Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Fédérale 1 : Mode d’emploi 2018-2019

lundi 30 juillet 2018 par Rédaction

Exit la Poule d’Accession mise en place pendant deux saisons qui regroupait les équipes candidates à la montée en Pro D2. Des équipes qui devaient respecter des critères précis et posséder un budget d’au moins 1,6 M€ et quinze contrats à temps plein. Devant les tricheries ou les manques de certains clubs (Quatre relégations financières et douze équipes interdites de montée en deux ans), Thierry Murie est revenu aux quatre Poules régionales classiques composée chacune de douze clubs (sauf la Poule 3 qui compte un club de moins), dont trois têtes de série, désignées sur des critères sportifs (rescapés de la Poule d’Accession, relégués de Pro D2, plus les meilleures équipes du Jean-Prat). Les deux premières équipes de chaque Poule sont qualifiés pour les quarts de finale et les deux finalistes accèderont à la Pro D2 après passage devant les commissions de contrôle de la FFR et de la Ligue.

Poule 2 de Fédérale 1

Albi, Tarbes et Lavaur, le Champion de France F1, (Occitanie) sont les trois têtes de série de la Poule 2 composée de d’Oloron, Saint Jean-de-Luz, Anglet, Nafarroa, Tyrosse, Marmande (Nouvelle Aquitaine) et de Valence d’Agen, Bagnères, Lannemezan (Occitanie)

Les Adversaires au crible

Albi, tête de série numéro 1

Les Albigeois, seconds de la Poule d’Accession l’an passé et éliminés en demi-finale par Rouen, sont les grands favoris de la Poule 2. Compte tenu de la continuité de leur effectif et d’un recrutement ciblé, le SC Albi s’affirme comme un des candidats aux deux premières places.

Albi limite la casse avec 12 départs seulement

Si la saison dernière, Albi s’est fait littéralement piller avec 41 départs, dont 18 Espoirs, cette saison ils ont conservé la majorité de leur effectif avec seulement 12 départs. Une gageure compte tenu des difficultés financières présumées et de la déception d’une fin de saison complètement ratée après une remontada fantastique au cours de la Phase Retour. Les Albigeois ont perdu des joueurs historiques comme Barthélémy (Bayonne), Péluchon (Cognac) et de qualité comme Tonga (Rodez), Usaraga et Vergnaud (Biarritz) mais aussi Hollet (Narbonne), Nistor (La Seyne), Ollier (Issoire), Njike, Tafili et Pardakty...

Pour cinq arrivées

Le recrutement, bien que limité, a été de qualité avec les arrivées du trois-quart Alfifeleti Mafi, 30 ans, 1,86 m, 97 kg (Brive), de l’ouvreur Jérémy Russel, 24 ans, 1,95 m, 94 kg (ex Espoir Agen) du centre Lucas Vaccaro, 21 ans, 1,85 m, 105 kg (Espoirs Castres), du 3ème ligne Mohsen Essid, 25 ans, 1,96 m, 120 kg (Cahors) et du seconde ligne Jérôme Dufour, 25 ans, 1,96 m, 115 kg (Macon)

L’Effectif 2018-2019

Pilier : Bastien Dedieu, Patrick Toetu ,Swan Cormenier, Zaza Navrozashvili Georgie, Benoit Sevestre, Niccolo Ceccato,

Talonneur : Romain Casals, Arnaud Feltrin,

Deuxième ligne : Mathieu André, Russlan Boukerou, Giani Gaillard, Jérôme Dufour

Troisième ligne : William, Whetton, Vincent Calas, Sione Tavalea, Chris Tafili

Charnière : Thibault Bisman, Laurent Magnaval, Jérémy Russel, Benjamin Caminati,

Trois-quarts

Alfifeleti Mafi, Gaëtan Bertrand, Saïmomi Nabaro, Avenisi Vasuinubu, Lucas Vaccaro, Thomas Lacelle, Benoît Sicard

ASV Lavaur, tête de série N° 3

Lavaur est une terre de rugby depuis plus de 112 ans et le club a connu ses heures de gloire au début des années 90 en accédant au Groupe B en 1993. De grands joueurs comme les frères N’Tamack et Dalla Riva (dont Yoan a porté les couleurs du TPR), ou Christophe Guiter. Soutenu par les Laboratoires Fabre, Lavaur fait partie des grosses équipes de Fédérale 1, habituée des phases finales. Champion de France 2018, le club avait été éliminé l’an passé en demi-finale par Rouen. Sous la houlette des entraîneurs Alexandre Albouy et de Mathieu Bonello, l’ASVL a franchi un cap.

Huit départs, dont trois Champions de France

Lavaur a perdu huit joueurs, dont trois Champions de France, le talonneur Galy et de l’ouvreur Sirven à Saint-Sulpice et le 3ème ligne Sandrick Maciotta à Grasse et peut-être l’arrêt du phénoménal pilier international Saimone Taumoepeau à 38 ans... L’ancien All Black (2004-2005) est passé par Toulon (2007-2011), Castres 2011-2016) et Brive avant de rejoindre l’ASV Lavaur en 2016. Les autres départs sont ceux du pilier Castille (Gaillac), du talonneur Eric Bortholozzo (Villefranche-de-Lauragais), du seconde ligne Frédéric Gauthier (Saint-Sulpice) et de l’ouvreur Nicolas Gabriel à La Seyne.

Six recrues

Lavaur a recruté Andreu (L’Isle-en-Jourdain F2), l’ouvreur sud africain Evan Albert (Espoirs Aix), Hugo Rapp, l’ouvreur-arrière (Strasbourg), le pilier sud-africain Edouard Benzuidenhout (Aubenas), le 3ème ligne Quentin Pueyo (Espoirs Agen), et le pilier Gaëtan Clermont (Espoirs Castres)

L’Effectif 2018-2019

Lavaur possède des joueurs de qualité avec Lane, passé par le Racing 92 et Albi, Hecker (Aix et Albi), Hallinger, formé à Castres, Queheille (Espoirs UBB, Tarbes, Albi), ou Diarra (Montauban, Castres, Pau) qui n’a pas disputé la finale.

Piliers : François Bertrand, Costel Burtila, Julien Grolleau, Saimone Taumeopeau (?), Yusef Tuncer, Edouard Bezuibenhout, Gaëtan Clermont

Talonneurs : Pierre Trassoudaine

Deuxième ligne : Cédric Falga, Anthony Potente,

Troisième ligne : Clément Auvergnas, Nicolas Clergue, Ibrahim Diarra, Léo Durand, Nathan Lane, Yohan Marsoni, Quentin Pueyo

Charnière : Gilen Queheille, Alexandre Lenfant, Benjamin Norkowski, Valentin Mouysset, Grégory Hallinger, Evan Albert

Trois quarts : Andreu, Oscar Lasme, Baptiste Hecker, Quentin Lenfant, Warren Zanarelli, Fabien Latché, Hugo Rapp