Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Tarbes-Massy, samedi à 18h30 à Trélut : Une affiche de Gala à hauts risques

vendredi 11 septembre 2020 par Rédaction

Ouverture à hauts risques à Trélut, pour une affiche de Gala face à Massy, le N°2 National et grand favori à la montée en Pro D2. Les deux équipes sont encore à la recherche de leurs sensations et de leurs automatismes, après six mois sans jouer. Ce match sera donc un double test pour Massy et pour Tarbes. Pour rappel en Poule Elite, Massy, qui avait terminé premier et qui était monté directement en Pro D2, s’était incliné à Trélut (16-6) et avait gagné difficilement au Stade Ladoumègue (9-0). En Pro D2, Massy avait perdu 26-7 (Rubio avait marqué un des trois essais tarbais) et avait pris sa revanche 23-18 au match retour.

L’avis de Fabien Fortassin

Les Tarbais ont réussi, sur le plan comptable, leurs trois matchs de préparation contre Fleurance (27-7, 5 essais à 1), Anglet (35-24, 5 essais à 4) et Saint-Jean-de-Luz (61-14, 9 essais à 2). Bien sûr tout n’est pas parfait compte tenu des six mois sans rugby et d’une préparation tronquée par le protocole de reprise.

Inquiétude liée au Covid

Ce premier match officiel est donc attendu avec impatience. « Il y a un peu de tension, d’excitation, d’impatience de démarrer. De partir aussi un peu dans l’inconnu, car on ne sait vraiment pas à quoi s’attendre dans ce championnat. Le contexte est un peu particulier et j’ai peur que le championnat n’aille pas au bout. » Il est vrai que le report de Dax-Narbonne au 30 avril et de six matchs de fédérale 1, au 20 décembre, dont Lannemezan-Castelsarrasin et Saint-Sulpice-Graulhet, n’incite pas à l’optimisme. La FFR devra peut-être se décider, faute de dates disponibles, à donner match perdu suite à un forfait pour cause de cas Covid. Pour l’instant, il n’y a aucun cas Covid au TPR.

Confiants mais conscients

Le dernier match, malgré ses 61 points et ses neuf essais, a laissé Fabien Fortassin sur sa faim. « On a vu à la vidéo que cette première mi-temps n’était pas bonne du tout et ça nous a permis de remettre les pieds par terre. » Pas de crainte donc que les joueurs se laissent griser par ce résultat flatteur contre Saint-Jean-de-Luz. « Ils ne sont pas en surconfiance », assure l’entraîneur. Les joueurs, qui ont reçu une piqûre de rappel par les entraîneurs, sont conscients de leurs erreurs. « On jouait beaucoup dans notre camp, on n’avait pas de ballons. On défendait mal et on faisait beaucoup de fautes. Saint-Jean-de-Luz, qui est une équipe joueuse, sur la fraîcheur du début de match, nous a posé des problèmes. » Mais les Tarbais, comme à Anglet, n’ont pas cédé à la panique. « Ce qui est bien, c’est qu’on a tenu, on a marqué en contre et on a été efficace. » Derrière, le jeu parait se mettre en place avec des trois-quarts conservés à 50% et renforcé par des joueurs de qualité, qui sentent bien le rugby prônée par Fabien Fortassin. Les anciens, Lhusero, Dulucq, Berbizier, Dumestre, Rubio, Paulet parlent le même langage que les recrues Stanaway, Mamao, Oltmaan, Juniver et Croquet. Sans oublier les jeunes Millet, Cantan et Duffau qui ont passé un an, sous la houlette de l’ancien ouvreur, au sein des Espoirs. « Quand on met du rythme et qu’on tient le ballon, c’est positif. On a fait de belles séquences où on a tenu le ballon, ce qui nous a permis de marquer de beaux essais. En première mi-temps, on n’a pas réussi à enchaîner le jeu. Le peu de ballons qu’on avait, on les a perdus bêtement. »

On veut être invaincu à domicile

Les Tarbais devront faire preuve de plus de discipline, notamment dans les rucks et les entrées en mêlées. Même si M. Hueso s’est montré plus tatillon côté bigourdan que côté basque, les pénalités seront à tirs réels. Et face à un buteur de la trempe de Jean-Baptiste Claverie, ça pourrait se payer cher. « La discipline, c’est important pour ne pas jouer dans son camp et se mettre sous pression dans ses 22 mètres. C’est important d’être discipliné pour ne pas donner d’occasions aux adversaires. » Les Tarbais veulent démarrer par une victoire à Trélut. « On veut être invaincu à domicile. On veut bien figurer dans ce championnat et ça passe d’abord par des victoires à domicile », affirme Fabien Fortassin qui ne veut pas entendre parler de défaite. « Perdre à domicile ce serait grave et battre Massy à domicile, ne sera pas un exploit. »

L’avis de Stéphane Ducos

Assurer la conquête et la possession devant

Devant, où il ne reste plus que cinq joueurs de la saison dernière (Vial, Prétorius, Taputaï, D’Hooghe et Méron), la cohésion est plus longue à se mettre en place, même si tous les joueurs tirent dans le même sens. Du coup, c’est un peu plus difficile de trouver des automatismes avec l’intégration de onze nouveaux joueurs, plus six Espoirs. Ce qui peut expliquer les imperfections entrevues encore contre Saint-Jean-de-Luz en touche. « Il faut trouver la cohésion et les réglages sur la touche. L’an dernier, ils avaient une très bonne conquête. Ils y passaient du temps et moi, j’ai essayé de mélanger, avec des lancements de jeu. On a retravaillé un peu plus la touche mais c’est surtout un travail de coordination, de cohésion et de vitesse, qui ne prend pas du jour au lendemain. » L’absence de D’Hooghe et ses 2,01 m, ont aussi beaucoup manqué. De plus, la touche aura toute son importance contre Massy. « Ils sont très forts en touche et sur les ballons portés », confie Stéphane Ducos. « On sait où on met les pieds et on va relever le défi, pour essayer de les contrer et surtout pour avoir nos ballons. »

