Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Pamiers-Tarbes, samedi à 19h00 au Stade Balusso

vendredi 29 novembre 2019 par Rédaction

Les avis des entraîneurs et les compositions d’équipes

Pamiers : Prendre des points à domicile

Les Appaméens, avec deux défaites contre Mauléon (3-17, 0 essai à 2) et Albi (20-26, 2 essais partout) et un mach nul contre Saint-Sulpice (19-19, 1 essai partout), ne peuvent plus se permettre de perdre nouveaux points à domicile. Pour autant, le parcours du promu impose le respect, car à part à Lannemezan (31-13, 1 essai partout) où ils ont plié sous la botte de Dasque (26 points), ils ont inquiété leurs adversaires. Les Ariégeois ont cédé de peu à Lavaur (21-18), à Blagnac (21-11, 2 essais à 1) et ils se sont imposés à Graulhet (10-17, 1 essai à 2). Pamiers, qui a gagné contre Oloron (27-23, 3 essais à 2), compte un match de retard contre Fleurance comptant pour la 8ème journée.

Benoît Marfaing :

Sportivement, on n’est pas loin même si on ne décolle pas du bas de tableau

 Pamiers a tenu la dragée haute au deux « gros ». A Blagnac, malgré une équipe remaniée, les Appaméens ont même mené 0-8. Albi a eu du mal à s’imposer et n’a fait la différence que par les points au pied. Deux matchs qui laissent des regrets au Manager. « Tout le monde prend 40 points à Blagnac, et nous, on a failli y gagner. Contre Albi, il y a un arbitrage un peu litigieux sur un fait de jeu, sinon, on peut basculer aussi. Très sincèrement, à part Saint-Sulpice, qui était bien en place et qui a bien joué son jeu, on n’a jamais subi le jeu des autres équipes. » Le match nul concédé à Saint-Sulpice laisse aussi un goût amer. « Ils ont cassé le jeu, ils ont cassé le rythme, ils ont fait un non match. » Le seul match vraiment négatif et qui laisse beaucoup de regrets, c’est celui perdu à domicile contre Mauléon. Un match pris un peu trop à la légère face à des basques, qui venaient de perdre chez eux contre Fleurance. « C’est le gros bémol depuis le début du Championnat. On est de bons Français, (rires…) Quand on n’a pas peur, on prend les choses à la légère et on est surpris. On s’est pris les pieds dedans. Mauléon, ils s’accrochent et surprennent les équipes. Nous, on est tombé dans le piège et on n’a pas réussi à s’en sortir. J’espère que ça nous servira de leçon contre d’autres équipes. » Mais ce bon comportement sur le terrain ne se traduit pas encore comptablement. « En termes de classement et de points, on ne décolle pas du bas de tableau, mais après, à chaque fois sportivement, on n’est pas loin. J’espère, qu’en termes de points ça va basculer de notre côté car c’est bien joli de faire des bons matchs mais un moment donné, il va falloir prendre des points. »

On ne lâchera rien, ça c’est sûr

Les Tarbais, sont attendus de pied ferme et sans aucun complexe. Cette fois, la motivation sera toute trouvée face à un « gros » qui sera respecté, comme l’ont été Albi et Blagnac. « Il faut jouer à 300% et sans complexe » affirme le Manager. « Tarbes, c’est un club qui descend de Pro D2, avec une structure pro et un fonctionnement professionnel. Nous, on ne lutte pas dans la même catégorie qu’eux. » Mais ce n’est pas pour autant que les Ariégeois s’avouent battus d’avance. « On ne lâchera rien, ça c’est sûr. Si on peut avoir un résultat positif, face à Tarbes ce serait intéressant. Mais si on peut déjà s’assurer un point de bonus défensif, contre cette équipe, on sera content. » Benoît Marfaing assure qu’il n’a pas vu jouer Tarbes et que le plus important à ses yeux, c’est le jeu de son équipe. « Je n’ai aucune info et ce n’est pas plus mal. On va essayer de se concentrer sur nous-mêmes, avant de se projeter sur l’équipe qui arrive. Après, on verra, en terme de stratégie, comment on l’abordera. Je pense que c’est plus intéressant de se concentrer sur nous, sur nos forces et nos faiblesses et sur ce que l’on va mettre en place plutôt que sur ce que va proposer Tarbes. »

