Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Partenariat FCPE / SNUIPP-FSU

jeudi 1er avril 2021 par Rédaction

500 masques pour les Maternelles et les CP du Département

La FCPE 65 va fournir gratuitement 500 masques transparents à tous les enseignants de Maternelle et de CP et aux AESH du Département, par le biais du SNUIPP-FSU 65 qui se chargera de les distribuer.

Un coût de 5000 euros

Une opération d’un coup de 5 000 euros pour ces masques qui permettront aux jeunes enfants de pouvoir lire sur les lèvres de leurs instituteurs et institutrices, lors de l’apprentissage des mots et de la prononciation. Mais aussi de voir les sourires, ce qui est très important comme le rappelle Carine Arcas, la Présidente de la FCPE 65, qui est à l’origine de l’achat de ces masques. Une opération de la FCPE 65 qui fait suite à celle lancée lors du premier confinement avec la mise en place d’une plateforme pour aider les parents à faire les cours et les devoirs à leurs enfants. Ces masques, en partie transparents, sont fabriqués à Peyrehorade, par une entreprise d’insertion pour personnes à handicaps.

380 masques distribués en maternelle et en CP

Après avoir reçu l’accord de l’ARS et de l’Inspection Académique, la FCPE des Hautes-Pyrénées a acheté 500 masques pour les offrir, sans contrepartie, à tous les professeurs d’écoles du Département des classes maternelles et de CP et aux Auxiliaires, qui accompagnent les enfants en situation de handicaps. « Beaucoup d’enfants sourds et muets » ont besoin de lire sur les lèvres rappelle Carine Arcas. Le SNUIPP-FSU 65, qui est partenaire de l’opération, se charge de la distribution des masques aux enseignants. Toutes les écoles du département ont été averties par le biais du Syndicat et 136 écoles sur 270 ont répondu favorablement signale David Castebrunet, le représentant de la SNUIPP-FSU 65. Ce qui représente une couverture de 60 à 70 % des classes de maternelles et de CP, puisque beaucoup d’écoles démarrent en cours élémentaires. Ce qui représente environ 2 500 élèves et 380 masques ont déjà été distribués à 380 enseignants sur 950. « On est allé à Gèdre-Gavarnie, en passant par Esquières et dans toutes les vallées, d’Arrens-Marsous à la classe unique de Barèges. On est allé jusqu’à Madiran et dans toutes les petites écoles où on a été extrêmement bien accueillis », souligne David Castebrunet.

Mobilisation des enseignants

Le syndicaliste rappelle que pendant le premier confinement « Trois cent enseignants étaient volontaires pour s’occuper des enfants de soignants. On a commencé très tôt nous, quand tout le monde était mort de trouille, enfermé chez lui. En particulier nos inspecteurs de l’Education Nationale qu’on n’a jamais vus sur le terrain. Nous, on était sur le terrain. L’ensemble des enseignants ont assuré la continuité pédagogique en faisant leurs classes depuis leur maison sur leurs ordinateurs avec leurs cartouches d’encre. » Les enseignants ont obtenu une prime de 150 euros pour l’année, après moult négociations, en guise de dédommagement pour avoir utilisé leur propre matériel. Lassés d’attendre des masques de son administration, le SNUIPP-FSU a choisi de travailler en partenariat avec la Fédération des Parents d’Elèves en espérant que cette opération servira d’exemple.

Des masques lavables vingt fois à 60°

Ces masques, qui sont lavables vingt fois à 60°, permettent aux enseignants de respecter les gestes barrières en ne soulevant pas leur masque pour montrer la forme d’un son à travers la bouche et les lèvres. Des masques qui restent fragiles et qu’il faut éviter de rayer. Il est conseillé de les utiliser à la place des masques classiques lorsque c’est vraiment nécessaire pour bien se faire comprendre. Ainsi, un masque peut servir une semaine si on ne l’utilise que quand c’est indispensable pour la compréhension. D’après les premiers retours, les enfants seraient mieux concentrés en lisant sur les lèvres de leurs enseignants. Une opération qui n’a pu être menée que grâce aux adhérents de la FCPE et du SNUIPP-FSU, rappellent Carine Arcas et David Castebrunet.

J-J L