Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
     

Tarbes-Blagnac, vendredi à 21h00 à Trélut

vendredi 17 janvier 2020 par Rédaction

Un match à huit points

C’est un match à quitte ou double pour Tarbes, un vrai match à « huit points » dans la course au Jean-Prat. Déjà à six points de Blagnac, les Tarbais seraient irrémédiablement distancés en cas de défaite. Un succès permettrait au Stado d’espérer même si ce sera compliqué, car les Blagnacais ont pris neuf points contre Lannemezan contre zéro à Tarbes avec un derby, à suivre, compliqué à Trélut, où une victoire bonifiée reste utopique. Idem contre Bagnères, contre lequel les deux équipes ont pris quatre points mais avec une victoire à Cazenave pour Blagnac et une réception à suivre à Ernest-Argelès, contre un déplacement très compliqué pour Tarbes. Albi, qui a battu les deux équipes, sera le Juge de Paix avec un déplacement à Blagnac et la réception de Tarbes lors de la dernière journée*.

*Leur programme

Match en retard  : Tarbes-Graulhet / Fleurance-Blagnac

J 15 : Fleurance-Tarbes / Blagnac-Bagnères

J 16 : Tarbes-Lannemezan / Oloron-Blagnac

J 17 : Tarbes-Mauléon / Blagnac-Lavaur

J 18 : Bagnères-Tarbes / Pamiers-Blagnac

J 19 : Tarbes-Oloron / Blagnac-Albi

J 20 : Lavaur-Tarbes / Graulhet-Blagnac

J 21 : Tarbes-Pamiers / Blagnac-Saint-Sulpice

J 22 : Albi-Tarbes / Mauléon-Blagnac

 

Les compos et l’avis des entraîneurs

Blagnac Eric Escribano

Blagnac réalise le parcours parfait avec un seul revers à Albi (30-6) pour onze victoires dont quatre en déplacement à Lannemezan, Bagnères, Lavaur et Saint-Sulpice. « Oui, on est très content à ce jour, parce que ce n’était pas toujours facile, avec une seule défaite à Albi, qui est logique, chez une équipe professionnelle qui est l’ogre de la Poule. On a eu aussi l’avantage de recevoir Tarbes », relativise l’entraîneur. Malgré ces excellents résultats Eric Escribano estime que son équipe peut encore progresser. « Je pense qu’on n’a pas retrouvé le niveau de l’année dernière, ça c’est sûr. Je pense qu’on était plus fort. C’est le constat qu’on a fait avec les joueurs en décembre lors du bilan. Il ne faut pas se mentir, on a réalisé un exploit pour se qualifier l’année dernière dans la Poule où on était. Les garçons en sont sortis très fatigués et je trouve qu’on fait de moins bonnes prestations que la saison dernière. On n’a pas retrouvé encore, le jeu de déplacement qui faisait notre force. » La faute aussi aux blessures de joueurs cadres qui n’ont pas encore repris ou qui se sont blessés, remplacés par des joueurs plus jeunes et moins expérimentés. L’an passé, Blagnac avait éliminé Bourgoin en quart avant de tomber contre l’ogre Valence-Romans en demi-finale. Cette année encore, Blagnac, en cas de qualification, va tomber sur des équipes professionnelles ; Massy, Bourg-en-Bresse, Albi, Narbonne…, qui jouent officiellement la montée. Du coup, les joueurs ne seront pas récompensés de leur beau parcours par un titre en Du Manoir, qui semble à leur portée. « Oui, je pense que ce serait plus bénéfique pour les joueurs qu’on soit en Du Manoir plutôt qu’en Jean-Prat mais on est des sportifs et on essaie d’aller le plus haut. Après, c’est difficile de remotiver des joueurs qui savent très bien qu’ils ne monteront pas, parce qu’on n’a pas les critères définis par la Fédération pour monter en Pro D2. » Eric Escribano regrette ces nouvelles règles financières mises en place ces dernières années, avec notamment l’obligation d’avoir un statut professionnel pour prétendre à la montée. « Je trouve dommage que ce ne soit pas le sportif qui l’emporte sur le financier mais y a un règlement et il faut le respecter. »

