Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
     

Saint-Sulpice-Tarbes, dimanche à 15h00 au Stade Gaston-Sauret

vendredi 10 janvier 2020 par Rédaction

Les avis des entraîneurs et les compositions d’équipes

Saint-Sulpice

Un match Aller frustrant

Après Narbonne, l’an passé et Albi cette saison, l’USSS ambitionne d’inscrire à son palmarès Tarbes lui aussi ancien pensionnaire de Pro D2. Un club qualifié de « prestigieux » sur le site du club et dont le coup d’envoi de cette « affiche de gala » sera donné par la capitaine de l’équipe de France Féminine Gaëlle Hermet, la troisième du Stade Toulousain, qui est la sœur de Dorian le centre titulaire de Saint-Sulpice. Malgré les dénégations de Victor Labat (Tarbes infos de jeudi), les joueurs sont frustrés par la défaite du match Aller (32-0), la plus lourde de la saison. « 32 points, ça fait beaucoup. Je trouve que ce n’est pas complètement le reflet du match », déclarait, à l’issue du match, le capitaine Bastien Saux, abattu par l’ampleur du score. L’entraîneur Olivier Argentin mettait lui l’arbitrage en cause. « C’est arbitrage à deux vitesses. C’est un peu écœurant, parce que sur la première demi-heure, sans être dominateur devant, derrière, on se fait des passes, on fait des choses intéressantes. On est dans l’avancée et on tourne à la mi-temps, à 15-0 alors qu’on a montré plus de choses qu’eux… On est loin de Tarbes, c’est évident et ils n’ont pas besoin d’avoir un avantage aussi flagrant que ça au niveau de l’arbitrage. »De son côté Victor Labat reconnaissait la supériorité tarbaise. « Dans le courage, on a répondu présent. Après, on a été pris par une défense très, très, dense. On n’a pas trouvé les solutions. On a été énormément pénalisé mais les pénalités y sont. Les cartons y sont ». Mais il regrettait lui aussi l’arbitrage. « Mais il y a eu des faits de jeu qui ne sont pas normaux pour moi. Il y a une façon d’arbitrer qui est à deux niveaux aussi, c’est clair. »

Gagner pour entrer dans l’’Histoire

A cette frustration s’ajoute la dimension historique, pour un club d’une ville de 2 000 habitants, de monter, en cas de victoire, à la troisième place devant un club « prestigieux » du rugby français. Les joueurs sont donc en mission pendant 80 minutes pour entrer dans l’Histoire. « Ce dimanche 12 janvier à 17h30, le club peut être troisième de Poule. C’est plutôt ça qui nous intéresse. Comptablement, Saint-Sulpice peut être, devant Tarbes au soir de la treizième journée et on prendra une photo. »  C’est le sens du message que délivrera Victor Labat pour transcender un peu plus ses joueurs habitués à réaliser des exploits face à des grosses cylindrées. Dans le passé, Soyaux-Angoulême (19-17), Vannes, (30-32), Narbonne (26-21), Valence-Romans (12-16) et Blagnac (5-10), ont appris à respecter ce club aux valeurs énormes. Albi (9-3) vient de l’apprendre à ses dépens même si Blagnac a récidivé (9-18).

Saint-Sulpice au complet avec huit des absents du match Aller

Pour recevoir Tarbes, l’USSS est au complet et les suspendus Bonaldo et le capitaine Saux, ont purgé leur carton rouge lors du match en retard contre Graulhet. Le staff, qui s’est appuyé depuis le début de la saison sur un Groupe de 36 éléments, a retenu pour ce match 25 joueurs. « C’est un match très important et compte tenu de l’attente qu’il y a autour, on préfère attendre dimanche pour communiquer l’équipe », précise Victor Labat. « Aujourd’hui (NDLR, jeudi soir), il y a un aspect vidéo et analyse qui est très important et qui n’est pas encore terminé. » L’équipe ne sera donc arrêtée que dimanche matin, selon les conditions météo et l’état du terrain après les pluies de vendredi. Mais un Groupe de 25 joueurs a été arrêté, avec la présence de Jeudy (9 matchs, 9 titularisations), de Roquebert (10 matchs, 10 titularisations), de Soulisse (8 matchs, 8 titularisations), de Meneghel (8 matchs, 7 titularisations), de Caujolle (6 matchs, 5 titularisations), de Dufour (­7 matchs, 6 titularisations), de Soulage (5 matchs, 1 titularisation), de Bonaldo (9 matchs,7 titularisations), qui étaient absents au match Aller, soit huit joueurs sur le Groupe des 23 de Trélut. A noter que Meneghel et Caujolle étaient aux Championnat du Monde Militaire de Rugby. Roquebert (31 ans, 1,84 m, 120 kg), c’est la pièce maîtresse de cette équipe, perforateur de défense, casseur d’attaque, buteur de plus de 50 mètre (pénalité réussie de 65 mètres sur you tube) et auteur cette saison de l’unique drop de l’équipe. Un joueur phénoménal, qui a refusé les propositions de Colomiers et de Montauban et qui préfère la vie à la ferme que la ville et qui a un faible pour les troisième mi-temps à l’ancienne, qui sont bannies du rugby pro. Il a joué à tous les postes, sauf en seconde ligne et à la mêlée mais il a toujours botté. Sa seule défection à Saint-Sulpice, il la doit à une escapade à Hong-Kong avec les « Pyrénées Seven ».

