Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Oloron-Tarbes, dimanche à 15h00 à Saint-Pé

samedi 9 novembre 2019 par Rédaction

Deux équipes en quête de points

Un match compliqué pour deux équipes en reconstruction qui n’ont pas les mêmes objectifs mais qui sont toutes les deux à la recherche de points précieux. Oloron, déjà défait sur son terrain par Albi, fera tout pour éviter une seconde défaite qui l’enliserait en deuxième partie de classement. Les Béarnais (13 points) verraient le trou se creuser avec Mauléon (17 points) qui reçoit Bagnères (9 points), et ils seraient distancés par Pamiers (14 points) et Lavaur (13 points), qui reçoivent respectivement Fleurance (19 points) et Lannemezan (19 points). Tarbes (25 points), se doit de l’emporter pour conforter sa place en haut de tableau et se rapprocher d’Albi ou de Blagnac (32 points chacun) qui s’affrontent la veille. En cas de défaite, les Tarbais stagneraient au classement et verraient revenir Saint-Sulpice (22 points) si celui-ci s’imposait à Graulhet.

Les compos et les avis des entraîneurs

Oloron : Stéphane Zampar 

Petit à petit, l’équipe prend forme, le collectif se met en place

Les Béarnais ont débuté ce troisième bloc par une défaite bonifiée à Lannemezan où il n’est jamais simple de jouer. Oloron, a même fait taire Sarrat, lorsqu’il a pris la tête au tableau d’affichage 14-16, juste après l’heure de jeu. Les Béarnais ont encaissé une pénalité sur un carton jaune et ont pris un essai en infériorité numérique. Réduit à deux fois à quatorze en seconde mi-temps, Oloron a encaissé treize points durant ces périodes. « On n’est vraiment pas loin » confirme l’ex-Lannemezanais. « A la 63ème on prend même le score et puis on a des petites fautes à répétitions qui nous font sortir du match et qui nous font encaisser un essai à la 76ème... Il a fallu se retrancher derrière notre état d’esprit pour arracher ce point défensif, qui est somme toute mérité, en fin de match. » Un second bloc et un début de troisième qui prouvent que l’équipe prend peu à peu confiance. « Petit à petit, l’équipe prend forme » confirme l’entraîneur « le collectif se met en place, maintenant, il ne faut pas oublier d’où on vient. On reconstruit une équipe et on ne peut pas avoir toujours des performances sur le court terme. » Stéphane Zampar découvre cette Fédérale 1 qui mélange des clubs professionnels et des clubs amateurs. « C’est difficile dans la mesure où on n’est pas arbitré de la même façon. Les arbitres se font une image de certaines équipes, qui sont soit disant supérieures et d’autres, qui ne sont arbitrées de la même façon. On essaie d’exister et de se battre avec nos moyens. »

Urgent et nécessaire de prendre des points

Des Béarnais qui sont à la recherche de points et qui ne veulent plus en perdre à domicile. « Il devient quand même urgent de prendre des points et au tiers de la saison ça devient une nécessité » assure l’entraîneur. Après Albi et Blagnac, Oloron va jouer contre la troisième « grosse équipe » de la Poule. « C’est clair, il n’y a qu’à voir leur classement. Tarbes est bien placé, bien positionné, avec une belle équipe, rajeunie depuis la saison dernière. C’est une équipe compétitive avec un beau collectif et un staff compétent. » Compte tenu du classement et du statut des deux équipes, Oloron jouera sans pression et fera tout pour faire tomber des Tarbais qui viennent de remporter leurs deux derniers matchs sur le fil. « C’est un match à jouer à domicile où il faut tout donner car on sait très bien que Tarbes ira gagner ailleurs. Donc, si par cas, on pouvait glaner quelques petits points contre eux, ce serait toujours ça de gagné. » Même s’il a joué tout jeune au Stado et s’il travaille à Tarbes, ce match n’a aucune connotation particulière, car en plus, Stéphane Zampar vit à Nay. Le match à Lannemezan avait été bien plus fort. « Emotionnellement, ça a été quelque chose de particulier pour moi de revenir à Lannemezan. Je ne connaissais pas le vestiaire des visiteurs (rires…). » Mais la pression sur les adversaires, elle n’avait pas changé. « C’était l’accueil classique, j’ai joué là-bas et je connais très bien la manière d’accueillir les équipes. Mais je tiens à préciser que nous avons été globalement bien accueillis et que le match s’est très bien déroulé. Il n’y a pas eu de gestes avec un bon comportement des deux équipes. » Mais gagner contre le Stado, outre l’aspect sportif, est aussi important pour une raison plus personnelle. « J’aimerai gagner pour éviter de me faire chambrer au boulot, la semaine prochaine (rires…), puisque la plupart de mes collègues sont de Tarbes. Sans plaisanter, il n’y a aucune rancœur, aucune amertume de ma part. Ce sera un match comme les autres. Bien sûr, on voudra épingler Tarbes à notre actif mais eux aussi viendront à Oloron pour gagner et on verra bien… »

