Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

« Hpy Hour », l’émission Web TV du bonheur dans les Hautes-Pyrénées, fête sa 100ème édition

mardi 14 février 2017 par Rédaction

Valoriser les talents et les initiatives des habitants des Hautes-Pyrénées, et révéler la beauté et le dynamisme de notre département : c’est l’ambition de « Hpy Hour », l’émission de Web TV, diffusée sur la chaîne bigourdane Hpy TV. Elle est animée par une équipe de bénévoles qui construit, mois après mois, dans la bonne humeur, une télévision de proximité où la fiction côtoie le magazine et l’information.

Ils sont réunis sur le « plateau des invités », et ils présentent une association locale, sous l’œil attentif d’Eric le caméraman de l’équipe. Steeve chambre Karine, qui réplique du tac au tac. Elodie, Claire et Virginie éclatent de rire. Les invités partagent la gaieté collective. Puis changement de « plateau ». Ils se retrouvent dans la cuisine de la maison. Virginie explique à Steeve comment fabriquer un « porte-livres » pour ses toilettes, en utilisant du matériel de récupération. Dans la salle à manger, Claudie, chanteuse et guitariste, et Ludovic, clarinettiste, attendent d’être appelés en plateau pour une interview précédée d’un tour de chant. Ce samedi après-midi, ils sont tous rassemblés dans un lieu tenu secret, une maison individuelle à la sortie d’un village des environs de Tarbes. Le rendez-vous est important. Il s’agit de tourner plusieurs éditions de « Hpy Hour », le magazine hebdomadaire de la WebTV des Hautes-Pyrénées, « HpyTV ». Elles seront diffusées au cours des semaines suivantes, à partir du lundi.

Steeve est l’animateur du magazine, qui est téléchargé chaque semaine, en moyenne, par plus de 2000 internautes, sur Hpy TV, Facebook, You Tube et Twitter. « Je m’occupe de contacter les invités, et j’assure le pilotage de l’émission. Je retrouve avec « Hpy Hour » l’esprit des pionniers de la radio libre. C’est aussi l’occasion de rencontrer de nombreuses personnes de tous horizons ». Animateur au sein de la MJC d’Aureilhan, Steeve est comme un poisson dans l’eau au milieu de cette équipe de jeunes bénévoles. « Notre émission, qui a démarré en septembre 2014, cible un public de trentenaires et de quadragénaires. C’est pourquoi, nous avons développé des rubriques évoquant la vie quotidienne : bricolage, cuisine, beauté, système D … Mais l’objectif premier de « Hpy Hour » est de montrer, à travers le témoignage des invités, artistes, responsables associatifs ou chefs d’entreprise, qu’il se passe beaucoup de choses positives dans notre département des Hautes-Pyrénées ». Elodie, qui a connu Steeve par l’atelier théâtre de la MJC d’Aureilhan, acquiesce. « J’ai rejoint l’équipe pour cette ambiance qui mêle bonne humeur et créativité ». En 2015, la jeune fille animait une rubrique littéraire, basée sur ses coups de cœur de lecture. En 2016, elle a démarré une rubrique intitulée « DIY », pour « Do It Yourself : fais-le toi-même ». Des conseils « dans l’air du temps », pour fabriquer des accessoires de toutes sortes à partir du système D. Etudiante en communication des organisations, Elodie apprécie d’ajouter à son arc cette expérience de télévision associative. Le profil de Karine est tout à fait différent. Artisan, micro-entrepreneur, la jeune femme restaure le mobilier grâce au décapage par « aéro-gommage ». « C’est une technique écoresponsable, sans produits chimiques. Et elle donne des résultats impressionnants ». Elle anime une rubrique « Recup’Déco » au sein du magazine. « Je propose des idées pour récupérer et recycler toutes sortes de matériaux. C’est important, à une époque où les gens commencent à comprendre qu’il ne faut pas jeter n’importe quoi ». Virginie est travailleur social. A côté de son métier, elle exerce aussi une activité de « prothésiste-ongulaire » avec le statut de micro-entrepreneur. « J’ai proposé pour l’émission une rubrique ‘mode et beauté’. Je puise mon inspiration sur Facebook, notamment, et j’adapte mes conseils à chaque saison ».

Claire enseigne l’anglais aux adultes et aux enfants à temps partiel dans le cadre de la MJC d’Aureilhan. Elle a eu envie de proposer pour « Hpy Hour » une rubrique consacrée à la langue anglaise et à la culture anglophone. « L’objectif est d’apprendre aux spectateurs comment se débrouiller en anglais dans la vie quotidienne, avec un vocabulaire très simple. Mais je donne aussi des recettes de cuisine, comme le « pancake », par exemple. Et j’explique les mentalités ou les traditions britanniques, en partant d’événements d’actualité comme l’anniversaire de la reine ». Véronique et Corinne, absentes ce samedi-là, complètent l’équipe des animatrices de rubrique du magazine. Véronique propose des recettes de cuisine alternatives, sans gluten ou sans sucre, avec des produits sains et des légumes de saison, pour apprendre à concilier saveur et diététique. Corinne, par ailleurs présidente du festival des Pics d’or à Tarbes, présente les nouvelles sorties de CD des artistes locaux. Enfin, Eric, fondateur de la WebTV, est journaliste de métier. « Je me charge de filmer les émissions puis de les monter. « Hpy Hour » est conçue pour être vue sur tous types de supports, et gratuitement : ordinateur, Smartphone ou télévision connectée ».

Ce samedi après-midi, les invités se succèdent à un rythme régulier, accueillis avec des boissons fraîches et des pâtisseries. Plusieurs artistes déjà connus, tels JB Bullet, côtoient des artistes en devenir, comme Claudie Boirie et Ludovic Bouchon. « C’est la première fois que nous venons chanter et jouer en studio, devant une caméra. Même si nous avons déjà l’habitude de la scène, c’est assez impressionnant. Mais l’équipe a su nous mettre à l’aise, et c’est une belle expérience ». Sans la passion des bénévoles de « Hpy Hour », l’aventure de cette émission de Web TV de proximité des Hautes-Pyrénées n’aurait jamais pu voir le jour.

Jean-François Courtille