Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Retour sur Tarbes-Nice

lundi 21 septembre 2020 par Rédaction

Un Matthew James des grands soirs

Les vrais amateurs de rugby se seront régalés malgré une première mi-temps crispante, où les Tarbais ne sont pas arrivés à creuser l’écart devant une défense niçoise hermétique. Dans un match qui puait la testostérone à plein nez, les Tarbais, présents dans le combat, n’ont pas hésité à répondre au défi physique des Niçois. La seconde mi-temps, démarrée en trombe, avec des Niçois un peu plus entreprenants, s’est terminée dans l’anxiété d’être crucifiés par une décision arbitrale. Les Tarbais sont tombés sur une équipe niçoise monolithique devant, bien en place défensivement et emmenée par un Matthew James des grands soirs. Le Néo-Zelandais a prouvé qu’il était bien l’ouvreur le plus expérimenté de la Nationale, avec un jeu au pied puissant et précis. Véritable leader de jeu de son équipe, il était le premier à donner l’exemple en défense, face aux charges phénoménales de Manu et à mettre la pression sur les arbitres.

Le point de vue niçois

Les Niçois, qu’on a vus très énervés sur le terrain, ne s’attendaient pas à être bousculés de la sorte. Une nervosité qui s’est retournée contre le corps arbitral, malgré les deux points du match nul.

David Bolgasvhili : De l’arbitrage à domicile

L’entraîneur georgien, qui n’a toujours pas digéré l’arbitrage contre Albi, met les arbitres de Tarbes dans le même panier. « Aujourd’hui, faire des matchs nuls contre Tarbes, à l’extérieur, et contre Albi à la maison, ce sont des résultats, vu comment on est arbitré. Les décisions importantes, avec des essais refusés et des essais accordés, sont toujours en notre défaveur. » Avant de retrouver un peu de raison et de parler de rugby. « Je dirai donc que c’est un bon résultat. Tarbes c’est une équipe très, très, massive, et jouer à Tarbes n’est jamais facile. On le sait, on l’a vu il y a deux ans, mais on verra sur la durée. Je leur souhaite une bonne continuation et je leur donne rendez-vous à Nice, avec un bon arbitrage. En première mi-temps, on était dominé. En deuxième mi-temps, on a fait tout ce qu’il fallait pour rééquilibrer et même pour gagner. » Mais l’ancien flanker revient à la charge contre l’arbitrage, pour mettre un gros coup de pression sur les arbitres, avant de recevoir Chambéry. « L’essai n’y est pas, il y a un en-avant et des pénalités, en face des poteaux, qui ne sont jamais sifflées. Cela s’appelle de l’arbitrage à domicile, c’est comme ça mais, on ne l’a jamais chez nous. »

Patrice Prévot : On ne peut être que satisfait d’un match nul à Tarbes

Le Président, se montre plus diplomate et un peu plus réaliste que son entraîneur. « On ne peut être que satisfait d’un match nul à Tarbes. On est à l’extérieur, on sait comment ça se passe parfois. Je pense que sur le match, comme un peu la semaine dernière, on a fait plus de jeu. Cette année, c’est compliqué de faire du jeu avec les nouvelles règles. Je ne comprends pas certaines décisions mais malgré tout, on reste dans la course avec 4 points. La Poule va être très serrée. Je pense que ça va se jouer dans les deux dernières journées. Donc on prend ce qu’on prend, mais j’espère, qu’à un moment, ça va mieux nous sourire. »

Martin Jagr : Vu le match, prendre deux points, ce n’est pas mal

L’entraîneur des arrières est partagé : « Je suis à la fois content et frustré. Un match nul ça n’arrange jamais personne. Je suis déçu par la prestation, qu’on fait en première mi-temps. On a perdu beaucoup trop de ballons en touche, en mêlée et on n’avait pas de munitions pour jouer. » L’ancien ailier de Toulon, a encore de la classe. « Je ne sais pas s’il faut s’attarder sur l’arbitrage car il y a plein de choses que je ne supporte plus, mais c’est comme ça, il faut faire avec. Au final, vu le match, prendre deux points, ce n’est pas mal. » D’autant que les Tarbais ont répondu présents. « Tarbes ne m’a pas surpris, on s’attendait à un match très dur, à des joueurs gaillards qui jouent avec le cœur. On les avait vus à la vidéo et on n’est pas surpris. Cette saison, tous les matchs vont être très disputés. » Au lieu de tout mettre sur le compte de l’arbitrage Martin Jagr se livre à une analyse pertinente.  « Mais encore une fois, on ne peut pas jouer quand on n’a pas ses touches et ses mêlées. C’est impossible, on ne peut pas gagner un match en défendant. Il faut revoir tout ça, il faut qu’on gomme quelques fautes et ça ira. Après, trois cartons jaunes, dans un match, faire match nul, c’est fort. »

