Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
      
   
     

Du Manoir : 1/8èmes Retour J – 2 : Tarbes-Nantes, dimanche à 15h00 à Trélut

samedi 11 mai 2019 par Rédaction

Nantes en ballotage favorable

C’est un match couperet qui attend Tarbes et Nantes et la victoire est impérative pour les deux équipes. Nantes mène 4-0 aux points terrains, avec 8 points d’avance au goal-average, un essai et une pénalité d’écart. Tous les atouts sont de son côté à l’issue de ce match Aller. Une victoire ou une défaite bonifiée ou par moins de 8 d’écart, suffisent à Nantes pour se qualifier. *

*En cas d’égalité aux points terrains sur l’ensemble des deux rencontres (Victoire : 4 points, bonus : 1 point, nul : 2 points, défaite : 0 point), le goal-average Aller-Retour entre en ligne de compte, puis le nombre d’essais et enfin le nombre de pénalités. Les cartons ne sont pas pris en compte même pas le carton rouge.

Pas de prolongation à l’issue du match si l’égalité est parfaite sur l’ensemble des deux rencontres.

Tirs au but des 22 m face par cinq joueurs différents présents sur le terrain à l’issue de la rencontre ou plus si nécessaire.

 

Les réactions des entraîneurs et la compo des groupes

Des Nantais sans pression et ambitieux

Emmanuel Patte : Un match couperet qu’on doit gagner

Forts de tous ces atouts, les Nantais viennent sans pression et comme Tarbes, ils arriveront la veille du match et s’entraîneront sur place samedi soir. Un groupe qui a retrouvé toute sa confiance après la victoire du match Aller comme le confirme le Manager. « On était content d’avoir fait un bon match contre Tarbes mais dès mardi, on a remis le bleu de chauffe. Les joueurs sont motivés, on n’a rien à perdre. » D’autant que la vidéo a conforté les Nantais et leur a montré qu’ils auraient pu mieux faire. « On peut avoir quelques regrets parce qu’on a rendu un peu trop de ballons au pied. A un moment donné, on donne deux ballons faciles sur lesquels ils ont scoré. On va essayer de maintenir encore plus le ballon. On a vu que quand on conservait le ballon, on mettait à mal la défense tarbaise ». Dont on peut s’attendre à voir un Stade Nantais, sans complexe, envoyer du jeu à Trélut, comme il le fait depuis ces dernières années. C’est dans son ADN et pas question, selon Emmanuel Patte, de s’accrocher aux 8 points d’avance : « On n’a pas une équipe à pouvoir gérer. C’est une équipe qui est jeune et si on leur dit de commencer à gérer, ça ne va pas être bon. On va prendre ce match comme un match couperet qu’on doit gagner. On a huit points d’avance au départ mais on sait que les premières minutes vont être très difficiles. C’est à nous de bien absorber ce début de match. »  Nantes viendra en Bigorre, sans aucune pression, car tous les clignotants pour accéder aux quarts sont au vert. Même si la victoire n’est pas impérative, le Stade Nantais peut se contenter de perdre de moins de 8 points, l’ambition est tout de même de gagner. L’invincibilité de Tarbes à Trélut est même une source de motivation pour des Nantais qui veulent renouveler leur exploit de l’an passé quand ils avaient fait chuter Nîmes qui, lui aussi, était invaincu chez lui. « On sait que les Tarbais sont invaincus à domicile, donc on est un peu dans le même contexte que l’année dernière. On sait qu’on sera attendu, c’est clair (rires…). On va à Tarbes pour faire une bonne prestation et conserver cet avantage. »

 

Les atouts de Nantes

Nantes est une équipe qui aime jouer dans le désordre mais qui a un système de jeu basé sur la vitesse, avec un arrière( Belleteste), crocheteur, vif et rapide et une ligne de trois-quarts qui combine bien, lancée par deux joueurs expérimentés, (Le Bourhis, à la mêlée et Bouillon, à l’ouverture). Un ouvreur buteur complet qui possède une bonne vision du jeu, qui fait jouer autour de lui et qui possède un très bon jeu au pied d’occupation. Mais Nantes, c’est aussi un bon pack, avec une première ligne solide, une seconde ligne grande et physique, deux flankers de qualité et un numéro huit (Taulanga) puissant, capable de casser une défense mais aussi de faire une chistera dans ses 22 m qui amène, 80 m plus loin, une occasion d’essai et trois points au compteur. Une équipe à la fois jeune et expérimentée, qui a un an de plus, en moyenne d’âge, que Tarbes (27 contre 26 ans).

