Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

L’Entreprise Dhugues sera-t-elle reprise par les salariés ?

mardi 12 juin 2018 par Rédaction

A l’issue de la réunion qui s’est déroulée en préfecture ce lundi matin concernant l’entreprise Dhugues de Pouyastruc qui menace de fermer, Béatrice Lagarde, préfète des Hautes-Pyrénées, a rencontré la presse pour rendre compte de la rencontre avec les représentants des salariés (15 dans l’entreprise), les  élus locaux, le repreneur, les parlementaires, la DIRECCTE…

Béatrice Lagarde a précisé que les échanges avaient été denses, courtois, républicains, chacun expliquant son positionnement.

Elle a indiqué que le fonctionnement de l’entreprise est budgétairement très difficile, ce qui a conduit le PDG M. Trouvel à devoir investir des sommes significatives pour le paiement des salariés et des charges.

M. Dhugues avait proposé ses services pour être soit conseil de la nouvelle identité économique, soit être directeur bénévole au sein de l’entreprise, or ce n’est pas possible, ce serait de l’emploi dissimulé, impossible de faire ce montage là.

Après avoir examiné différentes solutions, la solution Dhugues qui n’est pas acceptable, la solution des locaux, ce qui représente 40 000 € par an , avec ce qu’est obligé d’injecter CIG dans cette entreprise actuellement c’est la goutte d’eau dans l’océan, des pertes financières , cela ne constitue pas un levier majeur.

Les discussions se sont orientées vers la constitution d’une SCOP (société coopérative) où les salariés reprennent l’entreprise mais la condition sine qua non est avoir un leader et actuellement de leader il n’y en a pas ! Bien entendu, il faut aussi que les salariés soient d’accord pour reprendre sous forme de société coopérative.

Béatrice Lagarde a demandé à la DIRECCTE d’examiner les questions techniques et les procédures liées au SCOP pour pouvoir s’entretenir avec les salariés. « La condition première d’un projet comme cela c’est que les salariés l’avalisent. Les salariés doivent décider, nous ne prendrons pas de décisions à leur place. Nous nous positionnerons sur ce que nous ferons quand nous aurons un projet. Il faut un projet avec un leader, des salariés volontaires, des produits à fabriquer et un marché » a précisé la représentante de l’Etat.

La chute d’activité n’est pas liée à une orchestration de transfert de l’activité d’ici vers Rézol, la cause est notamment le glyphosate car l’entreprise fabrique beaucoup de machines pour la pulvérisation de ces produits.

La date butoir du transfert est fixée au 23 juin.

« S’il y a des licenciements, nous accompagnerons les salariés au cas par cas », annonce la préfète .Une nouvelle réunion se tiendra fin juin.

 Nicole Lafourcade