Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

La 7ème édition de la Semaine de l’Industrie se déroulera du 20 au 26 mars 2017

dimanche 12 mars 2017 par Rédaction

La Semaine de l’Industrie, manifestation annuelle d’ampleur nationale, contribue depuis 2011 à changer le regard du public et plus particulièrement des jeunes sur l’Industrie grâce à des événements organisés en France métropolitaine et dans les DOM-TOM.

Un large choix d’événements (job dating, visites d’entreprise, conférences/débats, intervention en classe…) est proposé au public afin de découvrir une industrie innovante, moderne et respectueuse de l’environnement.

François-Xavier Brunet, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie, entouré de Nathalie Candalot, vice-présidente de la CCI 65 et présidente de la commission Industrie, Yves Dumestre, responsable du Pôle Industrie / Relations Internationales à la CCI, Catherine Bourgeois, secrétaire générale de l’Union des Industries des Métiers de la Métallurgie Adour-Pyrénées, Michèle Tolsan (MEDEF 65) et Fanny Campos (CPME 65) a présenté cet événement, regrettant le manque d’implication pour cette année de l’Education Nationale.

Ils ont dit…

François-Xavier Brunet (AUDIO)

Nathalie Candalot (AUDIO)

Catherine Bourgeois (AUDIO)

Yves Dumestre (AUDIO)

=============

La Semaine de l’Industrie a pour objectifs de :

-renforcer l’attractivité de l’industrie et de ses métiers ;

-sensibiliser les jeunes aux métiers de l’industrie et notamment à l’industrie du futur ;

-promouvoir la mixité des métiers et la place des femmes dans l’industrie ;

-informer le grand public des besoins en recrutement de l’industrie ;

-promouvoir l’image d’une industrie moderne, innovante et écologique…

Elle est pilotée au niveau national par le ministère de l’Économie et des Finances via la Direction Générale des Entreprises (DGE).

De nombreux partenaires (GFI, CCI France, CGMPE, Syntec Ingénierie, associations, les DIRECCTE, les ministères de l’Éducation nationale de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, de la Culture et de la Communication…) contribuent chaque année à la réussite de la Semaine de l’Industrie.

L’édition 2016 de la Semaine de l’Industrie, a rassemblé près de 300 000 participants autour de 2500 événements organisés sur l’ensemble du territoire.

Une industrie de solutions

L’industrie porte une solution face au chômage de masse que connaît notre pays : pour chaque emploi créé dans la métallurgie, 2 emplois sont créés dans les autres secteurs selon l’Observatoire paritaire et prospectif des métiers et des qualifications de la métallurgie.

C’est l’industrie qui répondra aux défis de demain car elle est capable d’inventer et de produire des réponses innovantes aux enjeux et aux mutations de notre monde : une énergie décarbonée, la médecine à distance, la généralisation du haut débit, etc.

Une industrie d’innovations

Depuis quelques années, avec des technologies nouvelles et dans un contexte de marchés mondialisés, l’industrie fait sa révolution.

Cette révolution se traduit par l’apparition de nouveaux métiers, de nouveaux emplois, par des changements profonds dans les modes d’organisation du travail, dans les usines où les robots viennent assister les ouvriers de plus en plus qualifiés.

De nouvelles technologies de production apparaissent : par exemple, la fabrication additive qui constitue une vraie révolution pour la métallurgie et l’usinage en particulier.

Cette révolution se traduit aussi par le développement de nouveaux modèles d’affaires : des partenariats entre des acteurs traditionnels et des start-up pour changer la manière de produire.

Une industrie attractive

Portée par la révolution qu’elle connait, l’industrie a des atouts pour intéresser et même susciter l’envie pour les jeunes générations :

- un environnement de travail profondément transformé par le numérique

- de nouveaux métiers en phase avec leurs attentes et leurs compétences quasi innées : data scientist, programmeur industriel, technologue, roboticien, ingénieur cobot, technicien 3D, expert en ingénierie virtuelle…

- une organisation du travail qui favorise la créativité et l’esprit entrepreneurial, tout en misant sur la responsabilité et le collaboratif.

Selon une étude récente réalisée par Opinion Way, 70 % des Français pensent que l’industrie propose des métiers d’avenir et, pour 86 % qui demandent de véritables compétences. 57 % recommanderaient à leurs enfants de travailler dans l’industrie.

