Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Soirée-débat sur les produits phytosanitaires et la société à la CCI

jeudi 28 novembre 2019 par Rédaction

Les Phytos : un sujet qui vous intéresse ou qui vous questionne ?

C’était le thème proposé par la Chambre d’agriculture des Hautes-Pyrénées ce 21 novembre à la CCI à Tarbes lors d’une soirée débat sur les produits phytosanitaires et la société. 80 personnes étaient présentes et ont pu échanger pendant plus de 2 heures avec les intervenants.

 

Une charte de bon voisinage en projet

Lilian Lasserre, vice-président de la Chambre d’agriculture, a rappelé le débat national sur l’épandage des pesticides près des lieux d’habitation et « la volonté de la profession agricole bigourdane d’engager des échanges constructifs avec la population des territoires pour faire connaître les bonnes pratiques des agriculteurs sur le sujet. » Un projet de « charte de bon voisinage et de protection des riverains » est d’ailleurs consultable sur le site www.hapy.chambre-agriculture.fr afin de recueillir l’avis du plus grand nombre. N’hésitez pas à contribuer à la réflexion !

 

Comprendre la dynamique des pesticides pour mieux protéger l’environnement

Comme l’indiquait M. Sébilo, enseignant chercheur à Sorbonne Université, « les agriculteurs sont les plus gros utilisateurs [ndlr : de pesticides], mais du point de vue de l’origine des molécules retrouvées dans l’eau, ils sont en proportion égale avec les autres usagers ». Dans l’exemple du glyphosate, très critiqué actuellement, sa molécule de dégradation se retrouve beaucoup dans nos stations d’épuration. Le chercheur précise « qu’on ne connaît pas précisément son origine mais une source non négligeable provient des agents moussants des lessives ». C’est le but des travaux de recherche qu’il conduit, pour comprendre la dynamique des pesticides afin de mieux protéger l’environnement.

 

Les quantités épandues sont faibles

Mme Soulère, conseillère animatrice Ecophyto à Trie-sur-Baïse, rappelait que « dans les Hautes-Pyrénées, 12% seulement du territoire reçoit des traitements phytosanitaires. Et encore, les quantités épandues sont faibles avec à peine 0,3 gramme par mètre carré en moyenne. A titre de comparaison, la SNCF en utilise 10 fois plus ». Elle a aussi rappelé la réglementation, l’obligation de formation tous les 5 ans des utilisateurs et le contrôle technique du matériel tous les 3 ans.

 

Agriculture conventionnelle ou biologique ?

« Il ne faut pas opposer les systèmes » rappelait M. Bongiovanni, paysans à Sarriac-Bigorre, convertit récemment en agriculture biologique. « On utilise aussi des produits en bio, à base de soufre et de cuivre le plus souvent ». Près de 300 agriculteurs sont labellisés bio dans les Hautes-Pyrénées mais beaucoup plus ont des pratiques bio notamment en zones de montagne et d’élevage. « Le changement n’est pas simple, il prend souvent plusieurs années. On a besoin d’être accompagné ».

 

Ambroisie, un enjeu de santé publique

En culture biologique le désherbage est essentiel et avec le changement climatique, de nouvelles plantes envahissent le territoire. C’est le cas de l’ambroisie, une plante produisant des pollens très allergènes, apparue récemment dans le département. Le Docteur Gayraud, pneumologue allergologue à Tarbes, a rappelé l’enjeu de santé publique avec de plus en plus de population allergique avec des cas graves désormais. « Il est encore temps contrairement à d’autres régions. Dans les Hautes-Pyrénées, tous les acteurs doivent se mobiliser, notamment les maires avec des référents dans chaque commune afin de connaître cette plante et d’agir. »

 

Le zéro pesticide dans les communes

Depuis le 1er janvier 2017, les collectivités n’ont d’ailleurs plus le droit d’utiliser des pesticides pour l’entretien des voiries. M. Maisonneuve, maire de Labatut-Rivière et vice-président de la Communauté de communes Adour-Madiran, a témoigné des actions conduites et de la gestion parfois compliquée du sujet. « Avec le zéro pesticide et la loi Labbé, il faut gérer le budget et notamment la main d’œuvre communale tout en répondant aux habitants plus enclin au départ au zéro herbe. Les choses avancent mais cela demande du temps, de la pédagogie et des investissements. » Sa commune a obtenu cette année le 1er prix départemental des villages fleuris, une jolie récompense du travail conduit.

 

Une suite attendue

Plus de 2 heures d’échanges en table ronde, animée par M. Laffonta, a permis de répondre à de nombreuses interrogations (le transport par le vent, l’eau potable, l’alimentation locale…)… mais pas à toutes, loin s’en faut.

La qualité des intervenants, passionnés par le sujet, a fait l’unanimité. Le format, sans langue de bois, a été apprécié aussi de tous les participants. Une suite est attendue tellement le sujet est vaste et mérite la poursuite des discussions. La balle est dans le camp de la Chambre d’agriculture.