Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

Retour sur Nevers-Tarbes : Un beau match de rugby !

lundi 20 mars 2017 par Rédaction

Du côté de Tarbes

« Fiers de mes joueurs »

La première pensée de Marc Dantin a été pour l’arrière samoan, avant même d’évoquer la prestation de ses joueurs : « J’espère que ça ne sera pas trop grave car sur le moment on a craint le pire ». Puis le coach tarbais a rendu hommage à son équipe : « Je suis très fier de mes joueurs qui, malgré un cinquième match d’affilée et la semaine qu’on vient de vivre*, ont tout donné. C’était compliqué, à certains postes, car on n’a pas pu faire trop tourner. Ils ont fait un très grand match et notamment en mêlée où on a été très bon. » D’autant qu’en dehors des blessures de Vinusa et d’Armary contre Romans, Dadunasvhili, Casals, Antonescu, Laharrague, étaient absents. Sans compter les absences de longue durée de Tuilagui et d’Havea... Ce qui fait plus d’un banc à l’infirmerie ! Ce qui peut expliquer que, comme au match aller, le banc tarbais n’ait pas pu faire la différence malgré les bonnes entrées de Loncan, Sevestre, Sordia, Ferrer, Vergallo, Cabanne, Demaï-Hamecher et Brison

*Les Tarbais ont appris que le CNOSF avait validé la décision de non qualification de la FFR.

« Un fait de jeu fait basculer le match »

Les Tarbais, malgré les quatre essais encaissés, n’ont pas failli dans le combat. « On a fait un bon match malgré quelques passages physiques à vide dus aux enchaînements des matchs » constate Marc Dantin. L’entraîneur tarbais souligne la qualité d’une ’’belle équipe de Nevers’’ et de l’arbitrage, notamment au niveau de la mêlée. Toutefois Marc Dantin regrettait un fait de jeu qui, selon lui, a fait basculer le match. « L’arbitre siffle une pénalité que l’on joue vite à la main. Ils ne sont pas à dix mètres et on perd le ballon. Sur le contre, on prend un carton jaune et un essai ! Une action qui nous coûte un essai transformé alors que si l’arbitre avance la pénalité de dix mètres on peut la tenter et marquer trois points. Quand on perd de cinq points ça fait mal .. » Le technicien bigourdan regrette aussi que l’arbitre ait sifflé la mi-temps sur une faute non sanctionnée du demi-de-mêlée nettement hors-jeu après un ballon gagné par la mêlée tarbaise. Si l’arbitre aurait dû ou pu siffler les Tarbais, par deux fois, se sont un peu précipités. D’abord en jouant vite la pénalité à la main au lieu de la tenter des 50 m ou de jouer une pénaltouche, puis sur une mêlée conquérante en jouant le ballon au lieu de continuer à pousser pour obtenir la pénalité.

Une belle équipe de Nevers

Jean-Paul Gerbet, a été séduit par cette équipe de Nevers : « Ils ont une très belle charnière, ça va très, très, vite derrière et Duvallet est très bon. Devant Basson, l’ex-joueur de Lyon, apporte énormément. » Le manager du TPR tient aussi à souligner le comportement des joueurs. « On a fait un bon match, un bon match de rugby. On leur a fait peur jusqu’à la fin. » D’autant que les Tarbais ont payé cher les deux cartons. « On prend deux cartons, coup sur coup, et on joue à treize pendant plusieurs minutes, alors que ça tapait dur et que ça piquait. » Des Tarbais qui ont fini par céder sous les vagues jaune et bleu. « Ils ont été supérieurs dans les temps de jeu et ils ont fini par nous transpercer. On n’a absolument rien à reprocher à nos joueurs, bien au contraire, ils ont fait douter Nevers jusqu’à la dernière minute ». Les Tarbais ont pilonné Nevers dans ses 22 m sans arriver à trouver la faille. Une bonne occasion d’essai a toutefois été gâchée par un mauvais choix. Dix dernières minutes d’enchaînements de jeu qui se sont traduites par deux pénalités. Si la première a été manquée à cinq minutes de la fin, les Tarbais sont repartis à l’assaut et la seconde a été réussie durant les arrêts de jeu.

Du côté de Nevers

Une blessure incompréhensible

Xavier Péméja ne comprenait pas comment Autagavaïa avait pu être aussi sévèrement blessé sur une séance d’échauffement aux boucliers qui a eu lieu des dizaines de milliers de fois sur tous les terrains de rugby. Un accident qui a un peu douché l’ambiance et qui explique peut-être l’entame compliquée des Niversois qui ont offert pratiquement tous les points de la première mi-temps. D’abord sur un ballon, perdu sur un placage de Barthélémy, et poussé au pied par Rubio qui aplatit le premier dans l’en-but. Puis deux pénalités consécutives en mêlée sur deux renvois envoyés directement en touche. Treize points encaissés en quelques minutes qui auraient pu être évités. En plus Nevers a subi la pression d’une grosse mêlée tarbaise pourtant privée de son roc Dadunasvhili.

Péméja rend hommage à Dantin

« C’était un très bon match où chacun a joué avec ses forces. Les Tarbais ont utilisé leur puissance en mêlée, et au jeu au près. Nous, on a utilisé la largeur et la vitesse de nos joueurs » analyse Xavier Péméja. Malgré sa souffrance en mêlée, Nevers s’est nourri de sa conquête en touche et des ballons rendus pour mettre de la vitesse au jeu. Une vitesse qui a permis d’inscrire un essai sur le seul ballon jouable derrière une mêlée. Malgré l’essai inscrit en contre dès le début du match, Nevers n’a pas dérogé à sa philosophie de jeu. « Je leur ai dit que c’était un accident et qu’il fallait rester fidèles à nos principes et à nos schémas de jeu. » Xavier Péméja, qui est reconnu comme un des meilleurs techniciens du rugby, a tenu à rendre hommage à Marc Dantin. « Il est parti de zéro et il a réussi à construire un groupe, qui s’entend bien et qui joue avec ses forces. Il leur manquait beaucoup de gars aujourd’hui et ils n’ont pas lâché le match jusqu’à la fin. Dans une situation très compliquée pour eux, tu sens que les joueurs s’entendent bien. C’est une belle équipe, je ne rigole pas ! Contre Massy, j’ai vu le match à la vidéo, ils doivent gagner ! Tu sens que c’est un vrai groupe qui vit bien ensemble, alors qu’il a été construit à partir d’une feuille blanche. C’est une équipe qui, si elle ne monte pas, sera très dangereuse la saison prochaine. »

Jean-Jacques Lasserre

Diaporama - Photos Antoine Deschamps