Le point de vue tarbais

Les Tarbais sont à la fois frustrés du résultat et fiers d’avoir dominé une équipe niçoise au jeu direct et frontal mais qui n’a pris aucun risque. Les Tarbais n’ont aucun regret de s’être mis en danger en attaquant alors que la fatigue commençait à tétaniser les muscles et à rendre les soutiens moins efficaces. Pour autant personne, dans les vestiaires, ne reniait cette philosophie de jeu portée par le staff et partagée par les joueurs.

Maxime Oltmann : On propose du jeu mais on ne marque pas assez

L’ailier qui, une fois encore, a fait parler ses jambes en attaque et sa détermination en défense, est prostré sur son banc. « On est toujours invaincu mais on le prend comme une petite défaite. Au vu de ce qu’on propose en première mi-temps, je ne comprends pas encore comment on pouvait perdre ce match. » Malgré de plus franches occasions d’essais, les Tarbais n’ont pas pu concrétiser leurs intentions de jeu. « On propose pas mal de jeu, on déplace pas mal le ballon mais pour autant, on ne marque pas. Deux fois, on doit scorer et on ne le fait pas. On joue beaucoup chez eux en première mi-temps et ils viennent très peu chez nous. Il aurait fallu qu’on reparte, chaque fois de chez eux, avec des points. Il faut faire l’effort quand on joue chez eux de prendre des points ». L’essai de Berbizier est parti d’un de ses déboulés sur l’aile. « Je n’ai rien vu sur l’essai, je me fais plaquer haut, j’avais mal et je suis resté au sol. » Son adversaire direct, vexé de prendre des tampons sur les renvois, s’est vengé d’un placage haut et dangereux. « Je n’ai pas compris, pourquoi il prend un jaune. A la tête, c’est rouge, non ? »

 Lionel Terré : On fait match nul contre une très belle équipe

L’objectif du Président de rester invaincu à Trélut, tient toujours, puisque Nice n’a pas gagné. « C’est ce que j’ai dit aux joueurs, il nous reste onze matchs, à gagner à Tarbes. On a fait match nul contre une très belle équipe de Nice. On a fait entrer beaucoup d’Espoirs en seconde mi-temps et on ne va pas crier à l’injustice. Très bel arbitrage, rien à dire. On a eu une belle conquête, ensuite la réussite nous a un peu lâchés mais elle nous sourira d’autrefois. »

Tom Juniver : C’est frustrant

L’arrière remplaçant est encore tout songeur sur son banc. « C’est frustrant, pour moi, car quand je rentre, on est devant. Je sens que, des deux côtés à Nice et chez nous, ça devient dur. On se fait beaucoup pénaliser dans le jeu au sol et on rate une touche importante. Même si, sur l’ensemble du match, on est très bon. Du coup, ça retourne contre nous. A la fin, ils prennent un peu l’ascendant psychologiquement parce qu’ils enchaînent les points. A la fin on joue pour essayer de gagner et eux, ils se satisfont du match nul. » La dernière action tarbaise aurait pu aller à dame, sur un lancement de jeu peaufiné aux entraînements. « On avait particulièrement travaillé les lancements de jeu sur touches. A part, en première mi-temps, où on en cafouille un ou deux, globalement on a été efficace. En fin de première mi-temps, on est à deux doigts de marquer (essai refusé à Mamao). Là, on fait un super lancement, je suis décalé, je mets un petit coup de pied à suivre et à la course, je me fais tirer le maillot. »

David Gigauri : On a répondu présent dans le combat

Le Georgien, une nouvelle fois, a été à la pointe de combat, face à un rude adversaire et a fait sa part de moisson en touche. « C’était un match très dur mais on fait un bon match devant. C’était difficile car Nice a une très, très, belle équipe, mais on a répondu présent dans le combat. »

