Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
   
 
   
 

TGB : Le point avec François Gomez

dimanche 14 janvier 2018 par Rédaction

Bertal ne sera pas remplacée

Malgré la blessure de Christelle Diallo et le départ surprise d’Elodie Bertal, François Gomez a pris le parti de ne pas prendre de joueuse supplémentaire pour la deuxième Phase. « Il n’y aura pas de mouvement dans l’équipe. On n’a pas de besoin aujourd’hui et on ne veut pas déstructurer un groupe qui fonctionne bien. On ne veut pas déplacer une joueuse de son poste pour en mettre une autre. Il y a un équilibre, les résultats suivent et au jour d’aujourd’hui, il n’y a aucune raison de bouger quoi que ce soit ». Les clubs ont jusqu’à sept journées de la fin des Phases Aller pour récupérer une joueuse supplémentaire, c’est à dire jusqu’au 18 février. Mais a priori, le TGB ne fera pas de folie, sauf joker médical, s’il se qualifie pour les Play-Off. En l’état, la blessure de Diallo, quinze jours d’arrêt, ne justifie pas une pigiste médicale, d’autant qu’elle devrait être opérationnelle contre Lyon. Pas question non plus d’aller chercher une joueuse supplémentaire pour jouer un titre inabordable comme ça avait été le cas en 2010, l’année du sacre contre Bourges. « L’équipe est calibrée pour atteindre l’objectif qu’on s’est fixé pour sortir des Play-Down et aller chercher une Eurocup. On ne va pas prendre des risques financiers pour changer d’objectif parce qu’on a des résultats un peu supérieurs à ceux que l’on attendait en battant des équipes comme Bourges, voire Charleville. On ne prendra pas non plus le risque de déstabiliser l’équipe sportivement, car aller chercher un titre, c’est impossible. » Le coach tarbais n’envisage pas non plus de remplacer numériquement Elodie Bertal. « Je pense que je n’en ai pas besoin parce que contre Roche j’ai mis la jeune Naomie Nbandu et ça a déclenché des choses. Elle a les qualités pour faire ce que l’on attendait de cette joueuse. Si elle progresse, elle peut faire aussi bien que ce qu’aurait pu faire une Elodie Bertal en revenant. On va intégrer cette jeune joueuse à notre effectif et on va lui donner du temps de jeu, car c’est aussi notre identité de faire jouer des jeunes. C’est à l’image de notre équipe. »

Plutôt bien mais pas encore suffisant

Malgré les six victoires obtenues lors de la Phase Aller, soit une de plus que sur la totalité des matchs de poule la saison dernière, François Gomez reste prudent. « C’est vrai qu’on a gagné plus de matchs à la fin des matchs Aller qu’à la fin de la saison dernière mais on n’a que deux points d’avance le neuvième, la première équipe qui jouera les Play-Down. C’est un championnat plus serré, beaucoup plus dense que l’an dernier. Même si on fait beaucoup mieux on n’est pas du tout assuré d’être dans les huit, qui est notre premier objectif. A part les matchs perdus à Nice et contre Basket-Landes, on est plutôt bien mais ça ne suffit pas même si on est dans nos plans en gagnant plus de matchs qu’on en a perdus. On fait une belle première partie de saison, à la hauteur d’équipes comme Montpellier, Lyon et Basket-Landes. »