Le groupe des vingt-cinq

 

Première ligne : Caujolle, Aka, Bousquet, Dufour, Viozelange, Soulage

Deuxième ligne : Saux, Capezzone, Eychenne

Troisième ligne : Evrard, Salis, Bonhoure, Bonaldo, Meneghel

Mêlée : Tebaldini, Dejean

Ouverture : Latapie, Doussain

Trois-quarts : Jeudy, Gimeno, Beilles, Cancian, Roquebert, Hermet, Soulisse

 

Tarbes

Yannick Vignette et Christian Etchebarne

C’est très important d’aller gagner là-bas

Les Tarbais auront toute la pression car pour atteindre leurs objectifs de qualification en Jean-Prat, ils doivent l’emporter sous peine de se faire distancer un peu plus. « C’est très important d’aller gagner là-bas, dans la mesure où Blagnac y a gagné », assure Yannick Vignette. Malgré l’ampleur du score du match Aller, les Tarbais se souviennent qu’ils ont souffert face à cette équipe joueuse mais dure physiquement. « C’est vrai que c’était cher payé », reconnait le Manager. Saint-Sulpice a attaqué de ses 22 m dès le coup d’envoi et a multiplié les temps de jeu pendant le premier quart d’heure. « On a été un peu surpris sur l’entame du match, par leur façon de prendre le maximum de risques », reconnaissait Christian Etchebarne à l’issue du match.Le TPR s’était nourri de l’indiscipline saint-sulpicienne pour creuser l’écart en première mi-temps sur des pénalités de Berbizier (15-0). Le carton rouge du talonneur Milhorat (déblayage dangereux, 32ème) avait facilité la tâche des Tarbais qui avaient pris un bonus offensif inespéré, compte tenu de l’opposition. Bien que dominé en mêlée, en l’absence de ses internationaux militaires Meneghel et Caujolle et de son infériorité numérique, le pack saint-sulpicien avait mis les Bigourdans sur le reculoir sur les ballons portés avec un essai refusé (40ème). Ce sera incontestablement, le match à l’extérieur le plus difficile joué jusqu’ici, dans un stade en folie face à une équipe, à la fois rude et joueuse, habituée à réaliser des performances à domicile. Les Tarbais devront répondre présent dans le combat et être solides en défense pour espérer l’emporter dans un environnement hostile.

On sait que ce sera très, très, dur

Les joueurs le savent et ils sont prêts à en découdre. « C’est un match super intéressant à jouer face à une bonne équipe de Saint-Sulpice, qui est accrocheuse. Il y aura un vrai combat à livrer, comme on a déjà su le faire », assure l’ancien demi-de-mêlée. « On sait que ce sera un match très, très, dur et on l’a bien préparé », confirme Christian Etchebarne. « Ils ont fait une très grosse performance en battant Albi et on sait que ce sera très dur. » L’ancien trois-quarts centre, s’attend à subir les assauts des Hauts-Garonnais. « Ils mettent beaucoup de jeu et on sent que c’est une équipe qui a l’habitude de bouger beaucoup le ballon. A nous de les contenir et d’arriver à mettre notre jeu en place. » Les Tarbais sont revenus de vacances le mors aux dents. « Les joueurs sont revenus avec beaucoup d’envie et on a pu faire des entraînements très intéressants et très sérieux », confie Christian Etchebarne qui ne tarit pas d’éloges sur ses joueurs qu’il trouve « très impliqués ». 

Retour de Méron, Noyé et Tahar, absence d’O’Flynn, de Jauzion et de Vial

Méron et Noyé font leur retour dans le Groupe d’Albi avec Tahar pour pallier l’absence de Vial (pneunopathie) qui se rajoute à celle d’O’Flynn (acromio) et à celle probable de Jauzion (genou). Le centre et Péry, finalement opérationnel, accompagneront toutefois l’équipe à Saint-Sulpice.

La compo

1 Marmoiton, 2 Prétorius 3 Duny 4 Woki, 5 Taputaï, 6 D’Hoogue, 8 Méron (cap), 7 Paget, 9 Lhusero, 10 Pees, 11 Huyard, 12 Nuu, 13 Paulet, 14 Rubio, 15 Berbizier

Remplaçants : 16 Camy, 17 Noui, 18 Abat, 19 Perez, 20 Dulucq, 21 Noyé, 22 Dumestre, 23 Tahar, 24ème Péry, 25ème Jauzion

Jean-Jacques Lasserre