Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Nationale : Début de la Phase Retour

mardi 19 janvier 2021 par Rédaction

Les « Gros » ont patiné à l’Aller

Il y a d’énormes différences entre les résultats avant et après Covid. A part deux des « favoris », Nice (3 V, 2 N, 1 B) et Bourg-en-Bresse (4 V, 1 D, 1 B), qui étaient premiers à égalité avec 17 points, les six premières places étaient occupées, avant Covid, par Suresnes 3ème, 17 points (4 V, 2 D, 1 B), Tarbes 4ème, 13 points (2 V, 2 N, 2 D, 1 B), Dax 5ème, 12 points (3 V, 1 D, 0 B), et Aubenas 6ème, 12 points (3 V, 2 D, 0 B), tous des « seconds couteaux. » Les quatre autres « favoris » à la montée, par leurs budgets et leurs effectifs, étaient derrière… Bourgoin, 8ème 10 points (2 V, 1 D, 2 B), Narbonne, 10ème, 10 points (2 V, 3 D, 2 B), Albi 11ème, 9 points (1 V, 1 N, 2 D), et Massy 14ème, 8 points (1 V, 4 D, 3 B), malgré des matchs en moins, avaient du retard à l’allumage. Notamment Massy, défait à domicile par Nice (16-22) et surtout Narbonne, battu chez lui par Aubenas (15-22) ! Des « Gros » incapables de s’imposer chez des équipes qui auraient été largement à leur portée en temps normal. Les résultats de Bourg-en-Bresse à Tarbes (17-10), de Massy à Tarbes (23-13) et à Chambéry (21-18), d’Albi à Suresnes (18-16), de Narbonne à Suresnes (27-22) et à Dijon (20-12), de Bourgoin à Chambéry (24-22) et contre Dijon (19-16), ne sont pas des résultats logiques au vu des moyens engagés. Même à domicile les « Gros », à l’exception, de Bourgoin contre Tarbes (52-5), d’Albi contre Dax (21-6) et de Massy, contre Aubenas (42-10), ont remporté peu de victoires bonifiées. La préparation du début de saison, perturbée chez certains « Gros » par le Covid et l’homogénéité entre les « gros » et les « petits » effectifs, au départ du championnat, peuvent expliquer certains de ces résultats. Au bout de plusieurs matchs, les « Gros » qui peuvent s’appuyer sur un effectif de 35 à 40 joueurs expérimentés, font la différence avec les clubs qui ne disposent que de 25 à 30 joueurs en comptant les jeunes, comme c’est le cas de Tarbes.

Le retour des « Gros »

Depuis la reprise, les clubs « Moyens » sont plus ou moins en souffrance. Suresnes et Tarbes, ont perdu leurs deux matchs en 2021, alors que Narbonne et Albi, ont remporté les deux leurs. Bourgoin, défait de peu (12-9) à Dax, s’est réveillé avec un succès bonifié à Dijon (15-33) et en suivant, Dax a explosé à Narbonne (48-10). Au bout de deux journées de « reprise », sans mise à jour des matchs en retard, cinq des six « Gros », occupent les six premières places. Toutes les équipes ont bénéficié de deux points de « bonus administratifs », ce qui n’interfère pas sur classement. Bourg-en-Bresse, 1er, 27 points (6 V, 1 D, 1 B), Nice, 2ème, 24 points (4 V, 2 N, 2 B), Narbonne 3ème, 21 points (4 V, 3 D, 3 B), Albi 5ème, 20 points (3 V, 1 N, 4 B), Bourgoin 6ème, 18 points (3 V, 2 D, 4 B), ont retrouvé un classement digne de leurs ambitions. Suresnes, 4ème, 20 points (4 V, 4 D, 2 B) malgré deux défaites de rang, étonne milieu des « Gros », où il ne manque que Massy, 10ème, 14 points (2 V, 4 D, 4 B).

Tarbes à la lutte pour le maintien

Malgré sa défaite contre Narbonne, qui s’ajoute aux deux matchs nuls à Trélut contre Nice et Cognac, Tarbes s’en tire plutôt bien au classement britannique. Malgré un retour bredouille de Massy, les Tarbais (-7 points), ont laissé la dernière place à Blagnac (- 8 points), défait pour la troisième fois à domicile par Bourg-en-Bresse (15-25), après Suresnes (11-27) et Dax (19-21). Tarbes est aussi à la lutte pour le maintien avec Dijon (- 6 points), qui vient de subir sa 3ème défaite à domicile contre Bourgoin (15-33), après celles contre Cognac (12-15) et Bourg-en-Bresse (18-22). L’avantage du TPR, c’est d’avoir pris 4 points contre Massy (23-13) et Bourg-en-Bresse (17-10) et 2 points contre Nice (16-16) et Cognac (9-9). Ce qui n’est pas le cas de ses adversaires directs. Des équipes qui, comme Nice (à Aubenas 7-45, à Massy 16-22, à Cognac 21-23), Bourg-en-Bresse (à Dijon 18-22, à Blagnac 15-25) et Cognac (à Dijon 12-15, à Suresnes 29-34), ont pris et prendront des points en déplacement chez des adversaires directs des Bigourdans. Massy, qui s’est remis en confiance contre les Bigourdans, a les moyens de reprendre des points à l’extérieur.