Ce sera très compliqué vu leur prestation à Saint-Sulpice

Blagnac sait que le match de vendredi sera capital mais pas irrémédiable pour eux. « Quoiqu’il arrive, ça se jouera jusqu’au dernier match parce qu’il reste neuf matchs derrière. » Le technicien estime que la Poule de cette année est aussi difficile que celle de la saison dernière avec Albi, dans le rôle de Valence-Romans et Tarbes, dans celui de Narbonne. « Il est aussi difficile d’aller jouer à Lannemezan qu’à Nîmes ou à Aubenas. » Eric Escribano, l’Auscitain, tient Tarbes et son staff en haute estime. « D’abord je tiens à signaler tout le travail qui a été mis en place par Yannick Vignette et son staff, parce qu’ils ont récupéré pas mal de jeunes joueurs et ils les ont fait travailler. Yannick est un bosseur, c’est quelqu’un qui est depuis longtemps dans le milieu du rugby. C’est avant tout un formateur et on voit les progrès de cette équipe de dimanche en dimanche. » Des Tarbais qui impressionnent le technicien gersois. « C’est la meilleure défense de toute la Fédérale 1* ». Une équipe qui est, pour lui, en progrès depuis le match Aller. « L’équipe est complètement transfigurée. Pour nous, ce sera très compliqué vu la prestation qu’ils ont fait dimanche à Saint-Sulpice. Et je peux vous dire que gagner à Saint-Sulpice est très compliqué. Ils l’ont fait et peu d’équipes le font. Pour moi, ça démontre tous les progrès qu’ils ont faits. »

*Tarbes est premier avec 8 essais, loin devant Albi 11 essais, Bourg-en-Bresse et Narbonne 14 essais, Massy 15 essais, Blagnac 17 essais et les autre leaders Saint-Jean-de-Luz 21 essais, et Cognac 23 essais…

Ils auraient pu battre Albi, ça se joue à des détails

L’entraîneur blagnacais revient, de lui-même, sur la défaite tarbaise contre Albi. « Je pense qu’ils auraient pu battre Albi, ça se joue à des détails en fin de match. S’ils ne ratent pas cette pénaltouche, le match peut être différent. Je trouve cette équipe de Tarbes en vrai progrès et à la hauteur des espérances qu’il y a autour de ce club. » Pour ce match programmé vendredi, Blagnac, qui a joué samedi et Tarbes dimanche, compte un jour de plus de récupération. « Oui », relativise l’entraîneur « mais mes joueurs ont repris le travail lundi à 8h00 jusqu’à 18h00 et les Tarbais ont eu d’avantage de temps pour faire de la récupération et des soins, toute la journée de lundi. Mes joueurs doivent prendre une demi de journée de congés pour jouer le vendredi. » Sportivement les Tarbais ont gagné à l’énergie et au mental à Saint-Sulpice alors que les Caouecs ont gagné largement (42-10), avec un bonus offensif (6 essais à 2). Un match pas si facile que ça, si on en croit Eric Escribano. « Oui, le score est flatteur pour nous mais je peux vous dire que les chocs étaient rudes et que Lannemezan n’a fait de cadeaux à personne. »

Blagnac veut montrer son vrai visage à la télé

Au match Aller, Blagnac avait remisé son ADN pour cadenasser le match reconnaît le technicien. « On se méfiait beaucoup de cette jeune équipe tarbaise et on s’en méfie encore car elle a mûri et elle a beaucoup progressé depuis. On n’aura pas la pression et on fera peut-être plus de jeu à Maurice-Trélut qu’on en a fait à Blagnac. On a retrouvé, contre Lannemezan, notre jeu de ligne et on est sur la bonne voie. » Une éclaircie est annoncé sur Tarbes selon Eric Escribano qui scrute la météo. « Il y a beaucoup de pluie vendredi après-midi, avec 8 mm, mais il a fait beau et le terrain va absorber. A partir de 19 h, ils n’annoncent plus de pluie et c’est rassurant pour pouvoir faire un bon match. » Outre l’enjeu sportif, Blagnac sera motivé par les caméras et le contexte. « Tous les joueurs ont envie de jouer un match télévisé dans un stade mythique du rugby », rappelle l’ancien talonneur de Colomiers qui se souvient encore de la bande à Dintrans…