Une industrie qui recrute : 100 000 recrutements par an d’ici 2025

En 2016, ce sont plus de 120 000 personnes qui ont rejoint les entreprises industrielles représentées par l’UIMM.

En dépit d’un contexte économique difficile et d’une érosion continue de l’emploi industriel depuis plusieurs années, les entreprises industrielles continuent à ne pas trouver les compétences dont elles ont besoin pour se développer.

L’Observatoire paritaire et prospectif des métiers et des qualifications de la métallurgie a réalisé en septembre 2014 l’étude d’impact du pacte de responsabilité sur la dynamique de la branche en termes d’emploi. Le scénario prenant en compte les effets du CICE et les allègements de charges sociales et fiscales annoncées dans le Pacte de responsabilité estime le besoin de recrutement dans les secteurs de la métallurgie à plus de 100 000 personnes par an d’ici 2025.

Une partie de ces besoins provient d’une vague massive de départs à la retraite dans les prochaines années. Le reste est lié à l’inadéquation entre les besoins des entreprises et les qualifications des demandeurs d’emploi, en particulier sur nos métiers qui souffrent d’un manque d’attractivité.

Des métiers variés et à la pointe de l’innovation

Si dans tous les secteurs, les entreprises recrutent des soudeurs, des mécaniciens, des techniciens de maintenance, des usineurs, des chaudronniers, les innovations actuelles et futures renouvellent profondément les façons de travailler, de produire et de concevoir. Les métiers existent toujours mais la manière de travailler n’est plus la même.

Les métiers de demain exigeront des compétences différentes. L’organisation du travail change également, avec le développement du mode projet et l’utilisation des nouvelles technologies : désormais, les tests sont effectués grâce à des simulateurs de réalité virtuelle augmentée et la production à l’aide de robots et de machines à commandes numériques. Ces derniers permettent également de meilleures conditions de travail des salariés et de mettre à profit l’intelligence de l’homme à travers le travail en équipe.

Du fait de la globalisation de l’économie, la plupart de ces métiers portés par l’innovation nécessitent la pratique de langues étrangères comme l’anglais, l’allemand ou encore le mandarin. Les marchés se déplacent vers les pays émergents et les industries recherchent des techniciens, des commerciaux et des chargés d’affaires prêts à voyager aussi bien au Brésil qu’en Inde ou en Chine.

Des actions pour anticiper les besoins en compétences

L’UIMM et son réseau agissent avec constance et cohérence pour connaître les perspectives par secteurs, par niveaux de qualification et par bassins d’emploi. Grâce aux études prospectives de l’Observatoire paritaire de la Métallurgie, l’UIMM et son réseau engagent avec les partenaires sociaux des actions structurelles destinées à déterminer les orientations prioritaires de la branche en matière de formation et de GPEC et mettre à niveau les compétences avec des formations appropriées. Les métiers en tension sont ainsi identifiés au plan national et régional. Des actions particulières vis-à-vis des demandeurs d’emploi sont également menées : ils sont formés sur les métiers en tension via les préparations opérationnelles à l’emploi (individuelle et collective - POEI et POEC). Enfin l’UIMM et son réseau pilotent avec les partenaires sociaux des travaux sur les compétences émergentes dans la métallurgie. Dans le cadre des travaux de l’Alliance pour l’Industrie du Futur, les métiers sont étudiés au regard de l’Industrie du Futur. Une première étude a été menée sur : « L’’impact du numérique et des nouvelles technologies sur les métiers de la maintenance »

Enjeu de l’UIMM Adour : avoir une politique régionale… et renforcer l’accompagnement territorial.

Créée par les industriels pour agir en leurs noms, l’UIMM Adour s’investit à l’échelle du territoire de l’Adour afin de représenter et de valoriser les intérêts des entreprises adhérentes et l’environnement local.

Le bassin industriel de l’Adour, à cheval sur ces deux grandes régions, est une réalité économique et industrielle. L’enjeu est de maintenir la dynamique engagée il y a près de 20 ans sous l’impulsion de l’UIMM Adour Atlantique et de l’UIMM Adour Pyrénées, fédérée dans le cadre de l’UIMM Adour, pour être au contact du terrain, anticiper, répondre aux attentes des entreprises, et être un acteur du développement de ce territoire.