Assurer en mêlées

La mêlée s’améliore peu à peu malgré les absences d’Aulika, le colosse tongien et de Lopez-Perez, le capitaine de l’Equipe d’Espagne. Avec ces deux renforts, de poids et d’expérience, la mêlée tarbaise devrait présenter un meilleur visage face aux grosses mêlées de Nationale. Si l’Espagnol est espéré samedi, le Tongien sera à coup sûr absent. « C’est un pilier droit de haut niveau et c’est embêtant de ne pas l’avoir mais Jon Zabala et Fabien Vial, ont largement le potentiel, pour le remplacer, tant qu’il n’est pas là. » Depuis deux ans la première ligne tarbaise n’aura jamais été aussi complète et complémentaire que celle de cette année lorsqu’elle sera au complet. Comme la touche, la mêlée est un travail de cohésion et de coordination sur les appuis, les liaisons et les poussées. « C’est clair, qu’on n’arrivera pas à avoir du jour au lendemain la meilleure mêlée du Championnat mais on fera tout pour être efficace ce week-end. » D’autant que la mêlée est plus opaque que la touche et que les arbitres, qui n’en comprennent pas toutes les subtilités, sifflent souvent à contresens.  « C’est compliqué de trouver le tricheur » reconnait l’ancien première ligne. « L’objectif, c’est d’avoir notre conquête correcte pour pouvoir lancer nos trois-quarts. Derrière, il y a de la qualité, ça va vite, avec des joueurs de haut niveau. » La touche et la mêlée seront les points clés du match pour priver Massy de ballons et pour assurer de bons lancements de jeu.

Un groupe qui vit bien ensemble et qui ne se pose pas de questions

Les joueurs ont hâte de se mesurer à une équipe de la taille de Massy. « Ils ont envie d’en découdre », assure l’entraîneur des avants. « Si on fait un gros match, ça lancera notre saison. Massy, on sait que ça fait des années qu’ils sont en haut du tableau et on sait aussi ce que vaut Tarbes. C’est à nous, d’être les patrons de nos résultats. » Les prestations tarbaises sont rassurantes au niveau de l’envie et de l’engagement, ce qui est primordial dans le rugby. « On a été capable de repousser plusieurs fois Saint-Jean-de-Luz qui était près de notre ligne. On n’a pas pris d’essai de pénalisation, on n’a pas pris d’essai sur ballon porté et on a marqué des essais sur des contres. Défensivement, ça veut dire qu’on était prêt. » Ce qui démontre aussi l’état d’esprit et la solidarité des joueurs. « On a un Groupe qui vit bien ensemble. Qui aime se retrouver pour manger ensemble. » C’est cet état d’esprit qui permet à une équipe de réagir sur le terrain, au lieu de baisser la tête quand ça va mal. L’entraîneur est donc plutôt confiant. « Il faut montrer à tout le monde qu’on est capable d’aller chercher les premières places. On a des joueurs de qualité et de haut niveau, qui ne se posent pas de questions. Même en étant menés, ils remettent la main sur le ballon et ils rejouent. » Samedi, en championnat, le match risque d’être moins débridé et plus tactique, mais l’expérience de ces joueurs peut s’avérer aussi primordiale pour gérer. « Il va falloir jouer dans le camp de l’adversaire et le mettre à la faute. On tient bien le ballon, on a un bon jeu au pied et on est capable de mettre des points. J’ai confiance aux joueurs qui vont tout donner samedi et le combat, c’est primordial au rugby. A nous devant, de bien faire le boulot, pour avoir nos ballons, pour les conserver et les proposer propres aux trois-quarts. »

Le groupe contre Massy

Le staff sera toujours privé de William Pees qui n’a pas encore reçu le feu vert pour reprendre les entraînements avec contacts et placages. Il devrait passer quelques jours de rééducation au CER de Capbreton avant de reprendre la compétition. Lucas Parrou, qui a repris les courses et Julien Cantan et Hourclé (cuisses) et D’Hooghe (adducteurs) sont toujours indisponibles. Johan Paulet souffre d’une fracture des vertèbres L1 et L2, suite à un violent coup reçu dans un regroupement dans le bas du dos lors du match à Anglet.

Heureusement l’ultime match de préparation contre Saint-Jean de Luz n’a fait aucun blessé supplémentaire. Le staff a retenu vingt-cinq joueurs pour jouer contre Massy (15 avants et 10 arrières). Fernando-Lopez, qui pourrait recevoir sa licence à temps, est intégré au groupe. Un doute pèse aussi sur la licence de Tolofua. Pour Aulika, la procédure est un peu plus longue et il ne devrait pas être qualifié à temps.

Avants  : Palisse, Bessonart, Vial, Zabala, Lopez, Prétorius, Reynaud, Saint-Guilhem, Gigauri, Vigne, Réal, Méron, Manu, Ricart, Tolofua

Arrières : Millet, Lhusero, Berbizier, Juniver, Stanaway, Mamao, Duffau, Oltmann, Rubio, Dumestre.

Jean-Jacques Lasserre