Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
    
  
   
 

Odos : La préfète rencontre Corinne Larmitou, directrice de l’association ‘’Albert Peyriguére’’.

samedi 3 mars 2018 par Rédaction

En amont de la journée de la femme qui se déroulera le 8 mars prochain, Béatrice Lagarde, préfète des Hautes-Pyrénées, va à la rencontre des femmes qui exercent diverses missions. La préfète ne souhaite pas qu’il n’y ait qu’une seule journée consacrée aux femmes et à leur problématique.

Depuis le début de la semaine, plusieurs visites ont été effectuées : mercredi elle rencontrait une femme mécano au 1er RHP et une femme soigneuse de chevaux au haras de Tarbes, jeudi c’est au centre hospitalier de Lourdes quelle s’est rendue pour constater les dispositifs mis en place par une femme médecin sur le traitement des violences conjugales dans le cadre d’un partenariat avec les services police et justice de la préfecture, ce vendredi c’est au CHRS d’Odos qu’elle rencontrait Corinne Larmitou, directrice de l’association Albert Peyriguère qui dans le cadre de l’activité de l’association s’est vu accorder l’agrément de mise en œuvre des parcours de sortie de la prostitution , d’insertion professionnelle et sociale.

Béatrice Lagarde a salué les actions menées par la structure. Par sa présence, elle marque l’intérêt de toutes les actions notamment au profit des femmes.

Corinne Larmitou a déclaré que l’engagement auprès des femmes victimes et auprès des femmes seules avec enfants est dans le fondement même de l’association Peyriguére.

« Nous avons à cœur de développer toutes les prestations de service qui pourront améliorer l’accompagnement de ce public très vulnérable et spécifique », a souligné la directrice.

Le CHRS d’Odos accueille des femmes victimes de violences seule ou avec enfant en partenariat avec la municipalité et l’école. C’est aussi le plus gros établissement social du département avec ses 95 places d’accueil, c’est le cœur du dispositif.

Corinne Larmitou indique que l’accueil est en progression avec des problématiques nouvelles comme les enfants en situation sanitaire difficile, psychiatrique, plus d’accompagnement de grossesse voulues ou non, normales ou précieuses , ce qui amène à une recherche de partenariat en lien avec ces problématiques.

Sur les 10 dernières années en ce qui concerne les violences conjugales, la problématique est de plus en plus vulgarisée, Au sens noble du terme il n’y a plus de tabou de dire ‘’ je suis victime de violences’’, un appel au secours est plus facile. Les circuits sont mieux repérés, les partenaires mieux identifiés. Aujourd’hui ces femmes savent qu’elles peuvent être aidées donc il y a plus de faits signalés. En ce qui concerne la violence faite aux hommes, les tabous sont encore très massifs.

La semaine prochaine, Béatrice Lagarde rencontrera d’autres femmes dans d’autres lieux.

Nicole Lafourcade