Le même Groupe que contre Lannemezan

A priori, le Groupe contre Lannemezan devrait être reconduit avec le renfort du jeune Bonnet. « Il n’y a pas eu de blessés supplémentaires mais les blessés de longue durée que sont les Piron, Guignard et Vachon, ne reviendront que pour le bloc du 15 février et Lecomte va continuer avec les Espoirs Ce sera le même Groupe contre Tarbes vendredi soir. C’est toujours très dur d’enchaîner après des vacances et on va faire confiance aux joueurs qui ont gagné samedi. » L’arrière Vernetti, titulaire avant sa blessure, est rentré en toute fin de match samedi dernier et il devrait avoir plus de temps de jeu vendredi. L’ex-Tarbais Bouyxou, malade, ne devrait pas revenir dans ce Groupe de 26 qui a donné satisfaction. Seune et Saint-Martin, sont partis à l’étranger en stage d’ingénieurs. Le Groupe des 23 sera arrêté par Christophe Deylaud jeudi soir avant l’ultime entraînement.

Le Groupe des vingt-six

Première ligne  : Martin, Béziat, Lebréquier, Biscioni, Piffero, Pointud, Zipf

Deuxième ligne : Mutel, Van Blerk, Mignonat, Banière

Troisième ligne : Medves, Manas, Verdy, Bonnet

Demis : Ferrary, Augustin, Bortolissi

Trois-quarts : Charruau, Tolofua, Ochoa, Tardieu, Daurau-Bedin, Alvarez, Graulle, Vernetti

 

Tarbes

Battu, au match Aller, par un Blagnac plus pragmatique

Au match Aller les Tarbais, peut-être trop sûr d’eux après deux victoires bonifiées et zéro essai encaissé, se sont peut-être vus plus beaux qu’ils ne l’étaient face à une équipe très physique et très expérimentée. Une équipe qui n’a pris aucun risque et qui s’est appuyée sur du jeu au pied de pression et d’occupation pour maintenir les Tarbais dans leur camp et scorer sur leurs fautes en mêlée (6 points) et sur les ballons portés (6 points). Un choix tactique assumé à la fin du match par Eric Escribano. « Dans ces matchs à pression, âprement disputés, il faut savoir ne pas prendre de risques pour ne pas se retrouver en difficulté. C’était les consignes, de ne pas prendre de risques, d’occuper et de les mettre à la faute, si on arrivait à avoir nos ballons en touche et sur les mêlées. » Un choix payant puisque les Tarbais étaient menés 6-3 à la mi-temps, contre le cours du jeu, avec deux pénalités manquées (5ème, 35ème). En seconde mi-temps, les Tarbais, privés de ballons, s’étaient fait contrer et avaient encaissé un essai en fin de match (74ème). De plus Tarbes avait pris deux cartons jaunes d’affilés (Vial 38ème, Camy 42ème) et avait terminé à quatorze suite au carton rouge de Pees (74ème) qui avait été ensuite dédouané par la Commission de Discipline.

