Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Les exclus du SEGUR rassemblés devant l’ARS à Tarbes.

vendredi 4 décembre 2020 par Rédaction

Près d’une centaine de personnes avaient répondues présentes à l’appel de la CGT santé et action sociale CGT65 ce jeudi après midi evant l’ARS de Tarbes. Pendant qu’une délégation CGT et Sud était reçue par la direction de l’ARS Occitanie des Hautes-Pyrénées plusieurs prises de parole ont eu lieu pour rappeler dès l’ouverture que des négociations du 1er pilier du SEGUR, la CGT santé et de l’action sociale avait dénoncé les nombreuses propositions du gouvernement qui allaient à l’encontre des revendications des professionnels mobilisés sur le terrain : déni de démocratie, régression sociale sur l’organisation et l’aménagement du temps de travail, accentuation de la casse du statut de la FPH, l’exclusion du secteur social et médico-social et qu’à partir de ce constat la CGT de la santé et action sociale n’ont pas souhaité signer le protocole d’accords salariaux pour la fonction publique hospitalière.

 

Il a été rappelé la liste des professionnels des établissements exclus : IME, MAS, FAM, ITER, ESAT, foyers de vie, aide à domicile, médecine du travail, établissement français du sang, Samu social, SSIAD… et durant la crise sanitaire tous ces professionnels ont continué à remplir leurs missions.

 

« Nous demandons qu’il soit apporté sans délai un correctif au décret du 19 septembre 2020 et d’attribuer le complément de traitement indiciaire de 183€ aux agents et salariés de la santé et de l’action sociale sans distinction ; de mener une politique ambitieuse afin que toutes les conditions nécessaires soient réunies pour mettre en place un plan de formation national permettant l’embauche d’emplois indispensables afin de répondre aux besoins de la population ».

 

Les revendications : une augmentation générale des salaires et retraites à hauteur de 300€, la reconnaissance de maladie professionnelle du Covid 19 sous toutes ses formes, la reconnaissance de la pénibilité de nos métiers, l’amélioration de nos conditions de travail , le versement de l’intégralité de la prime Covid, la résorption de l’emploi précaire, l’abrogation des journées de carence, un financement à hauteur des besoins de la sécurité sociale.

 

A leur sortie de l’entrevue avec l’ARS, Wilfried Zapparoli (CGT Santé et Action Sociale) a déclaré que cette audience n’avait pas apporté de réponses concrètes, « il nous a été dit que notre message sera porté en appuyant sur nos revendications. Ils nous ont quand même pointés du doigt ce que représentait l’enveloppe pour le département.

 

Pour le représentant SUD, ce qui est surprenant par la position de l’ARS c’est qu’ ils nous demandent de ne pas lâcher. « Nous avons insisté sur le fait que si les médicaux-sociaux restent exclus, il y aura des départs et d’autres ne viendront pas, que va-t-on faire ? ».

 

« Nous menons cette bataille pour qu’il y ait une équité de traitement pour l’ensemble des personnels de notre champ, la santé et l’action socialeOn ne lâchera rien ! », ont conclu les représentants CGT.

 

Nicole Lafourcade.