Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
     
   
     

L’ancien Carmel va être transformé en Villa des Arts

mardi 9 avril 2019 par Rédaction
Diaporama

Réuni hier soir en séance publique sous la présidence de Gérard Trémège, maire de Tarbes, le conseil municipal a eu à examiner le projet de transformation de l’ancien Carmel en Villa des Arts.

Présentation générale

Le bâtiment de l’ancien Carmel, est situé au sud du jardin Massey, à l’angle des rues Jean Larcher et Théophile Gautier, au cœur de Tarbes. Il s’inscrit dans un ensemble d’équipements publics culturels qui rayonnent sur cette zone urbaine :

- le musée Massey situé au cœur du jardin,

- l’ESAP (École Supérieure d’Art des Pyrénées),

- la médiathèque Louis Aragon.

Le Carmel, édifié à la fin du XlXème siècle et acheté par la ville en 1994, abrite aujourd’hui dans l’ancienne chapelle, une salle d’exposition présentant des œuvres contemporaines. Une partie de l’aile sud est quant à elle utilisée par l’École Supérieure d’Art des Pyrénées dans le cadre de cours amateurs, ainsi que par l’Association des Amis des Arts. Le reste du bâtiment, soit la majeure partie, est inoccupé.

La ville de Tarbes souhaite transformer ce bâtiment en « villa des Arts », les objectifs étant de :

- favoriser la création et la diffusion sur la ville de Tarbes et plus largement sur l’agglomération, mettre en relation directe les artistes, les œuvres, les publics ;

- accompagner et soutenir le tissu culturel du territoire ;

- enrichir le patrimoine culturel du territoire ;

- initier une chaîne de développement de la connaissance (l’éducation, l’apprentissage) à la création (fabrication, distribution, commercialisation) ;

- créer un Tiers Lieux « Espace entre la maison et le travail » sur Tarbes ouvert à un public large ;

- ancrer ce lieu autour d’ateliers et de résidences d’artistes ouverts à tous les praticiens (peintre, designer, céramiste, plasticien, etc.) sur des thématiques innovantes, exploitant les différentes facettes d’un Art en devenir « l’art numérique » ;

- traiter le bâtiment de façon à le rendre plus visible (notamment sur la façade Nord) et le positionner au cœur d’un quartier culturel en lien avec l’ESAP, le musée Massey et la médiathèque Louis Aragon depuis cette rue.

Nature de l’opération

Cette opération porte sur la création d’un espace d’art polyvalent accueillant des publics variés, de l’artiste amateur au chercheur en passant par l’artiste en résidence, autour de pratiques diverses (céramique, numérique, peinture, son, image), selon des modalités économiques différentes (location d’espace en coworking, hébergement en résidence, locaux à usage d’ateliers), en réponse à des enjeux multiples.

Il s’agira donc de réhabiliter l’ensemble des bâtiments existants et de démolir le bâtiment annexe en pignon nord-est.

La surface utile des espaces bâtis de cette opération est estimée à environ
1 700 m2. Les espaces extérieurs représentent une surface d’environ 1 600 m2.

Le projet s’inscrit dans une démarche environnementale volontariste : bâtiment frugal, c’est-à-dire frugal en énergie et privilégiant les énergies renouvelables, frugal en matières premières épuisables ; de fait un bâtiment passif, fortement biosourcé et « low tech ».

Estimation du projet

L’enveloppe financière prévisionnelle affectée aux travaux est évaluée à 2 150 000,00 € HT soit 2 580 000,00 € TTC.

Le coût global de l’opération est estimé à 2 975 000,00 € HT soit 3 570 000,00 € TTC, incluant l’ensemble des frais divers de l’opération (programmiste, assistance à maîtrise d’ouvrage, indemnisation des personnes qualifiées membres du jury, indemnisation des candidats non retenus au terme de la seconde phase du concours, mobilier et matériel, frais de publicité, aléas ...).

Pour le financement de cette opération, des subventions aux taux les plus élevés seront sollicitées auprès de différents partenaires.

Modalités sur le concours à maîtrise d’oeuvre

Conformément à l’article L. 2125-1 et aux articles R. 2162-15 à R. 2162-26 et R.2172-4 à R.2172-6 du Code de la Commande Publique, un concours d’architecture sera organisé pour désigner le maître d’oeuvre de l’opération.

Dans cette perspective, un avis d’appel public à la concurrence sera lancé par le service de la Commande Publique en vue de retenir trois candidats qui remettront une esquisse sur la base du programme.

De plus, comme l’exige les articles R 2162-20 et R 2172-4 à R 2172-6 du Code de la Commande Publique, les candidats qui remettront une esquisse percevront une indemnité, sous forme de prime, dont le montant sera de 11 500,00 € HT maximum, soit une dépense pour les deux candidats de 23 000,00 € HT non retenus.

Le Lauréat se verra attribuer la somme de 11 500,00 € HT pour l’esquisse, ce qui représentera un acompte qui viendra en déduction des honoraires qui lui seront versés au titre du marché de maîtrise d’oeuvre. 2

En application des dispositions de l’article R 2162-18 du Code de la Commande Publique, le jury se réunira pour analyser les candidatures et formuler un avis motivé sur celles-ci et examiner les plans et projets sur les projets présentés de manière anonyme par les trois opérateurs économiques admis à participer au concours, sur la base des critères d’évaluation définis dans l’avis de concours.

Il est proposé d’élire Une Commission d’Appel d’offres compétente pour statuer sur les marchés de maîtrise d’oeuvre d’un montant supérieur à 221 000 € HT a été élue. Elle sera composée de 5 membres titulaires et de 5 membres suppléants. Les titulaires seront : Michel Forget, Marie-Antoinette Cassagne-Rodriguez, Céline Roulet et Romain Giral (majorité), Pierre Montoya (opposition)

Pour le maire Gérard Trémège, il s’agira d’un pôle majeur au centre-ville, un projet formidable au plan culturel.

Ce projet a été voté à l’unanimité.

Vidéo (service communication )