Ce sont 786 entreprises et 20 411 salariés composant le bassin industriel de l’Adour qui sont confrontées aux enjeux de la mondialisation des marchés dans un contexte mouvant. Les entreprises ont besoin d’un accompagnement de proximité pour répondre à leurs besoins, se développer et rester dans la course industrielle.

En matière d’emploi/formation, le développement de l’industrie passe par l’élévation du niveau de compétences et le recrutement de personnel qualifié. L’UIMM Adour se mobilise pour développer l’attractivité des métiers de l’industrie auprès des jeunes et plus largement du grand public. Son autre enjeu est de repérer les talents et de développer les compétences dont les entreprises ont besoin aujourd’hui et demain :

- en mobilisant le Pôle Formation des Industries Technologiques Adour

- en mettant en oeuvre des accords de branche

- en validant les Certificats de Qualification Paritaires de la Métallurgie ou Interbranches (CQPM/ CQPI)

L’UIMM Adour, acteur engagé du développement territorial au travers de 3 projets

Metallicadour, centre de transfert de technologie conduisant des programmes de développement autour de 3 thématiques principales : le Pôle Usinage, le Pôle Robotisation et le Pôle Assemblage.

Son ambition : Permettre aux PME et ETI du bassin de l’Adour et plus généralement des territoires aquitain et midi-pyrénéen :

► De disposer de moyens technologiques mutualisés et de supports techniques,

► Pour mettre en oeuvre leur stratégie de développement et améliorer leur compétitivité.

Projet DEFI, (Développement de l’Emploi et de la Formation pour l’Industrie Landes - Pays Basque) : un pôle d’excellence au service des industriels et de l’attractivité du territoire.

Projet collaboratif entre Safran Helicopter Engines, les UIMM Adour Atlantique et Gironde Landes, le Comité de Bassin d’Emploi du Seignanx, d’implantation d’un nouveau pôle de formation à Tarnos.

Projet DITECH, (Développement de l’Industrie dans les Territoires en faveur de l’Emploi et des Compétences dans les Hautes-Pyrénées). Projet partenarial entre l’ADAIA, Alstom, Daher et Pyrénia visant à l’implantation d’un nouveau Pôle de formation au sein de la zone aéroportuaire de Tarbes-Lourdes-Pyrénées. Son ambition : Doter le territoire des Hautes Pyrénées d’un pôle de formation du futur, accompagner le développement des compétences des salariés, apprentis et demandeurs d’emploi du bassin et favoriser l’attractivité des métiers.

Son ouverture est prévue pour septembre 2018. Il sera doté de 5 pôles de compétences :

- Chaudronnerie / Soudage

- Ajustage / Montage

- Usinage

- Contrôle Non Destructif

- Peinture Industriel

Le programme dans les Hautes-Pyrénées

La Semaine de l’Industrie est encore cette année l’occasion, partout en France, de mettre les projecteurs sur des métiers attractifs et des opportunités d’emploi.

L’UIMM et tout son réseau territorial sont mobilisés avec les entreprises industrielles aux côtés des acteurs de la formation et de l’emploi pour « inviter à découvrir comment l’industrie fabrique le monde d’aujourd’hui. »

JEUDI 23 MARS : journée rythmée par deux rencontres

-De 9h à 12h : Pôle Emploi propose dans ses locaux un « Job Dating » pour les personnes en recherche d’emploi et les entreprises industrielles du territoire.

-De 14h à 18h : le centre de formation de l’UIMM Adour proposera aux candidats admis au Pôle Formation des Industries Technologiques Adour de rencontrer des professionnels en recherche de nouvelles compétences en contrat d’apprentissage.

Portes ouvertes du pôle formation des industries technologiques

SAMEDI 25 MARS à ASSAT, TARNOS et TARBES (65)

de 9h à 16h

Pour ceux qui souhaitent s’orienter vers une formation industrielle ou en savoir plus sur les cursus pour accéder aux différents métiers, la journée portes ouvertes du Pôle Formation des Industries Technologiques Adour est un rendez-vous à ne pas manquer : pour les jeunes, c’est l’occasion de poser toutes leurs questions, de rencontrer ceux qui ont déjà fait ce choix et de découvrir les avantages de l’alternance, plébiscitée par les entreprises industrielles.