Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Tarbes-Massy, samedi à 18h30 à Trélut : L’avis de Mathieu Bonello

vendredi 11 septembre 2020 par Rédaction

C’est une bonne chose, le niveau va s’élever

Massy a été doublement impacté par le coronavirus. D’abord, comme toutes les équipes par l’arrêt du Championnat, alors que l’équipe caracolait en tête de sa Poule avec une seule défaite, devancée au plan national par Albi pour trois bonus offensifs de plus. « On avait fait une belle saison et comme Albi, on n’avait perdu qu’un match.  » Ensuite il y a eu le feuilleton de la montée et le bras de fer perdu la FFR contre la LNR. « Il faut l’accepter et avancer et regarder devant. Maintenant, c’est une nouvelle saison. » Et un nouveau championnat avec la création de la Nationale qui regroupe tous les prétendants à la montée. « Pour nous, c’est une bonne chose parce que le niveau va s’élever. Les matchs vont être accrochés, avec des gros matchs tous les week-ends. C’est une bonne chose. » Pour autant Mathieu Bonello n’oublie pas qu’il a entraîné Lavaur, Champion de France de Fédérale 1 en 2018 et qui, ensuite a joué contre Albi et Tarbes, après la suppression de la Poule Elite. « Je l’ai vécu dans les deux sens. C’est bien, pour le folklore, de faire trois ou quatre matchs contre de grosses équipes, quand on est un petit club. Mais c’est difficile, on casse des mecs. On joue des pros, alors qu’on est amateur. Alors que là, tout le monde sera plus ou moins pro. »

Au Sud, le rugby c’est une religion

Dans le but de monter, Massy avait été un des premiers à s’activer sur le marché des transferts en se renforçant devant et en amenant un peu plus d’expérience derrière. « On avait des qualités de vitesse derrière et forcément on les utilisait plus. La culture du club, fait que depuis très, très, longtemps, il était porté par le jeu derrière et délaissait un peu le jeu devant. On s’est un renforcé, même si on n’a pas fait de grosses recrues comme tout le monde. On est dans la continuité, avec une équipe assez jeune et on va essayer de faire de notre mieux. » Mathieu Bonello est prudent car Massy sort d’une Poule « nordiste » où les matchs sont moins acharnés que dans une Poule du Sud. « C’est différent, il faut être honnête. Chez nous, le rugby, c’est une religion. On se regarde presque de travers. Dans le Nord, c’est moins chaud que dans le Sud. » Ce qui se ressent aussi au niveau du terrain avec des matchs plus durs physiquement. « Le niveau rugbystique est différent. J’ai trouvé, que dans l’ensemble, les matchs se passent bien sur l’agressivité. Dans le Sud, on va plus se chamailler, se chicaner entre mecs qui se connaissent. Là, les mecs se connaissent moins et ils pensent plus à jouer au rugby qu’à autre chose. » La pression n’est pas non plus la même qu’à Lavaur. « Massy c’est une très grande ville et on est à 20 km de Paris. On est plus anonyme que dans le Sud, quand on joue dans le village du coin. Où, quand tu as perdu, on t’attend le lundi quand tu vas chercher le pain (rires…). Mais la passion, au sein du club est aussi forte que dans le Sud. »

Un championnat à beaucoup d’inconnues

L’entraîneur attend avec circonspection ce nouveau Championnat où l’ensemble des clubs s’est bien renforcé. « On a gardé beaucoup de jeunes joueurs qui ne sont pas encore à maturité et on ne sait pas trop où on va. Je suis très sincère avec vous. Je ne sais pas où on va en termes de niveau. On arrive dans ce championnat avec beaucoup d’inconnues. Est-ce qu’on sera ou est-ce qu’on ne sera pas au niveau ? Il y a des armadas, comme Narbonne, Bourgoin, Bourg-en-Bresse, Albi, qui sont mieux armées que nous. Ce sont des gros clubs avec des joueurs habitués à jouer à haut niveau. Nous, on va, j’espère, batailler pour se qualifier et après, on verra. » Après tout est possible, comme il l’a vécu avec le titre de Lavaur.

Amoindri par le Covid et les blessures

Massy a largement remporté deux de ses trois matchs de préparation contre Rumilly et Beauvais mais a lourdement perdu contre Bourgoin, faute de récupération. Massy avait choisi de prendre sa semaine de repos après le match au lieu de couper avant les matchs de préparation comme les autres équipes. « On a fait un très, très, gros bloc physique pendant l’Eté sans prendre la semaine de repos. C’était l’objectif et je ne sais pas si ça va payer ou pas. Contre Bourgoin, le résultat n’a pas été bon. » En plus Massy a connu son lot de vicissitudes. « On a eu des blessés, on a eu des cas Covid qu’on a écarté du Groupe avec les cas contacts. On trois joueurs qui sont sur le côté depuis dix jours parce qu’on attend le résultat de leurs tests. Cela pénalise les entraînements. On a dû en annuler certains. On en a fait d’autres par petits groupes. » La Région parisienne est très touchée par la pandémie et les clubs, à l’image du Stade Français, ne sont pas épargnés d’une une vigilance particulière. « Nous, on a fait les tests, alors que d’autres clubs ne testent pas. C’est problématique et nous, on a été beaucoup pénalisé. On est impacté mais tous les clubs ont plus ou moins de blessés, du fait de la reprise et je ne suis pas persuadé que les matchs seront d’une qualité technique exceptionnelle. »

 

On se méfie beaucoup de Tarbes

Le technicien massicois appréhende un peu cette reprise et s’interroge. « On verra comment ça se passera, s’il y aura des matchs reportés, si on ira au bout ou pas. » Massy débute à Tarbes que Mathieu Bonello connait bien pour y avoir fait ses études et pour avoir affronté le TPR avec Lavaur. « Je sais qu’ils ont des valeurs. Ils viennent de changer le staff et donc ils auront à cœur de bien débuter chez eux. Ils ont recruté des joueurs de qualité donc, je pense que c’est une grosse équipe, qui ne fait pas de bruit, mais qui sera très difficile à manoeuvrer. Je sais que ça sera très, très, difficile et on s’attend à un match très compliqué, car ils ont eu de très bons résultats l’an dernier. » L’entraîneur s’appuie aussi sur les résultats des matchs de préparation et notamment de celui du week-end dernier. « Ce n’est pas rien d’avoir mis 61 points à Saint-Jean-de-Luz. Donc, on va tranquillement, on verra bien. Si jamais on perdait, ce n’est que début du championnat. En tout cas, on va se méfier beaucoup de cette équipe de Tarbes, parce qu’elle a fait des gros matchs de préparation. Elle a bien fini, ça se veut dire qu’ils sont prêts. En tout cas, c’est sûr qu’ils auront à cœur de bien nous recevoir. »

Déplacement en avion et en bus

Massy, rejoindra samedi matin la Bigorre, d’abord en avion jusqu’à Toulouse, puis en bus jusqu’à Tarbes. Un choix économique qui pourrait peser lourd dans les jambes, car les Essonniens veulent économiser une nuit d’hôtel. « C’est vraiment compliqué parce qu’on est vraiment excentré. On est à l’autre bout de la France et il a beaucoup de clubs en bas et les déplacements sont toujours hyper compliqués. » Le seul avantage pour le Gaillacois d’origine, c’est qu’il va respirer l’air du sud du côté de Tarbes, de Dax, de Narbonne, de Blagnac et d’Albi… « Oui (rires), ça fait toujours plaisir de revenir dans le Sud. » 

Propos recueillis par Jean-Jacques Lasserre