Le Groupe oloronais probable

Le groupe béarnais compte une quinzaine de blessés et a priori aucun joueur ne devrait revenir dimanche et Asserquet, sorti sur blessure à la 26ème minute à Lannemezan, devrait être absent.

Première ligne  : Moncade, Tomuli, Beaudouin, Lefflier, Lacorne, Ramirez,

Deuxième ligne : Hubert, Lapuyade, T. Constant

Troisième ligne : Crampé, Pinto, Jacobs, Whakatihi, Santos, P. Constant

Demis : Paillot, Jully, Bourdieu

Trois-quarts  : Chantereau, Boucau, Pailhassar, Vaquero, Claverie-Rospide, Arroyo

 

Tarbes

Les Tarbais sortent de deux matchs compliqués remportés à la hargne et à l’envie au bout des arrêts de jeu. Deux matchs qui devraient compter dans le vécu d’un Groupe, très jeune, qui est en complète reconstruction et qui est soumis à forte pression depuis Lannemezan. Dans ce Championnat paradoxal, qui mélange des équipes Amateurs ou dîtes Amateur et des équipes professionnelles ou semi-professionnelles, la loi n’est pas forcément celle du plus fort. On l’a vu le week-end dernier où Albi et son équipe de Pro D2, composée de joueurs expérimentés et d’un collectif bien rôdé, a chuté chez une équipe d’un village de moins de 2 400 habitants et au budget de 500 000 €… Idem pour Massy, tout juste redescendu de Pro D2 et programmé pour remonter aussitôt qui, après six victoires bonifiées (un record), a chuté lors du derby (là-aussi) contre Suresnes qui ne comptait que trois succès jusqu’ici… Cette fois encore le week-end va être perturbé par des conditions météos exécrables qui nivellent les valeurs et favorisent les plus combatifs.

Un match contre Bagnères à oublier

L’an passé, Tarbes avait relancé sa saison à Oloron (où Albi avait perdu) après la déconvenue de Nafarroa. L’équipe était venue se forger à Saint-Pé avant de terminer sa saison en trombe. Les Tarbais avaient réalisé une prestation parfaite à l’extérieur, avec un bon jeu de pression et s’étaient nourris des fautes adverses (22-8). Tout le contraire du dernier match contre Bagnères où les Tarbais ont multiplié les fautes et les erreurs pour se faire battre. Mis à part sur les mêlées et sur les ballons portés, où les Bagnérais auraient dû prendre des cartons, l’arbitrage a été plutôt bon. On peut juste regretter que M. Hernandez se soit laissé abuser en deux ou trois occasions, notamment sur le carton à Vial qui a dominé son adversaire lors de son retour sur le terrain. Au point que c’est le staff bagnérais qui a choisi de sortir Basile. Un double carton aurait paru plus judicieux, dans le doute. Le Manager tarbais n’arrive toujours pas à comprendre le nombre de fautes incalculables de son équipe. Plus certainement que depuis le début de la saison sur l’ensemble des six matchs précédents. Une fébrilité incompréhensible où chacun y a été de son erreur et de sa faute, peut-être à cause de trop de pression contre une équipe qui n’avait rien à perdre et qui a su rester lucide.

