Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

« Travaillons pour l’avenir » demande la FNSEA

jeudi 18 mai 2017 par Rédaction

A la suite de la nomination du nouveau ministre de l’agriculture, Jacques Mézard, la FNSEA, syndicat agricole majoritaire, réagit dans un communiqué titré : « Travaillons pour l’avenir »

Sûrement une bonne intention, pouvant être une réalité, si on les laisse travailler en réduisant les contraintes (notamment écologiques et les grands prédateurs ours, loups, lynx et Vautours) et si l’Etat paie ses dettes (notamment la PAC) et respecte ses engagements à leur égard. Sujets clairement présentés dans le communiqué.

Louis Dollo

---------------------------

« Le nouveau ministre de l’agriculture vient d’être nommé. Nous félicitons Jacques Mézard et lui souhaitons bon courage car les chantiers sont nombreux.

« L’agriculture est un grand secteur économique et social pour notre pays. Il représente 14% des emplois français et près de 8,9 milliards d’excédent annuel dans la balance commerciale nationale sur les 10 dernières années ! C’est un secteur d’excellence qui fait rayonner la France à l’international grâce à des milliers d’hommes et de femmes formés et qualifiés.

« De surcroît, l’agriculture apporte des solutions aux attentes de nos concitoyens pour l’alimentation, la sécurité alimentaire, le climat, l’environnement, et les territoires ruraux. C’est l’ensemble de ces dimensions qui doivent être prises en considération par le nouveau ministre, d’autant plus que le contexte agricole est difficile. Nous nous félicitons que le périmètre du nouveau ministère associe l’alimentation à l’agriculture même si nous regrettons qu’il n’ait pas été élargi aux territoires ruraux.

« Face aux crises économiques et climatiques, nous n’avons plus de temps à perdre, il faut passer à l’action. Les agriculteurs seront sensibles à un ministre qui aborde les problèmes avec pragmatisme et volontarisme. Il aura, devant lui, une FNSEA représentative et réformiste, force de proposition concrète.

« Le Président de la République, lui-même, a qualifié la relance de l’agriculture de vitale pour le pays, nous sommes prêts pour ce défi !

« Enfin, nous avons besoin de plus et mieux d’Europe, en remettant du carburant dans le moteur franco-allemand et, attendons beaucoup des nouvelles synergies possibles entre nos deux pays.

« L’heure est à répondre au doute et à la tentation du renoncement mais aussi aux projets et aux volontés par l’action.

 « Deux grands chantiers, annoncés par le Président, vont dans ce sens : 

« La loi de simplification pour redonner de l’oxygène à nos exploitation en évitant bien des démarches contraignantes et en faisant davantage confiance grâce au « droit à l’erreur ». Evoqué comme une priorité, c’est une proposition emblématique qui résonne positivement à l’oreille des agriculteurs.

« Les Etats généraux de l’alimentation, réunissant les représentants des producteurs, transformateurs, distributeurs et consommateurs, afin de retrouver de véritables équilibres dans la chaîne alimentaire et notamment la juste place des producteurs. La loi LME sera bien sûr sur la sellette.

« Voilà, des raisons de dialoguer au plus vite pour l’avenir de l’agriculture française. »