Notre point fort, c’est surtout le Groupe

 Le promu s’est efforcé de renforcer son pack et sa première ligne par des joueurs expérimentés venus de Pro D2 et de Fédérale 1. Ses avants, qui faisaient sa réputation en Fédérale 2, se sont mis au diapason à l’échelon supérieur. Avec 24 anciens pour 9 recrues, l’équipe a conservé l’homogénéité et l’état d’esprit qui faisaient sa force. « Le point fort, c’est surtout le Groupe qui vit ensemble depuis trois ans et on commence à se connaître. On a de bons garçons qui ne lâchent rien », confie le Manager. Mais malgré l’appui de joueurs expérimentés, l’équipe manque d’expérience sur les gros matchs. « Sur des rendez-vous comme ça, sur de grosses équipes, nos leaders de jeu manquent un peu d’expérience. » Benoît Marfaing n’hésite pas à intégrer des jeunes joueurs comme à Blagnac ou contre Albi, parfois par nécessité mais aussi par choix. « On intègre beaucoup de jeunes pour leur donner du temps de jeu pour qu’ils prennent un maximum d’assurance pour l’avenir. »

On tourne à sept, huit, blessés par match

Contre Tarbes, Pamiers sera une nouvelle fois handicapé par les absences. Une situation qui est récurrente depuis le début du championnat. « On tourne à sept-huit blessés par match », déplore le Manager. Aux graves blessures de début de saison de Jalibert, Henry et de Simon, se sont rajoutées celles de plusieurs joueurs au fil des matchs. Le staff enregistre le retour de son capitaine Pécrix, mais Laforgue, Khalkhal, Laberty, Lebon, Marcellin, Bocus, Tagotago, ne sont pas dans le Groupe. Un Groupe où Pradaud est annoncé, en première ligne, ce jeudi soir, sous réserve de changements samedi matin. Un poste que l’Australien, qui a joué en huit et au centre, a déjà occupé à Lavaur.

Le Groupe appaméen

Première ligne : Tekassala, Turasvhili, Gilardon-Paz, Pradaud, Keymayou, Teriou, Piorkowska,

Deuxième ligne : Panizzo, Jean Boulbes, Valcu

Troisième ligne ; Pécrix (cap.), Gatti, Brody

Demis : A. Casenave, Sentenac, Sans

Trois-quarts : Bertro, Guitoune, Garcia, C. Casenave, Walencik, Malirach, Seguela, Campino

Tarbes

Gagner pour rester au contact

Ce déplacement à Pamiers est primordial si Tarbes veut rester au contact d’Albi, qui reçoit Lannemezan et de Blagnac, qui se rend à Saint-Sulpice. Une victoire, en cas de défaite de Blagnac à Saint-Sulpice, permettrait aux Tarbais de prendre la seconde place de la Poule. Des Tarbais qui ne devront pas se fier aux victoires de Mauléon et au match nul de Saint-Sulpice pour croire que ce sera une promenade de santé. Les Appaméens sont décidés à ne pas faire deux fois les mêmes erreurs et ils sortent confortés de leur double prestation à Blagnac et contre Albi. Pamiers, sur un terrain qui risque d’être boueux, est une équipe rude, dure et difficile à manœuvrer, qui s’appuie sur une forte défense. Une défense qui n’a encaissée que deux essais contre Albi et deux à Blagnac, contre les deux meilleures attaques de la Poule… Une équipe qui a marqué deux essais contre Albi et un à Blagnac et dont il faudra se méfier, car elle est capable d’enchaîner de bons temps de jeu.