Tarbes a les cartes de son destin en main

Le désavantage de Tarbais, c’est qu’il a perdu à domicile contre Narbonne (15-6) et qu’il n’a pris qu’un bonus défensif à Dax (23-21). Les Tarbais ont encore les cartes de leur destin en main en prenant des points face à leurs adversaires directs. Leur avenir se jouera en priorité à Trélut contre Dax (21/02), Suresnes (14/03), Blagnac (11/04), où la défaite sera interdite. Ils devront aller chercher des points à Cognac (7/03), à Dijon (18/04), à Aubenas (9/05) et lors de la dernière journée à Chambéry. Un exploit en Bigorre, contre Bourgoin et Albi, qui vont continuer à prendre des points à l’extérieur, serait un pas supplémentaire vers le maintien. Les Tarbais, qui restent sur quatre échecs consécutifs, une défaite à Dax, un nul contre Cognac, et deux défaites contre Narbonne à Trélut et à Massy, vont continuer à manger leur pain noir à Nice ce week-end d’où ramener un bonus semble utopique. Le week-end suivant, les Bigourdans auront du mal à enchaîner, physiquement et mentalement, un quatrième gros match de rang contre Bourgoin. Cette rencontre est notée dans la tête des joueurs depuis la désillusion du match Aller. Bien qu’accrochés à Dax (12-9), les Berjalliens, qui viennent de prendre le bonus offensif à Dijon (15-33), semblent un ton en dessus, si on se réfère aux dernières sorties tarbaises déficientes en conquête. De plus Aulika (blessure) et Vigne (suspension) risquent d’être absents.

Une conquête déficiente en l’absence de Prétorius ?

Sans conquête, il sera difficile, de mettre en difficulté une équipe du calibre de Bourgoin. Une conquête qui a fait cruellement défaut et qui explique les revers contre Narbonne et à Massy. La mêlée et la touche, qui tenaient plus ou moins bien la route jusqu’ici, sont largement déficitaires depuis Cognac. Privé de ballons ou mis sur le reculoir, Tarbes ne peut plus mettre en place son jeu. Souvent sous pression, la charnière et les trois-quarts déjouent. Les Tarbais n’ont plus que leur engagement pour armes mais leur courage ne suffit pas, quand ils subissent et que l’arbitrage tourne, logiquement, en faveur des équipes qui dominent. De plus, les Tarbais n’ont pas été aidés par la neige qui s’est invitée à leurs deux dernières sorties. C’est encore plus difficile, dans ces conditions, de jouer sur le reculoir et sous pression défensive. La seule absence d’Ulrich Prétorius, même importante sur les lancers, la conduite des ballons portés, le calage de la mêlée, sa puissance dans le jeu et son rôle dans les rucks, ne sauraient expliquer toutes les carences en conquête. Certes le sud-africain était aussi un leader qui montrait l’exemple sur le terrain, mais un Manu, avec toute son expérience, est aussi capable d’assumer ce rôle de meneur d’hommes sur le terrain. Le départ de Sven D’Hooghe et de ses 2,00 m, pèse en touche (prise et contre), quand on voit que beaucoup d’équipes de Nationale, ont des joueurs de son profil. Les absences de Taputaï (pied) et de Vigne (suspension) ne vont rien arranger.

Retrouver une conquête et des ballons propres

Pourtant, les Tarbais n’auraient pas battu Massy et Bourg-en-Bresse et tenu en échec Nice et Cognac, sans une bonne conquête qui leur a permis de mettre leur jeu en place. Tarbes, en match de préparation, s’est imposé à Dax avec une bonne conquête, en l’absence de Prétorius. Donc, le mal ne vient pas que de là. La neige et le froid, n’expliquent pas la faillite de la mêlée et de la touche, qui empêche les Tarbais de mettre en place leur plan de jeu. Sans avants conquérants, la charnière et les trois-quarts, n’ont pas le temps de poser leur jeu, même au pied. C’est sur un contre, sur un jeu au pied d’occupation, que Narbonne a crucifié Tarbes. C’est derrière une mêlée conquérante, après une touche tarbaise pas droite, que Massy a construit un superbe essai en première main, qui a fait basculer le match. A part à Bourgoin, les Tarbais ont démontré, qu’ils pouvaient lutter, les yeux dans les yeux, avec les « Gros ». Au staff, de trouver des solutions pour remédier au problème de la conquête. Avec l’engagement sans faille de ses joueurs, Tarbes peut retrouver son niveau du début de saison. Derrière, entre Lhusero, Millet, Berbizier, Pees, Juniver, Dumestre, Rubio et Oltmann, il y a suffisamment de pieds, pour s’adapter aux conditions difficiles et faire un jeu d’occupation. Même si les conditions de jeu n’avantagent pas Mathieu Berbizier, n’importe quel ouvreur, sous pression et avec des ballons de raccrocs, aurait du mal à bien jouer. A Massy, quand les Tarbais ont été dans l’avancée, ils ont été dangereux près de la ligne et ont récupéré deux pénalités sous les poteaux. Si au lieu de continuer à jouer avec les avants dans l’axe, l’ouvreur a tenté, sur l’avantage, de jouer au pied sur l’aile, c’était sur injonction du banc et non sur un choix personnel.

Jean-Jacques Lasserre