Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
    
  
   
 

Zones agricoles défavorisées : Carole Delga demande une nouvelle carte plus juste pour nos agriculteurs (Communiqué)

mercredi 14 février 2018 par Rédaction

Vendredi dernier, les représentants du monde agricole d’Occitanie et la présidente de Région Carole Delga ont participé ensemble à la Commission nationale sur la révision de la carte des zones agricoles défavorisées, sous l’égide du Ministre Stéphane Travert.

« Si j’avais constaté des avancées dans les paroles, je m’inquiète aujourd’hui de l’absence du zonage. Preuve de l’inquiétude qui persiste sur nos territoires, les mobilisations des agriculteurs et des élus sont toujours en cours notamment dans le Gers, l’Aveyron, l’Aude ou le Lot car, je veux le rappeler, notre région a le revenu le plus faible par agriculteur et la perte de ces aides constitue pour certains la moitié de leurs revenus. Je constate, dans le même temps, que des régions comme Grand-Est, Normandie et Auvergne-Rhône-Alpes gagneraient plusieurs milliers de nouveaux bénéficiaires alors que l’Occitanie et Nouvelle-Aquitaine verraient leur nombre de bénéficiaires baisser. Cette concurrence entre les territoires n’est pas acceptable », souligne Carole Delga.

Le 20 février prochain, une réunion du comité Etat-Régions se déroulera au ministère de l’Agriculture. La Région Occitanie demande qu’à cette occasion une nouvelle carte plus juste soit présentée.

 « La mobilisation des agriculteurs, des maires des communes concernées, des départements, de la Région nécessite, de mon point de vue, un dialogue franc et transparent », estime Carole Delga.

« Dans ses vœux au monde agricole, le Président de la République avait appelé à un partenariat fort avec les Régions sur l’agriculture. J’y suis prête, en toute confiance et sans volonté de créer des divisions entre les territoires ».