Yannick Vignette et Christian Etchebarne

Le match de tous les regrets

Un match qui laisse beaucoup de regrets car il y avait de la place pour faire mieux, compte tenu des occasions tarbaises en première mi-temps. Malgré un terrain gras et un crachin persistant, les Tarbais avaient envoyé beaucoup de jeu face à une défense bien en place qui avait récupéré des pénalités au sol et des ballons de contre. Ce vendredi les conditions climatiques s’annoncent difficiles et la prime reviendra à l’équipe la plus forte devant. Le pragmatisme, l’expérience et la discipline, devraient une nouvelle fois peser lourd. Cette fois la mêlée tarbaise, qui s’est beaucoup améliorée et qui vient de passer un test concluant à Saint-Sulpice, devrait être plus performante. La touche, l’autre déception du match Aller, devra assurer une bonne conquête pour que Tarbes puisse mettre son jeu en place et empêche Blagnac d’abuser des ballons portés, comme au match Aller. « Je n’ai pas oublié ce match Aller, j’ai encore les images en tête, comme si c’était hier », avoue Yannick Vignette, qui ne l’a pas encore digéré. Nul doute que les Tarbais seront revanchards et qu’ils ne commettront pas les mêmes erreurs qu’au match Aller. Christian Etchebarne aussi, se souvient du match Aller. « Ils nous ont montrés qu’ils était solides en conquête et forts défensivement. C’est une équipe puissante et mature et on n’est pas surpris du parcours qu’elle a réalisé depuis. »

Le groupe est très fort mentalement

Grâce à sa victoire probante à Saint-Sulpice, seul vainqueur d’Albi à ce jour, Tarbes a emmagasiné un regain de confiance après son échec albigeois. Ce succès permet de revenir à six points de Blagnac et d’envisager la qualification en cas de succès vendredi. Les joueurs, qui ont tout donné dimanche, sont marqués physiquement mais ils sont prêts à en découdre de nouveau. « Le Groupe, mentalement, est très fort. Il sait ce qu’il a à faire et ce qu’il a, à aller chercher », révèle le Manager. Vendredi, Blagnac n’a rien à perdre et toute la pression devrait être sur les Tarbais mais l’ex-demi-de-mêlée n’est pas inquiet. « Au contraire, on avait une grosse pression à Saint-Sulpice et j’ai l’impression que mon Groupe est plutôt hermétique à la pression », constate Yannick Vignette qui a bien préparé ce match où la conquête sera primordiale. « Le Groupe est conscient que vendredi soir un gros match nous attends », confirme Christian Etchebarne. « Il y a eu beaucoup de concentration aux entraînements cette semaine. Les joueurs se sont préparés très consciencieusement mais on devra faire un gros match pour l’emporter. » Les conditions météos, s’annoncent difficiles, mais les Tarbais devraient savoir s’adapter. « C’est dommage parce ce ne sera pas le rugby qu’on souhaite pratiquer », regrette l’ancien centre. « On sera obligé de s’adapter aux conditions climatiques. » Pas de crainte pour autant. « On avait été perturbé contre Bagnères mais depuis, on a prouvé qu’on savait jouer dans ces conditions. »

Retours de Vial et de Jauzion dans le Groupe

Malgré l’intensité du match, il n’y a pas eu de blessés et le Groupe de Saint-Sulpice sera reconduit avec le retour, (plus tôt que prévu), de Vial à la place de Rahou et de Jauzion à la place de Dulucq. C’est un choix fort du staff de couper un demi-de-mêlée pour faire entrer un centre, mais c’est aussi un choix tactique pour renforcer le milieu de terrain face à Blagnac. Le staff a choisi d’aligner le XV de départ qui a gagné à Saint-Sulpice, à l’exception de Pérez qui remplace D’Hooghe en troisième ligne et de Dumestre à la place de Rubio. Un roulement mais surtout un choix tactique pour que l’international belge puisse apporter sa fraîcheur en seconde ligne en cours de match, sans s’être grillé en troisième ligne, où l’Argentin apportera son expérience d’entrée. L’ailier lui, apportera sa sûreté, son pied et sa couverture en fond de terrain pour mieux répondre à un jeu d’occupation au pied. Enfin, O’Flynn est préservé une semaine de plus.

La compo

1 Marmoiton, 2 Prétorius, 3 Duny, 4 Woki, 5 Taputaï, 6 Pérez, 8 Méron (cap), 7 Paget, 9 Lhusero, 10 Pees, 11 Huyard, 12 Nuu, 13 Paulet, 14 Dumestre, 15 Berbizier

Remplaçants : 16 Camy, 17 Noui, 18 Abat, 19 D’Hooghe, 20 Noyé 21 Jauzion, 22 Rubio, 23 Vial

Jean-Jacques Lasserre