Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Ximun Bessonnart : Retour en Pro D2

vendredi 13 mai 2022 par Rédaction

Après deux saisons en Nationale à Tarbes, Ximun Bessonart va retrouver la Pro D2 avec Vannes où il s’est engagé pour deux saisons. Formé à Saint-Pée-sur-Nivelle, le Gaucher avait rejoint le Centre de Formation du Biarritz Olympique et il avait disputé cinq matchs avec les pros à vingt-ans. Un début de carrière prometteur interrompu par une grave blessure. Le Basque a su rebondir à Tarbes où il s’est rapidement imposé comme un titulaire indiscutable, avec 18 matchs sur 20 dont 15 titularisations la saison dernière et 20 matchs sur 26, dont 15 titularisations et deux essais cette saison, malgré une blessure qui l’a tenu éloigné des terrains pendant deux mois. Une régularité qui a amené Vannes à s’intéresser à lui.

Un départ sur une victoire

Pour sa dernière sortie à Trélut Ximun Bessonart et tous ses coéquipiers avaient à cœur de s’offrir une grosse équipe d’Albi, alors qu’ils avaient reçu carte blanche de leur staff, qui les croyait la tête aux vacances. Un esprit de Groupe dont le Basque est un peu le symbole par son implication sur le terrain et son apparente désinvolture avec sur la tête un éternel bonnet en hiver et un bob aux beaux jours, lors des séances d’entraînement. Une victoire en guise d’adieux qui le comble. « Celle là, elle est à nous. On s’était vraiment fixé entre nous de gagner ce dernier match de la saison. On avait besoin de se récompenser et de récompenser le Groupe de ces deux saisons un peu compliquées. La première à cause du Covid et la seconde où on a eu des gros trous et des passages à vide, où on flirte avec la zone de relégation. » Tarbes s’est sorti de cette situation périlleuse et cette dernière journée aurait pu compter pour du beurre, mais pas pour les joueurs tarbais. « Ce dernier match, on avait vraiment à cœur de le gagner pour remercier ceux qui partent et ceux qui arrêtent. » Un match dominé de la tête et des épaules, à part un trou de dix minutes où Albi a inscrit 8 points d’affilée. « Le plus gros adversaire, c’était nous-mêmes », confie Ximun Bessonart. » On ne se met pas à l’abri, on laisse des points au pied, on loupe deux essais faciles en première période. On aurait pu tourner avec plus d’avantage à la pause mais après, on n’a jamais été trop en danger, à part sur l’interception et l’essai. »

Un super Groupe avec de supers joueurs

Le pilier basque est à la fois heureux de partir sur une victoire et ému de quitter ses copains pour une nouvelle aventure à Vannes. « Humainement, j’ai découvert vraiment un super groupe avec des super joueurs. Des jeunes joueurs, encadrés par des anciens comme Felipe (Manu), Junior (Maninoa), et des mecs d’expérience comme Halani (Aulika). Après sportivement, c’est une réussite pour moi. J’ai eu la chance d’avoir beaucoup de temps de jeu et j’ai la chance de rebondir à Vannes. » Malgré son attachement à Tarbes, une proposition d’un club de Pro D2, postulant au Top 14, ne se refuse pas. « Franchement, j’ai sauté sur l’occasion, parce que mon objectif était d’aller retaper à la porte de la Pro D2. J’avais fait quelques matchs avec Biarritz, après je n’avais pas eu de chance, je m’étais pété les croisés du genou. Maintenant j’ai vraiment envie de revivre cette aventure parce que je pense avoir le niveau et j’ai envie de progresser. » 

Les valeurs du rugby vont au-delà de l’effectif et de l’argent

Malgré une saison compliquée à cause d’un effectif minimaliste Ximun Bessonart ne regrette pas ses deux saisons à Tarbes. « Moi, je n’ai pas à me plaindre, j’ai eu du temps de jeu (rires…), plaisante l’ex-biarrot.  « C’est vrai, la saison a été compliquée, on a eu un passage à vide quand on s’est retrouvé à vingt-deux aux entraînements. Maintenant, c’est oublié. On montre, qu’avec le plus petit budget et le plus petit effectif de la Poule, on arrive à se sauver. On montre que les valeurs du rugby, vont au-delà de l’effectif et au-delà de l’argent. On a réussi des gros matchs contre Chambéry, Valence et contre Albi. On a su se transcender au premier match contre Angoulême et renverser ces mecs qui jouent les demi-finales. On a su répondre présent dans ces gros matchs et ça, on s’en souviendra tous, des plus jeunes aux plus anciens. On se souviendra tous, même si on n’a pas fait une grosse saison, qu’on a réussi à faire tomber ces grosses équipes. » Comme l’an dernier, avec une équipe amoindrie par douze absences, Tarbes avait fait perdre sa seconde place à Albi. Le futur Vannetais s’en souvient. « L’année dernière, ça avait été un peu compliqué. Je me rappelle qu’on avait terminé en mêlées simulées mais la victoire était au bout. Cette année, on les a plus dominés, là il n’y a rien à dire. » Les Tarbais s’étaient promis entre eux de battre Albi pour leur dernier match à Trélut et ils l’ont fait. C’est la victoire de tout un Groupe qui s’est forgé dans les aléas d’une saison compliquée. « Franchement, on est un super groupe. A la fin de la mise en place, il y a eu la remise des bobs, c’est plein de trucs comme ça qui font qu’un Groupe est solidaire. Et notre Groupe était vraiment solidaire et cette victoire, on l’a vraiment méritée. » Preuve de cette complicité, tous les joueurs se sont déguisés à la fin du match, avec des perruques et sont sortis à la rencontre des supporters.

Propos recueillis par Jean-Jacques Lasserre