 

Même groupe qu’au match Aller

Par rapport au match Aller, l’ailier Gimenez sorti sur blessure (genou) sera absent même si les croisés ne sont pas touchés. C’est Fradin qui devrait le remplacer dans le groupe. A priori, aucun autre joueur ne fera son retour, comme l’avait espéré le staff nantais à l’issue du match Aller. Les frères Réveillère et le pilier gauche François Foucauld (19 feuilles de matchs) ne sont pas jugés suffisamment rétablis.

 

Le Groupe des 25 nantais

Avants : Plantier, Kerdrain, Kartvelishvili, Kruger, Primault, Lebastard, Thouchkaieff, Tsukhishvili, Jonk, Barrais, Burgaud, Taulanga, Diallo Dit Peres, Ambourhouet, Cherre

Arrières : Le Bourhis, Lemonnier, Bouillon, Belleteste, Coisy, Roudil, Beaudreuil, Charbonnel, Fradin

 

Tarbes : Ne pas refaire les mêmes erreurs

Yannick Vignette : On s’en sort grâce à une grosse mêlée

Si les Nantais n’ont pas volé leur victoire, ils ont été bien aidés par les erreurs et les mauvais choix des Tarbais. Mais malgré tout, Tarbes s’en tire bien, car sur deux ou trois percées terminées par des pénalités, l’écart aurait pu être plus grand si la défense ne s’était pas bien reprise. De plus, la pénalité face aux poteaux, (69ème à 20-12) que n’ont pas tenté les Bigourdans est compensée par celle que Nantes (76ème, à 20-12) n’a pas pris pour jouer une mêlée à cinq mètres. Sur le coup, les Tarbais s’en tirent bien, car sur une relance intempestive sous pression dans leurs 22 m, (alors qu’il n’y avait qu’à laisser sortir le ballon en touche), ils auraient pu prendre un essai supplémentaire. Malgré le carton de Dumestre, Tarbes s’en sortait finalement assez bien grâce à la mêlée qui récupérait la pénalité qui permettait de dégager en pénaltouche. « S’ils prennent la pénalité, il y a le break », reconnait Yannick Vignette qui ne comprend pas pourquoi un défenseur a voulu sauver cette touche à 5 m. « C’est n’importe quoi. On ne risquait rien, on avait tous nos ballons en touche et là, on panique et on a failli prendre un essai. C’est grâce à une grosse mêlée qu’on s’en sort, sinon on passe à la trappe avant le match Retour ! »

 

Etre plus réaliste sur les temps forts

Même si les Tarbais savaient à quoi s’attendre à Nantes, là ils l’ont vu de près et connaissent désormais les points forts de leurs adversaires. Le staff a pointé les erreurs commises et les joueurs devraient s’appliquer à ne pas les renouveler, sous peine d’essuyer une cruelle désillusion. Les Tarbais devront se montrer beaucoup plus réalistes dans leurs temps forts. Durant les vingt premières minutes de domination, ils n’ont inscrit que 6 points alors que Nantes a marqué 15 points en quinze minutes (33ème - 48ème). Sur une seconde mi-temps, globalement dominée, Tarbes n’a marqué que 6 points (49ème et 58ème) et a « offert » un essai en contre par manque de lucidité. Alors qu’il suffisait de continuer l’effort en mêlée pour obtenir une pénalité et se dégager par une pénaltouche. Précipitation, manque de lucidité et de maîtrise, ont causé la perte de Tarbais pourtant bons dans les fondamentaux et dans l’engagement. Tarbes devra s’appuyer sur ses points forts, que sont la conquête et s’investir encore un peu plus dans l’engagement et dans la pression. Car c’est dans les têtes que ça se jouera entre deux équipes très proches même si elles sont des styles de jeu diamétralement opposés. Une équipe de Nantes qui se rapprocherait de celle de Lavaur, par la qualité de son pack et par son jeu de mouvement, si on voulait la comparer à une équipe de la Poule 2. Mais Tarbes a les atouts pour battre cette équipe nantaise qui a connu plusieurs trous d’air dans la saison et qui peut se remettre à douter. C’est l’équipe qui sera la plus forte mentalement qui fera douter l’autre. Les deux équipes vont chercher à marquer la première pour déstabiliser l’adversaire mais sans pour autant prendre des risques insensés.