Aby Gaye doit être plus régulière

La dernière sortie du TGB contre Roche-Vendée, après les Fêtes de fin d’année et une courte préparation sans Konteh et Diallo, a montré que les Tarbaises n’avaient rien perdu de leur envie de jouer et de presser l’adversaire. Aby Gaye a réussi un bon match contre ce qui se fait de mieux sous les panneaux en LFB. « Elle a baissé à 56% les performances de N’Goyisa qui était à 69,5 % sur toute la saison, ce qui est exceptionnel. Aby a fait une très belle perf et une magnifique partie défensive et on a pu faire déjouer cette équipe de La Roche grâce à ça. Mais la meilleure perf, en terme de scoring (19 points), est à mettre à l’actif de N’Goyisa. » L’intérieure tarbaise, au lieu d’attaquer frontalement un adversaire aussi grand mais plus massif, a eu l’intelligence de la travailler et de la contourner sur les appuis et la vitesse. « Maintenant, il faut qu’Aby soit beaucoup plus régulière et nous sorte ce type de performance à chaque match » tempère son coach. « Pour elle, mettre 14 points à chaque match, devrait être le minimum syndical. Ce qu’elle n’a pas fait jusque là ». Un manque de régularité qui lui a coûté peut-être sa place en équipe de France mais François Gomez relativise. « Elle n’a que 22 ans et à son poste de jeu, c’est une très jeune joueuse. Elle progresse et elle est capable de faire une performance face à un énorme adversaire. N’Goyisa, c’est le meilleur pivot de la Ligue. Les gens s’attachent à son physique, mais oublient qu’elle a des mains, qu’elle ne rate pas beaucoup de paniers e qu’elle sait tout faire. »

La progression de l’équipe passera par les progrès individuels

Pour François Gomez, la progression de son équipe passe par les progrès individuels des joueuses et en particulier des jeunes joueuses à forts potentiels comme Tima Pouye (18 ans), Aby Gaye (22 ans), Christelle Diallo (24 ans) ou de rotation comme Naomie Nbandu (18 ans). « Adja Konteh (25 ans), n’est pas loin d’être à maturité et d’être à son meilleur niveau. Angie Bjorklund (29 ans) et Michelle Plouffe (26 ans) y sont et Ana Suarez (30 ans) n’évoluera pas trop. Si les deux ’’grandes’’, Aby et Christelle sont performantes et si la petite Tima continue d’évoluer, l’équipe va progresser et on peut envisager une seconde partie de saison intéressante. »

On est à notre place

Hormis la déculottée et le non match à l’Open de Paris contre Lyon (74-45), le TGB n’a pas à rougir de son parcours malgré quelques errements à Montpellier (84-72), à Nice 66-60 et à Villeneuve-d’Ascq (70-59). L’exploit contre Bourges (71-61) et le large succès contre le Hainaut (87-57) laissaient présager plus de maturité et de constance à l’extérieur. Mais après la courte défaite contre Basket-Landes au Quai de l’Adour (60-63), les Filles de François Gomez ont aligné quatre succès consécutifs, trois au Quai contre Mondeville (81-66), Charleville-Mézières (69-60), Roche-Vendée (77-64), et un à Nantes (59-72). Le TGB s’est offert deux gros, Bourges et Charleville-Mézières et deux concurrents directs, le Hainaut, Mondeville, contre qui il avait perdu la saison dernière. L’an passé les Tarbaises s’étaient imposées à Nantes et contre Angers, relégué depuis en LF2. « On est septième aujourd’hui (avec le même nombre de points que le quatrième) et on est exactement à notre bonne place derrière les équipes les plus fortes. »

Confirmer lors de la phase retour

La Phase Retour, avec un premier choc au Quai de l’Adour contre le Lyon de Tony Parker (19/1), le déplacement à Bourges (27/1) et la réception de Montpellier (3/2), deux ’’gros’’ va s’avérer délicate. Derrière les Tarbaises devront confirmer leur supériorité contre des adversaires directs, au Hainaut (18/2), contre Nice au Quai (3/3) avant la réception d’un autre ’’gros’’ Villeneuve d’Ascq (10/3). Suivra le derby du Sud-Ouest à Mont-de-Marsan (17/3) contre un ’’gros’’ puis le déplacement à Mondeville (24/3) et la réception de Nantes (31/3 contre des concurrents directs. Tarbes terminera par deux déplacements ; un chez un ’’gros’’ Charleville-Mézières (7/4) et l’autre chez le promu Roche-Vendée (14/4).

Jean-Jacques Lasserre