Yannick Vignette

C’est très costaud, on s’attend à un match rude avec du jeu très direct

Le Manager en est le premier conscient. « C’est une équipe très costaud, avec beaucoup d’expérience, et ça va être un gros morceau. Ils ont perdu mais ils n’ont jamais explosé. Ils ont des résultats convaincants, à part à Lannemezan et contre Mauléon, où ils ont fait deux mauvais matchs. C’est très costaud devant, ils n’ont perdu que 26-20 contre Albi… On s’attend à un match rude, avec du jeu très direct, basé beaucoup sur le défi physique. » Un match que les Tarbais doivent gagner s’ils veulent rester en embuscade en haut de tableau. « Si on veut être le mieux classé, il faut perdre le moins possible et il faudra tout mettre en œuvre pour faire un bon résultat à Pamiers. » Pour cela, les Tarbais devront d’abord répondre dans le combat et le défi physique permanent dans un stade hostile. Les clés du match seront, comme toujours, la discipline, la conquête, touche, mêlée, ruck et l’alternance, avants-trois-quarts, avec du jeu au pied, suivant les conditions de jeu. « On va s’adapter aux conditions », confirme l’ancien demi-de-mêlée. « Quand les conditions sont exécrables, il ne faut pas jouer mais si elles sont correctes, il faut jouer au rugby et alterner pour choisir le meilleur choix tactique. » Si les Tarbais répondent présents dans le combat, dans l’envie et s’ils savent conserver leurs nerfs, comme à Oloron, la victoire ne devrait pas être loin.

Christian Etchebarne 

Très dur contre une équipe très solide et très difficile à bouger

L’entraîneur des trois-quarts pense que ses joueurs sont prêts à en découdre. « Ils sont déterminés. Sur le dernier bloc, ils ont emmagasiné de la confiance et ils veulent continuer sur leur lancée. Les joueurs sont très impliqués aux entraînements. » L’ancien trois-quarts centre ne craint pas que l’équipe se laisse griser par ses deux dernières victoires bonifiées. « On a fait en sorte de se préparer pour que ça n’arrive pas. Les joueurs ont vraiment envie d’aller chercher quelque chose et ils savent qu’il faut faire une bonne performance pour ça. » Le staff a insisté sur les qualités de cette équipe qu’il ne fallait pas sous estimer sous prétexte qu’elle avait perdu contre Mauléon. « On a prévenu les joueurs que ce serait très, très, dur à l’extérieur, contre une équipe qui est très solide et très difficile à bouger. » Depuis Lannemezan, les Tarbais ont prouvé qu’ils n’avaient pas peur de combattre. « On a mis du combat à Oloron, on a mis du combat contre Lavaur et ils savent qu’il faudra mettre du combat. » Les joueurs ont été prévenus et ils ont vu les Appaméens en vidéo. « C’est épais, ils ont une bonne première ligne et ils ont un troisième qui va jouer centre certainement », pense Christian Etchebarne. Une option qui avait été prise contre Albi, avec le troisième ligne australien Pradaud (1,84 m, 114 kg) associé au centre avec fidjien Tagotago (1,94 m, 91 kg). Une association qui s’est poursuivie à Graulhet et contre Saint-Sulpice, avant d’être abandonnée à Blagnac et à Lannemezan où l’Australien est revenu en N° 8 et le Fidjien à l’aile.

Le même groupe et le même quinze de départ

Le staff a reconduit dans son intégralité le Groupe et aligne le même quinze de départ que contre Lavaur, toujours en l’absence sur blessure de Noyé. Huyard, touché au dos à l’échauffement, et qui n’était pas rentré, est de nouveau opérationnel. Paget purge son dernier match de suspension.

La compos : 1 Marmoiton, 2 Prétorius, 3 Duny, 4 Woki, 5 O’Flynn, 6 D’Hooghe, 8 Méron (cap.), 7 Pérez, 9 Lhusero, 10 Pees, 11 Dumestre, 12 Nuu, 13 Jauzion, 14 Rubio, 15 Berbizier

Remplaçants : 16 Camy, 17 Noui, 18 Taputaï, 19 Abat, 20 Paulet, 21 Dulucq, 22 Huyard, 23 Vial, 25ème Peyri

Jean-Jacques Lasserre