Yannick Vignette

On est dans le combat mais on a manqué de précision technique

Après le visionnage de la vidéo le Manager ne met pas en doute l’engagement de ses joueurs dans ce match contre Bagnères.  « Je ne pense pas qu’on ait manqué de conviction. On est dans le combat mais on a manqué beaucoup de précision technique. On a été défaillant sur les postes techniques. » Yannick Vignette égrène les fautes et les erreurs qui se sont enchaînées durant cette rencontre. « On n’est pas précis dans le jeu, on se fait pénaliser en mêlée et en touche. On joue à la main, alors qu’il faut taper au pied, on ne met pas la pression sur les chandelles, on ne trouve pas la pénaltouche et pleins de trucs comme ça. On fait des lancers pas droits en touche, une touche directe, un en-avant repris devant, une faute sur une chandelle, un jeu au pied contré, un ballon rendu directement dans les bras de l’adversaire… Ce sont toutes ces imprécisions qui nous plombent », estime l’ancien demi-de-mêlée. « C’est incroyable… » Même, en fin de match, alors qu’ils avaient repris le score, les Tarbais ont concédé une dernière pénalité. Mais cette fois sur la roublardise de Capberbet qui a tiré Prétorius par le maillot pour le mettre hors-jeu sur le ruck. (A revoir au ralenti sur la vidéo de l’Equipe TV).

Vial (1 match) et Paget (4 matchs) suspendus, retour de Tahar

Le Groupe tarbais est au complet pour affronter Oloron, à l’exception de Vial, suspendu pour un troisième carton jaune et de Paget, qui a pris quatre matchs de suspension, suite au carton rouge de Mauléon. Noui remplace Vial à Gauche et Tahar revient dans le Groupe pour jouer à Droite. Le reste du Groupe est inchangé même si le Staff a effectué des changements dans le quinze de départ où, Camy, Abat, Dulucq, Jauzion, Paulet seront sur le banc, remplacés par Prétorius, Taputaï, Lhusero, Noyé et Dumestre. Devant, D’Hooghe descend en troisième ligne à la place d’Abat et Taputaï, impeccable lors de ses rentrées, va connaître sa première titularisation au côté de Woki en seconde ligne. Derrière, Noyé rentre à l’ouverture et Pees est décalé au centre, au côté de Nuu, pour jouer à l’anglo-saxonne avec un 5/8ème, c’est-à-dire un second ouvreur dans la ligne. Une option que Tarbes avait dans son jeu l’an passé, avec Frisch au centre et Claverie ou Pees, à l’ouverture. Dans ce genre de match tactique, où le jeu au pied sera capital, avoir deux ouvreurs sur le terrain peut s’avérer précieux. Noyé, apportera sa précision et Pees sa puissance. Un choix qui n’a pas été facile à prendre parce qu’il a fallu sacrifier Jauzion qui formait une belle paire au centre avec Nuu. Paulet et Rubio, sont les autres sacrifiés de cette option de jeu, qui pourrait s’avérer payante si elle fonctionne. Le replacement de D’Hooghe en troisième ligne permet d’agrandir l’alignement et d’apporter de la puissance au pack. Si le Quinze de départ a été arrêté, le nombre de remplaçants, avants/trois-quarts, n’était pas encore décidé à l’heure où nous mettions en ligne. La décision de prendre un avant supplémentaire, au détriment d’un trois-quarts, sera prise selon les dernières conditions météos. Péry serait alors le sixième avant, remplaçant au talonnage et Camy entrerait en troisième ligne. Paulet et Rubio, sont en concurrence et l’un des deux serait alors sacrifié derrière où les deux remplaçants sont Dulucq et Jauzion.

La compos tarbaise

1 Marmoiton, 2 Prétorius, 3 Duny, 4 Woki, 5 Taputaï, 6 D’Hooghe, 8 Méron, 7 Pérez, 9 Lhusero, 10 Noyé, 11 Dumestre, 12 Nuu, 13 Pees, 14 Huyard, 15 Berbizier

Remplaçants : 16 Camy, 17 Noui, 18 O’Flynn, 19 Abat, 20 Péry ou Jauzion, 21 Dulucq, 22 Paulet ou Rubio, 23 Tahar

Jean-Jacques Lasserre