Ximun Bessonart : C’était un gros combat

Le pilier basque a beaucoup donné face à un gros pack niçois. « C’était très dur devant, mais on a su les contenir. A la fin, c’est dommage, ce carton nous met en difficulté. Malgré ça, on arrive à bien défendre les mauls. On fait quelques fautes devant notre ligne et on prend cet essai qui nous est un peu fatal. C’est dommage. » Malgré cet échec, l’équipe a confirmé ses bonnes dispositions en mêlée et sa progression en touche. « C’est sûr, qu’on a été mieux en conquête, que ce soit en mêlée ou en touche. On sait qu’on a encore du boulot parce que chaque match ne se ressemble pas. A chaque match, aucune mêlée ne se ressemble et il faut toujours se remettre en questions. » L’ex-Biarrot regrette : « A treize contre quinze (47ème et 53ème), on n’a pas su tuer le match. C’est ce qui nous coûte le match nul à la fin. » Un second match plus difficile et dur que le premier. « Nice était plus prêt collectivement contrairement à Massy qui était un peu plus en rodage. Au niveau des impacts, ça a vraiment piqué et la bataille au sol a été vraiment rude. C’était un gros combat. »  

Fabien Fortassin : Ce qui est important, c’est la volonté de jouer

L’entraîneur parait serein malgré ce match nul. « On a senti les joueurs un peu déçus du résultat mais on de quoi être fier et satisfait du comportement. Le rugby c’est comme ça, des fois on gagne, des fois on perd. Ce qui est important, c’est l’état d’esprit, la volonté de jouer, de vouloir aller chercher cette victoire. On l’a toujours dit, ça passera par des prises de risques. Des fois, on se fera contrer, c’est le jeu. » Le jeu direct proposé par les Niçois n’est pas sa tasse de thé. « Moi, je préfère entraîner une équipe de Tarbes qui est complète et qui a envie de jouer au rugby, plutôt qu’une équipe de Nice, qui fait du rentre dedans et des chandelles. Ce n’est pas ma philosophie. Moi, je suis fier des garçons, je suis content et je sais, qu’avec des performances comme ça, on gagnera pas mal de points. » La dernière pénalité, concédée sur une relance, n’est, pour lui, qu’un fait de jeu. « Non, je n’ai aucun regret. J’ai toujours dit qu’on aurait un jeu fait de risques. C’est notre jeu, fait de mouvements. On doit tenir le ballon et on aurait pu être récompensé. C’est toujours trop facile de dire après, il aurait fallu que. » Le technicien est satisfait de la prestation d’ensemble de son équipe. « On a des bases solides, on a une conquête, on a une défense, on a du volume de jeu. Il faudra l’analyser à froid mais je ne sais pas trop ce qui nous a manqué. Peut-être ce petit brin de réussite, cet essai juste avant la mi-temps qui nous aurait fait basculer plus en tête. Il y a eu des intentions de jeu et il y a beaucoup de points positifs. On a fait des choses intéressantes, on est en progression. Je pense que Nice reste une équipe très solide, dure à jouer et ils iront gagner des matchs à l’extérieur. » L’ex-ouvreur positive : « Nous, on a pris deux points et on est toujours invaincus. »

Jon Zabala : Notre état d’esprit être récompensé en fin de saison

Le Basque espagnol a été servi au niveau du rapport de force devant. « En mêlée, c’est plus costaud que Massy. Nice a un jeu très direct. On le savait, on l’avait vu à la vidéo et ils nous ont proposé un jeu de contacts. En défense, ils étaient très bien en place. On n’a pas pu marquer plus de points qu’eux et on a dû concéder le match nul. » Même un pilier de 130 kg peut apprécier les relances de 80 mètres.  « On veut jouer de notre camp. C’est notre état d’esprit, à nous. On veut montrer notre jeu devant notre public. Aujourd’hui, ça n’a pas payé mais c’est un état d’esprit qui, si on continue comme ça, va finir par payer. On va être récompensé à la fin de la saison. »

Albain Méron : On sent qu’on pouvait le gagner à plusieurs reprises

Le capitaine tarbais est déçu d’avoir dû concéder le match nul. « On a des regrets parce qu’on sent qu’on pouvait le gagner à plusieurs reprises. On est déçu de ce résultat. On savait que ça allait être un match rude. Maintenant, on va essayer d’aller chercher des points ailleurs. On a été plutôt performant en conquête et je suis content de l’état d’esprit des joueurs. C’est bien et il faut le garder. Maintenant, l’important c’est de gagner nos matchs. Je crois qu’on a eu l’occasion de se mettre plusieurs fois à l’abri mais on n’a pas réussi à le faire. Cette semaine, il y a du boulot pour rectifier ça. »

Propos recueillis par Jean-Jacques Lasserre