Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
   
 
  
 

Les cheminots CGT et plusieurs associations se mobilisent pour sauver « La Palombe bleue »

vendredi 17 février 2017 par Rédaction

Une soirée d’action et de sensibilisation est organisée ce vendredi soir, à partir de 18h30, à la gare SNCF de Tarbes, par la CGT cheminots Hautes-Pyrénées Comminges, avec l’appui de cinq associations ou coordinations de citoyens et d’usagers. Objectif : tenter de sauver le train de nuit « La Palombe bleue », qui risque de cesser de circuler à partir du 1er juillet 2017.

« Oui aux trains de nuit, oui au service public ferroviaire, oui à la Palombe Bleue » : les cheminots CGT des Hautes-Pyrénées et de Comminges, avec le soutien de plusieurs associations bigourdanes, se mobilisent ce vendredi 17 février 2017 pour tenter de sauver le train nocturne qui relie Tarbes à Paris. La coalition Climat 65 et les associations Recyclo-Loco, FNE 65, ATTAC 65, Actival, vont participer à cette action de sensibilisation pour alerter le public sur le destin du « train de nuit historique » Paris-Tarbes-Irun. « Le secrétaire d’Etat chargé des transports, Alain Vidalies, a annoncé que l’Etat se désengagerait du financement des trains d’équilibre du territoire, et notamment, des trains de nuit », dénoncent Pierre Lacaze et Christophe Hourcade, responsables de la CGT cheminots Hautes-Pyrénées et Comminges. « La Palombe Bleue risque de disparaître début juillet 2017, avant la période estivale au cours de laquelle ce train irrigue nos territoires, favorisant ainsi le tourisme et l’essor économique. Ce choix se justifierait, selon le Ministre, par l’ouverture de la ligne à grande vitesse Paris-Bordeaux. Mais la LGV ne répondra pas aux besoins des usagers car aucun train en partance de la Bigorre ne permettra d’arriver avant midi à Paris ». De son côté, Sylvain Fischer, de l’association « Recyclo-Loco », assure que « malgré les accusations à son encontre, le train de nuit est proche de l’autofinancement. Il affiche fréquemment complet. Il est pratique et apprécié par les voyageurs. De plus, il est compatible avec la transition énergétique ». Les associations rappellent que des actions menées cet automne ont déjà « permis la décision de retour du Paris-Perpignan-Port Bou. Pour la Palombe, il revient aux habitants des Hautes-Pyrénées de se mobiliser, entre février et avril ! ». Les cheminots CGT évoquent aussi une « solution alternative pour maintenir notre train de nuit, proposée au gouvernement par Carole Delga, présidente de la région Occitanie : rajouter notre branche Hendaye-Tarbes aux trains de nuit partant de Toulouse ». Ils appellent donc « les usagers, les cheminots et les élus politiques à faire entendre raison au gouvernement, en démontrant que notre ligne à une véritable utilité sociale et participe au désenclavement des territoires ». Ce samedi 17 février 2017, la CGT et les associations organisent donc une soirée d’information et de sensibilisation à la gare SNCF de Tarbes. Au programme : débat sur l’avenir du service public ferroviaire à l’ancienne cantine du Comité d’entreprise, à 18h30. Puis, rencontre avec les usagers autour d’un café avant le départ de la Palombe Bleue à partir de 21h30, avec signature d’une pétition pour demander le maintien du train de nuit.

Jean-François Courtille