ces 15 actions phares du pacte pour l’embauche, la mobilité avec un prêt de véhicule (deux ou quatre roues) au demandeur d’emploi en partenariat avec Wimoov afin d’éviter que la personne refuse un emploi faute de moyen de locomotion.
La garde d’enfants avec un dispositif financier pour la garde des enfants pouvant aller jusqu’à 250€.
Un emploi en bas de chez moi, des grands groupes comme la SNCF viennent avec des offres d’emploi dans les quartiers prioritaires de la ville pour proposer des offres d’emploi, des stages, de l’apprentissage etc.…

Mobilité, logement, garde d’enfants, qualité de vie au travail, confiance en soi : pour chaque frein, une solution est proposée afin que personne ne soit laissé sur le bord du chemin de la reprise. Sécuriser les travailleurs et les entreprises est une priorité  ».

EN SAVOIR +

Nicole Lafourcade


titre documents joints

10 juin 2022
info document : PDF
3.5 Mo