Il va falloir être costaud mentalement et physiquement

Yannick Vignette s’est préparé à une entame canon des Nantais et il avertit. « Il ne faudra pas douter même si on est mené. Il faudra prendre l’exemple d’Albi. » Battu à l’Aller 19-15 Albi, à la mi-temps, était mené 12-14 (6 points de retard sur l’ensemble) et même 12-21 (45ème), soit 15 points de retard au total, avant de s’imposer au final 39-21. « Il ne faudra pas paniquer si ça nous arrive. Il ne faudra pas sortir du match et faire n’importe quoi. Il faudra continuer à faire les choses dans l’ordre. » Contrairement au match Aller les Tarbais ne devront pas relâcher leur étreinte. « Il va falloir être costaud mentalement et physiquement pour maintenir une pression constante sur l’adversaire. »

 

Jean-Charles Laran : Ne pas leur rendre des munitions

Des Tarbais qui devront revenir à un système de jeu bien rôdé et le respecter en évitant de rendre des ballons à une équipe, qui n’attend que ça pour semer la zizanie dans les défenses. « On a rendu le ballon à l’adversaire et il n’en fallait pas plus, avec une équipe joueuse comme ça, pour se mettre le feu derrière. C’est une équipe à qui il ne faut pas rendre de munitions. Ils ont déjà les leurs parce qu’ils ont une bonne conquête et si en plus on leur donne les nôtres, on cherche le bâton pour se faire battre. » Des Tarbais qui ont eu du mal à digérer, sur le coup, leur première défaite après cinq succès consécutifs. « Ils étaient déçus parce qu’ils auraient aimé continuer sur la même dynamique ils se sont vite repris et n’ont pas trop gambergé », révèle Jean-Charles Laran. Un autre fait peut être porteur d’espoir, car des joueurs qui ne sont pas considérés comme des leaders du groupe ont pris la parole dans les vestiaires à la fin du match pour analyser à chaud la situation. Ce qui conforte l’entraîneur dans l’implication de l’équipe. « Ça prouve bien que le groupe est concerné pour le match Retour. »

 

Groupe complet, Masson incertain

Le Groupe des 25 joueurs qui ont fait le déplacement à Nantes devrait être retenu dans son intégralité. Les entraînements de vendredi ont confirmé que Loustaunau, Bréthous et Paulet, sortis sur blessure, sont aptes à jouer. Le cas de Masson est plus délicat et une décision sera prise après la mise en place de samedi ou dimanche matin, lors du regroupement à Trélut. De toute façon, le Groupe des 23 ne sera arrêté qu’au dernier moment, compte tenu des quelques incertitudes qui pèsent encore sur les joueurs touchés. Dans le quinze de départ, Escur et Armary, devraient tourner avec Vial et Abat. Frisch serait titularisé au centre à côté de Bréthous ou de Paulet, alors que le reste de l’équipe serait inchangé. Bonnecarrère devrait retrouver le poste de troisième ligne centre, encadré par Méron et Armary. Loustaunau et Pees seront à la charnière et le triangle arrière Rubio, Berbizier, Dumestre, sera une nouvelle fois reconduit. « Ce n’est plus le moment de faire des réglages, en fin de saison, sur des matchs éliminatoires. Ce serait dérégler beaucoup trop de choses », confirme Jean-Charles Laran. Une précision pour ceux qui souhaitaient voir Frisch à l’ouverture et Pees au centre. 

Le Groupe des 25 Tarbais :

Avants  : Vial, Duny, Escur, Haurie, Bonnot, Camy, Manso-Moyano, Percival, Lacroix, Ferré, Méron, Abat, Bonnecarrère, Armary, Masson

Arrières : Loustaunau, Lhusero, Pees, Frisch, Paulet, Bréthous, Dumestre, Rubio, Berbizier, Esteves.

JJ Lasserre