Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
    
  
   
 

La saga 2017-2018 du TGB

jeudi 10 mai 2018 par Rédaction

Comme en 1993…

Enorme exploit des Tarbaises face à Charleville-Mézières, deux fois deuxième de la phase régulière et deux fois finaliste de la Coupe de France, ces deux dernières saisons. Le TGB est en train de refaire le coup de 1993 où, tout juste promu de NF1 B, il avait éliminé les meilleures équipes de l’époque, Aix et Valenciennes, pour se retrouver en finale contre Challes, le double Champion de France en titre. Le coach de l’époque, qui avait été sacré Champion de France de NF2 (1991) et de NF1B (1992), était un certain Jean-Pierre Siutat. Ce sera la septième finale du TGB à ce niveau, après celles de 1993,1995, 2003, 2009, 2010 et 2011. C’est Alain Jardel, le dernier coach à avoir mené le TGB en finale en 2011 mais le premier à avoir gagné un titre à ce niveau, c’est François Gomez en 2010. Le coach bigourdan en est à sa troisième finale avec le TGB (2009, 2010, 2018) en LFB. Ce sera sa deuxième finale en trois ans, en comptant le titre de LF2 en 2016.

D’abord éviter les Play-Downs

En début de saison, François Gomez s’était fixé pour objectif d’échapper au Play Downs en terminant dans les huit premiers. Sachant que Lyon, de par son budget et son effectif, ferait partie des grands, les places étaient chères, derrière Bourges, (le vainqueur de la Coupe de France 2017), Villeneuve d’Ascq, (le Champion de France en titre), Montpellier (Premier et finaliste 2017), Charleville-Mézières, (deuxième et finaliste de la Coupe de France 2017) et Basket-Landes. Il ne restait plus que deux places à prendre contre Mondeville (6), Nantes (7) et le Hainaut (8). Le TGB a fait mieux, puisqu’il a terminé au quatrième rang, à hauteur de Basket-Landes et Lyon. Il a été seulement devancé au goal-average particulier pour terminer officiellement sixième, devant Montpellier et Nantes.

Un lourd échec et un succès retentissant pour commencer

Pourtant tout avait mal commencé avec une sévère défaite à l’Open contre Lyon (74-45) qui a été un des marqueurs de cette équipe qui a s’est resserrée pour résister à Bourges qui arrivait en terrain conquis d’avance. Mieux, les Tarbaises se sont offertes ’’facilement’’’ le premier gros de la saison (71-61), créant la sensation de la seconde journée. Mais Tarbes, avec un calendrier défavorable, restait fragile à l’extérieur en s’inclinant à Montpellier (84-62), à Nice (66-60), à Villeneuve d’Ascq (70-59), pour une seule victoire à domicile contre le Hainaut. Pire, les Tarbaises se faisaient surprendre par Basket-Landes au Quai de l’Adour avant de se relancer contre Mondeville (81-66) puis à Nantes (59-72), en prenant une option contre deux adversaires directs.

Deux nouveaux exploits assurent les Play-Offs

Rassurées, les Tarbaises s’offraient à la veille des Fêtes de fin d’années, Charleville-Mézières, un deuxième ’’gros’’. Le TGB assurait contre Roche-Vendée (77-64) avant de s’offrir Lyon, un troisième ’’gros’’ pour une cinquième victoire consécutive, qui installait les Tarbaises dans le haut du tableau. Tarbes résistait à Bourges (71-58) avant de céder, au bout de deux prolongations, (88-93) contre un Montpellier porté par les 40 points de Batkovic. Les Tarbaises confortaient leur place en Play-Off en écartant le Hainaut (64-70) et Nice (71-52) avant de s’offrir, un quatrième ’’gros’’, le Champion de France Villeneuve d’Ascq (64-62) au bout d’une prolongation. Le TGB échouait de peu à Basket-Landes (71-67) mais confortait sa place en Play-Off à Mondeville (68-69) et contre Nantes (74-56).

Du cauchemar au rêve

C’est à partir de ce moment là, que les joueuses se prirent à rêver de leur destin et à vouloir « aller au bout », ne cachant plus leurs ambitions. C’est pour cela que nous avions écrit au soir de la lourde défaite à Charleville-Mézières : « Ce lourd échec 92-50, fait très mal à l’ego et au moral. » Une défaite qualifiée plus tard par François Gomez « d’expérience cauchemardesque ». Une défaite qui allait agir comme un électro-choc sur le groupe qui se jurait « Maintenant, c’est arrivé. Cela ne se fera plus. » Depuis, les Tarbaises « ont montré une belle réaction d’orgueil et elles se sont dépassées », reconnaissait le coach bigourdan. Le TGB a enchaîné cinq victoires consécutives, lors du dernier match à Roche-Vendée (48-77), puis en difficilement, en quart de finale contre le Champion en titre Villeneuve d’Ascq (56-59 et 63-62), puis plus facilement en demi-finale contre Charleville-Mézières (62-75 et 71-60).

Aller au bout de leurs rêves malgré la formule

La formule de la Finale, en cinq matchs ou trois manches gagnantes, n’arrange pas le TGB qui jouera à sept contre dix, (dont neuf internationales), face à Bourges. Le calendrier, resserré de cinq matchs en dix jours, avantage nettement Bourges qui possède beaucoup plus de rotations et qui recevra trois fois. Les Tarbaises, devront créer la surprise en gagnant un des deux premiers matchs au Prado et remporter leurs deux matchs au Quai de l’Adour, si elles veulent aller au bout de leurs rêves

Calendrier de la finale

Match 1 - Samedi 19 mai (20h45 - SFR Sport 2) : Bourges - Tarbes
Match 2 - Lundi 21 mai (20h45 - SFR Sport 2) : Bourges - Tarbes
Match 3 - Jeudi 24 mai (20h45 - SFR Sport 2) : Tarbes - Bourges
Match 4 (si nécessaire) - Samedi 26 mai (16h30 - SFR Sport 2) : Tarbes - Bourges
Match 5 (si nécessaire) - Lundi 28 mai (horaire à déterminer - SFR Sport 2/3) : Bourges – Tarbes

Jean-Jacques Lasserre