Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

Installation des demandeurs d’asile à Séméac : la réunion en préfecture a porté ses fruits

vendredi 28 juillet 2017 par Rédaction

Ce matin, en préfecture, autour de Marc Zarrouati, secrétaire général, s’est tenue une réunion au sujet du centre d’accueil de Séméac (Formule 1). Etaient présents : Jean-Bernard Sempastous, député des Hautes-Pyrénées, Marie-Pierre Vieu, députée européenne, Jean-Paul Clément, directeur général d’ADOMA, Virginie Lasserre, directrice générale des étrangers en France au ministère de l’Intérieur, Gilles Warren ,directeur d’ADOMA, Catherine Famose, directrice de la cohésion sociale et de la protection des populations des Hautes-Pyrénées, Florence Fassi secrétaire générale de la direction académique des Hautes-Pyrénées, Geneviève Isson, maire de Séméac, des représentants de la Ligue des droits de l’homme, RESEF65, CIMADE 65.

Dans le même temps, diverses associations plaidant la cause des migrants étaient rassemblées devant la préfecture (une centaine de personnes) pour maintenir une certaine pression sur les élus.

A 13 h, à l’issue de cette réunion, Marc Zarrouati, toujours entouré des mêmes personnes, rencontrait la presse dans la salle Jean Moulin pour faire le point. 

ILS ONT DIT :

Marc Zarrouati : 

Ce matin, en préfecture, autour de Mac Zarrouati, secrétaire général, s’est tenue une réunion au sujet du centre d’accueil de Séméac (Formule 1). Etaient présents : Jean-Bernard Sempastous, député des Hautes-Pyrénées, Marie-Pierre Vieu, députée européenne, Jean-Paul Clément, directeur général d’ADOMA, Virginie Lasserre, directrice générale des étrangers en France au ministère de l’Intérieur, Gilles Warren ,directeur d’ADOMA, Catherine Famose, directrice de la cohésion sociale et de la protection des populations des Hautes-Pyrénées, Florence Fassi secrétaire générale de la direction académique des Hautes-Pyrénées, Geneviève Isson, maire de Séméac, des représentants de la Ligue des droits de l’homme, RESEF65, CIMADE 65.

« Ce mur a été un symbole de malaise et pour lever ce malaise il fallait que l’on se donne les moyens d’échanger de manière approfondie, ce qui a eu lieu ce matin de manière très digne et très constructive entre l’ensemble des parties présentes qui s’étaient exprimées tout au long de cette semaine et qui avaient manifesté, pour des raisons diverses, un malaise par rapport à l’ouverture de ce centre d’accueil. Le sentiment que j’en retire, c’est que tout le monde est mobilisé pour que ce centre ouvre bientôt et dans les meilleures conditions possibles. »

Jean Paul Clément directeur général d’ADOMA :

« Ce matin, nous étions dans une réunion où tous les acteurs ont fait preuve de beaucoup d’intelligence et de volonté, où nous avons put trouver une concorde et un chemin. Je me réjouis que des solutions aient pu être trouvées.

L’hôtel de Tarbes sera acquis dans 3 jours. Au total, 85 personnes viendront sur Séméac, 25 à 30 arriveraient dans un premier temps, fin août (des familles). Fin octobre, un bilan va être effectué et suite à ce bilan, ADOMA ajustera le rythme de l’arrivée des autres familles. 

Une personne sera affectée à la sécurité, en plus des 4 qui travailleront sur le site. »

Jean-Bernard Sempastous député des Hautes-Pyrénées :

« Cette réunion s’est bien passée, nous avons entendu beaucoup de mots qui ont fédéré du lien et de la bienveillance. Nous étions tous autour de la table afin de trouver une solution pour bien accueillir ces réfugiés. Nous sommes tous dans la même optique faire pour le mieux pour ces gens là, pour les accueillir sans ambigüité pour une meilleure intégration et aider les associations qui œuvrent au quotidien auprès de ces personnes en difficulté qui ont subi. Aujourd’hui est un moment fort. »

Marie Pierre Vieu députée européenne :

‘ « Cette réunion est fort utile, au-delà des prises de positions des uns et des autres, on est confronté à une situation véritable, nous avons des hommes et des femmes qui doivent arriver dans le département. L’intérêt de cette réunion c’est d’avoir mis tout à plat sur la table et trouver comment jouer le rôle qui est le sien. Nous sommes au stade où les choses avancent, que ce soit l’hébergement, l’école ou la vie quotidienne. »

Geneviève Isson, maire de Séméac :

« A ce stade, cette réunion était nécessaire. Ce matin, une page s’est tournée, nous ne sommes plus sur ce qui s’est passé mais sur ce qui va se passer, nous sommes dans la construction, un certain nombre de contacts ont été pris pour mettre en place un projet. Ce que nous souhaitons faire sur Séméac c’est accueillir dignement ces personnes et mettre en place un projet d’intégration. Si certaines personnes qui viendront décident de devenir séméacais à part entière nous serons ravis et ce sera là la réussite.

La ville de Séméac s’était élevée contre ce projet en raison de son opacité mais maintenant il faut se tourner vers l’avenir. »

 

Florence Fassi, secrétaire générale de la direction académique des Hautes-Pyrénées :

« Les enfants seront scolarisés, nous avons dans le département le dispositif nécessaire à l’accompagnement : en primaire, au collège et si nous avons des enfants en âge du lycée on est aussi en capacité de les accompagner dans nos établissements des Hautes-Pyrénées. La scolarisation n’est pas un souci, c’est une question d’organisation. »

Gilles Warren, directeur d’ADOMA :

« C’est de l’ébergement temporaire. A partir de mercredi, ce ne sera plus un Formule 1, nous allons faire des travaux, nous allons créer des kit-chainettes pour que les gens puissent se faire à manger, nous allons également créer une laverie et chaque chambre sera équipée d’un frigo. »

Pour conclure Jean Paul Clément rajoute : « Notre situation c’est de mettre les gens à l’abri, nous savons qu’un hôtel est une structure de 9m2, ce n’est pas une situation idéale mais au moins ils ne seront pas à la rue, ils peuvent se reposer, se reconstruire et emprunter un autre chemin. »

Nicole Lafourcade

Diaporama
AGRANDIR